- En ligne, 127 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > Le métro

Confession Intime - Le métro

C.F.n°30 Confession d'une femme n°30
Date 10/03/04
Nom Gabriella
E-mail gabzzz_34@hotmail.com
Titre Le métro

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Je prends le métro tous les matins pour me rendre au travail. Je déteste le transport en commun, mais pour me le faire aimer, je me suis inventé un petit jeu. J'aime regarder les hommes en leur faisant des yeux de chatte, je leur jette un petit regard sensuel, explicite. Mon petit jeu était tres amusant et les hommes que je regardais étaient très coopératifs. Après quelques semaines je commencais à trouver mon jeu redondant. Nous étions à cette époque au mois de janvier, j'ai alors décider de jouer le même jeu mais de façon plus provocante. Je décidais donc d'agrémenter mes allés et venues au travail.

Je suis le style de femme très classique. Je porte toujours des jupes plutot courtes, des blouses et je prends la peine de laisser des boutons détachés afin de faire un décolleté plongeant. Alors puisque nous étions en janvier et que pour jouer le jeu de séduction, je devais enlever mon manteau d'hiver et je le portais sur mon avant bras.

Ma tactique était de repérer un homme qui au premier regard me plaisait et je me dirigeais pres de lui. Lorsqu'il posait ses yeux sur moi je le regardais avec mes grands yeux verts et je lui lançais des regards, je léchais également mes lèvres. Il y avait 3 hommes avec qui je jouais ce petit jeu.

Manteau sur l'avant bras, je me plaçais maintenant devant ma victime, je prenais également soin d'effleurer discrètement mes fesses près de son sexe ou sur sa main. Ceci fait, je pivotais un peu sur moi-même afin qu'il puisse plonger son regard dans mon décolleté et ainsi je pouvais constater son intérêt. Au début je demeurais tres discrète, afin qu'il ne me traite pas de salope, mais plus le temps filait plus mes 3 victimes appréciaient.

Mes 3 victimes étaient trois types complètement différent l'un de l'autre. Il y en a un qui doit avoir autour de 50 ans, grand, cheveux poivre et sel, bien bâtis, très bel homme bien conservé. L'autre type est un grand de race noire, dans la trentaine, il ressemble à Mike Pringle et le dernier est un grand aux cheveux bruns foncés, il doit avoir atour de 45 ans.

Le plus coopératif est celui autour de 50 ans, j'ai donc décidé de mettre plus d'ardeur sur lui que les deux autres. Je devenais de plus en plus provocante. Le vendredi au centre ville, c'est la journée « casual », c'est-à-dire que nous pouvons porter des jeans au travail. Je mis donc mes jeans noires, et le jacket assorti, mes bottes noires à talons hauts et je mis un t-shirt ajusté sans soutien gorge. Je du mettre un petit support pour que mes seins soient bien droits, car j'ai une grosse poitrine.

Lorsque je suis entrée dans le métro, sur le quai je ne pu m'approcher tout de suite de lui mais dans le métro, ce dernier était bondé, à la station suivante, plusieurs personnes sont descendues et je vis que tout au long du trajet il cherchait a s'approcher de moi. Je me retournais et cherchais son regard dans la foule, lorsque nos yeux se rencontraient, je lui souriais.

Lorsqu'il fut derrière moi, je me suis donc retourné vers lui. J'étais debout, et j'ai pris soin de bien ouvrir mon jacquet et je me suis tournée vers lui. Je lui fis un sourire et des yeux doux, il était là debout, bouche bée. A la station Berri, une foule entra dans le wagon, je dus me coller sur lui. Je pris bien soin en premier, de coller mes fesses sur son sexe. Je fis exprès pour me gratter le dos et lorsque j'ai mis mon bras pour le remonter dans mon dos, j'ai pris soin de laisser ma main effleurer discrètement son pénis. Il était bien dur, je me suis donc retourné et je l'évitais du regard afin de voir jusqu'où il était prêt à aller.

Je sentais son souffle rapide dans mes oreilles, je pouvais sentir sa voix trembler sans même qu'il parle. Nos regards ce sont croisés et il me souris et me dis; « tu es tellement belle, j'adore ton parfum, ton look , je te désire depuis le tout premier jour où je t'ai vu » et il m'a invité à prendre un café lorsque nous sommes arrivés à destination. Nous avons échangé nos téléphones et nos noms, il s'appelle Jean et m'a invité à souper apres le travail. Lorsque je suis arrivé pour partir du café, il me pris dans ses bras et m'embrassa à pleine bouche, il embrassait extrêmement bien.

Vers 16h30 j'ai reçu un appel c'était lui il me demandait de le rejoindre à 18h00 à l'hotel de la Montagne. Lorsque je suis arrivé il m'attendait, il avait déjà commandé un pichet de bière. J'étais mal à l'aise sur le coup et regrettais presque d'avoir joué ce jeu. Nous avons bu la bière et nous sommes allé souper. Au fur et à mesure qu'on discutait, le malaise disparaissait.

Après le repas, il m'annonça que j'étais son dessert, depuis maintenant 6 semaines que je l'effeuillais. Nous avons monté à la chambre, je suis allé faire un brin de toilette et je suis revenue il était assit sur la chaise qui était placé près de la fenêtre qui donnait une belle vue sur le centre ville, il avait pris soin de mettre une musique d'ambiance. Je me suis approché de lui et j'ai continué le même jeu que celui du métro. Je me suis assise sur ses genoux face à lui, les jambes écartées, j'ai retiré mon jacquet, puis mon gilet, lui dévoilant ma grosse poitrine et je me suis mise à l'embrasser, il me caressait le dos, le ventre et les seins. Je me suis relevée et retournée dos à lui et j'ai baissé mes jeans, il pouvait voir mon cul et mon string, une fois les jeans retirée, je me suis retournée et j'ai baissé mon string au milieu de mes cuisses et je me suis approché de lui.

Il s'est empressé de glisser ses doigts dans ma chatte, je me suis dirigé vers le lit et je suis montée dessus en rampant comme une chatte, en prenant soin de bien lui montrer mon sexe, le pauvre était tellement excité, je me suis retourné et j'ai pris son gros sexe dans ma bouche, je l'ai sucé jusqu'à l'éjaculation. Nous avons passé la nuit à baiser.

Gabriella du Canada.

Lire une autre confession de cette personne :

Partouze 1H 2F  n° 06

Retour en haut de la page





Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime