- En ligne, 42 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > Rue de l'infidélité

Confession Intime - Rue de l'infidélité

C.F.n°34 Confession d'une femme n°34
Date 08/04/04
Nom Poussière d'ange
E-mail poussieredange1@aufeminin.com
Titre Rue de l'infidélité

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Si je vous dis, jeune femme de trente ans, brune cheveux courts au regard de braise, ayant aux dires de son entourage énormément de charme et de présence... Plutôt mignonne malgré quelques rondeurs bien placées, lol ... Là évidemment, vous vous dites que c'est plutôt pas mal tout ça. Si j'ajoute mariée et aimée, des enfants adorables qu'elle a tout loisir de bichonner ne travaillant pas , et une jolie maison ... Là vous vous dites " elle a tout pour être heureuse ".

Evidemment, mais ca n'est pas aussi simple que ça peut le paraître. Dans ce charmant tableau qui semble tout droit sorti d'un conte de fées, il manque cependant quelque chose ...LA PETITE ETINCELLE ... ce petit rien qui fait tout, ce petit plus qui fait vibrer le corps et le coeur, cette chose primordiale qui est peu à peu étouffée par une routine pesante. Et bien oui !! Moi non plus je n'y échappe pas à cette foutue routine. Nous sommes sans doutes nombreuses et nombreux dans ce cas .

Et que faisons nous quand le quotidien nous pèse trop ?? je vous le demande ? Eh bien, soit on prend sur soi et on fait avec, soit on OSE et on tente d'en sortir d'une façon ou d'une autre. Ma façon à moi d'en sortir, se résume en trois lettres : WEB. Eh oui !! encore une accro allez-vous dire ! . Ben oui, en quelque sorte. Mais si il y a quelque mois je ne pensait rien y trouver de plus qu'un passe temps tranquille, je me suis bien vite ravisée et à bas la monotonie ...

J'ai longtemps hésité avant de raconter MON histoire, qui ressemble sans doute à bien des autres. Mais c'est pour moi aujourd'hui comme une sorte de défouloir que de le faire. J'exorcise ma peine en vous faisant part de mon vécu ... alors voilà ...Tout a commencé de rien, comme la plupart des histoires du net ...

Je débutais sur le net et je surfais à gauche à droite pour prendre mes marques, allant de surprise en surprise. C'est ainsi que j'ai atterri dans un salon de discussion. Un salon tout public bien entendu, où les gens parlent de choses et d'autres mais où l'on se fait parfois brancher en beauté malgré tout. J'étais là en observatrice, encore assez mal à l'aise avec tout ça. Je lisais les dialogues des participants tentant tant bien que mal de comprendre toutes ces abréviations qui ne m'étaient pas du tout familières . Un mot de trois lettres bien connu des internautes ( ben oui depuis j'ai fais quelques progrès quand même ) revenait souvent : LOL. Ne sachant pas à quoi cela correspondait en langage terrestre, lol, je me suis lancée et j'ai demandé ce que cela voulais dire. J'ai reçu plusieurs réponses en salon , mais également une réponse par message instantané.

- bonjour, lol = humour ou sourire.

Et voilà comment tout a commencé . Nous avons échangé quelques mots très aisément et c'était très agréable de dialoguer avec quelqu'un de très sympathique et sans idées graveleuses derrière la tête , lol .Cette personne était un homme, 30 ans, demeurant dans le Sud de la France, marié et papa répondant au prénom de Frédéric.

Au fait, moi c'est Sarah et je suis plutôt au nord de la carte . Nous avons longuement discuté de choses et d'autres et il m'a fait connaître les ficelles de la tchate sur le net . Quelque chose est tout de suite passé entre nous et je voyais là le début d'une belle amitié, sans m'attendre à plus. Nous avons eu du mal à nous séparer suite à notre conversation et nous sommes promis de nous retrouver très vite à nouveau sur le net. Fred me faisait savoir par mail à quel moment il serait disponible pour me parler et moi de même. Et nous nous arrangions pour nous retrouver dès que possible .

Après quelques jours d'une complicité grandissante, nous avons échangé nos photographies. Je le trouvais très attirant, grand, brun, très bien bâti car très sportif. Il me complimenta également et j'en fus très flattée. Nous en venions à nous laisser des mails dès que possible, ne serait-ce que pour nous dire que nous pensions l'un à l'autre et que nous nous manquions. Je sentais que les choses se précisaient et que nous nous attachions peu à peu l'un à l'autre mais je ne voulais pas l'admettre. Cela me semblait ridicule. Nous étions tout deux très loin l'un de l'autre géographiquement et de plus chacun heureux en couple malgré la routine.

A aucun moment je n'avais envisagé de tromper un jour mon mari ... Je défendais même avec ferveur la Fidélité avec un grand F. Et pourtant ... j'en venais à me connecter dès que mon mari avait le dos tourné , ne serait ce que pour voir si Fred m'avait écrit quelques mots ...

Lors d'une de nos nombreuse conversations, Fred me confia que je hantais ses pensées , qu'il ne se reconnaissait plus . Même son entourage le trouvait changé , épanoui, heureux . Je ressentais la même chose et c'est ainsi que nous en vînmes à admettre l'inadmissible : nous étions en train de tomber amoureux l'un de l'autre...

Impossible de lutter contre ce sentiment de plénitude et de bien être. Oubliés la distance entre nous et les difficultés incombant à une telle situation.

N'y tenant plus , nous décidâmes d'échanger nos numéros de téléphone . Quelle angoisse et quelle excitation lorsque j'entendis pour la première fois sa voix très chaude et son merveilleux accent ensoleillé ...Hummmmmm, mon coeur se mit à battre la chamade et je tremblais de tout mon être . Cette émotion était palpable dans le son de ma voix et sa voix tremblait également . Nous nous retrouvions comme deux adolescents amoureux pour la première fois .

Mais il fallait admettre que nous étions bel et bien deux adultes censés être responsables ...lol .Deux adultes pris au piège du net et de l'amour , au "jeu de l'amour et du hasard " Mais deux adultes avec une envie grandissante de se donner l'un à l'autre . Nos dialogues devenaient de plus en plus précis et nous ne pouvions nous empêcher de nous faire part mutuellement du désir que nous éprouvions l'un pour l'autre ... Il fallait que nous nous rencontrions .

Après de longues réflexions à ce sujet nous arrivâmes enfin à trouver un moyen de nous voir . Nous décidions donc de faire chacun la moitié du chemin vers l'autre et de nous rencontrer à Paris, la ville de l'amour par excellence .

Je fis des pieds et des mains pour réussir à me libérer une journée entière et inventais une quelconque excuse pour me rendre à Paris . Fred de son côté avait également tout prévu . Enfin nous allions être réunis ... Nous ne cessions de nous téléphoner, chacun dans notre train, pour nous dire notre impatience. Après trois longues heures de train j'arrivais enfin en gare, et la peur au ventre je LE cherchais du regard, dévisageant chaque homme que je croisais avec angoisse et impatience. Arrêtée dans le hall de la gare, mon téléphone portable sonna ... c'était LUI.

- ben alors ? tu es où ?

- je suis plantée mortifiée au milieu du hall, et toi ?

- ok , bouge pas ...j'arrive

- attends, dis moi où tu es ????

Trop tard , il avait raccroché ...Rien que d'écrire ces lignes , je ressens encore ce sentiment d'amour, d'impatience et d'appréhension . En quelques secondes des dizaines de questions fusaient dans ma tête, la principale étant "vais-je lui plaire ????".

J'étais plongée dans mes pensées et mes questions existentielles, quand je senti une présence derrière moi , et sans oser me retourner j'entendis :

- bonjour

Je me retournais ... il était enfin là ...

- bonjour .

Nous nous sommes fait la bise. Ben oui ...Mais le désir se lisait dans nos yeux . Mais nous étions tout deux novices dans l'art de l'infidélité , lol . Le contact s'établit incroyablement facilement . Nous ne nous quittions pas des yeux, mais étrangement, nous étions bien plus timides que dans nos dialogues. Le passage du virtuel au réel se faisait ainsi tout en douceur . Nous allâmes prendre un café en face de la gare. J'étais tellement perturbée et troublée par Fred, que moi qui ne bois jamais de café je me suis pourtant surprise à en boire ce jour là , lol . Nous nous regardions ...je me disais que cet homme, là , face à moi , je l'aimait terriblement . En temps normal , je dois avouer que je ne me serais sans doute pas retournée particulièrement sur lui dans la rue ... Mais il me faisait littéralement fondre . Tout en parlant de nous , de nos vies respectives et de nos "alibis" , il posa sa main sur mon genou... je frissonnais à ce premier vrai contact et espérait qu'il ne s'arrêterait pas là ...ma main se posa sur la sienne et nos regards en disaient longs sur nos sentiments .

Nous sortîmes du café et décidâmes d'aller faire un tour dans cette superbe ville, le problème étant que ni lui ni moi ne connaissions Paris, lol. Pas facile de s'orienter au milieu de ce tumulte. Nous avançâmes au hasard. Sa main saisit la mienne et à nouveau nous fûmes suspendus chacun au regard de l'autre ... Quelques mètres plus loin, il s'arrêta sans raison apparente. Il se tourna vers moi , m'attira à lui ...et m'embrassa fougueusement . Mon dieu comme j'avais espéré ce baiser. Une main dans mon dos et l'autre sur ma nuque , il dévora mes lèvres avec passion , nos langues se mêlèrent dans la plus belle des danses, celle de l'amour. Il n'y avait plus rien autour de nous. Ne dit-on pas que les amants sont seuls au monde ? Notre baiser brûlant dura encore et encore , et je savait désormais que je ne pourrais plus me passer de la saveur sucrée de sa bouche .

Nous décidâmes de nous rendre au Champs-De-Mars , voir la Tour Eiffel. Mais nous ne cessions de nous arrêter pour nous embrasser à tout bout de champ. Nous étions bien , heureux, faisant totale abstraction de nos vies respectives . Nous étions enfin ensemble et c'est tout ce qui semblait compter désormais . Petite anecdote : nous sommes passés près d'une rue portant le nom de "Rue de L'infidélité" . Curieusement nos yeux se posèrent en même temps sur ce panneau et nous échangeâmes un regard complice. Au diable les conventions , l'amour emporte tout .

Arrivés près de la tour Eiffel, un banc nous tendait les bras ... ahhhh, les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics, comme le dit si bien la chanson ... Assis sur ce banc, de baisers en baisers notre désir s'amplifiait. Impossible de rester sages plus longtemps . Baisers passionnés et caresses se succédèrent. Sa main glissa sous mon manteau à la recherche de mes seins gonflés d'envie et pointant au possible. Comme il titillait le bout de mes seins dressés de ses doigts experts, je sentais de terribles picotement dans le bas de mon ventre et une douce chaleur m'envahir . Nul doute que mon string devait être plus qu'humide, tant ses caresses me rendaient folle. Il glissa d'ailleurs sa main sous ma jupe ...à la recherche de ce puits ruisselant alors que ma main était incroyablement attirée par le creux de son pantalon, qui me laissait entrevoir une érection fort flatteuse.

J'aurais aimé pouvoir m'emparer de son sexe à ce moment et lui faire mille et une caresses exquises . Mais il nous fallait reprendre nos esprit. Nous n'étions pas seuls dans ce parc et nous dûmes mettre fin à nos pulsions sensuelles alors qu'un couple s'approchait. Nous continuâmes notre route mais très vite il me dit timidement :

- On pourrait peut être se trouver une chambre d'hôtel, en tout bien tout honneur ...

Il semblait gêné de me faire pareille proposition. N'oublions pas que nous étions tout deux novices en matière d'adultère ce qui explique notre trouble. Mais bien évidemment nous savions ce qui se passerait dans cette chambre, ... ce dont nous avions terriblement envie l'un comme l'autre depuis bien longtemps . Nous dénichâmes donc un petit hôtel discret dans une ruelle étroite . Pas facile de demander une chambre pour quelques heures , et je pense que la gène se lisait sur nos visages. Mais nous étions à Paris , et la femme a l'accueil de cet hôtel devait être habituée à ce genre de rendez-vous Elle nous indiqua une petite chambre au fond d'une cour , chambre sûrement réservée à abriter les "relations coupables ", lol.

Il me fit entrer et referma la porte derrière lui .Les rideaux étaient tirés et l'ambiance très feutrée malgré la simplicité de l'endroit. Après avoir retiré nos vestes, il s'assit sur le lit et m'attira à lui. Sans mot dire, il enfoui son visage dans mon chemisier, embrassant et caressant mes seins à laver l'étoffe. Ses mains descendirent doucement et glissèrent sous ma jupe ...remontant doucement, tout doucement . Il me regarda alors et me dit " J'ai terriblement envie de toi mon amour ".

Pour toute réponse, je le fis basculer sur le lit et me retrouvais alors allongée sur lui. J'ouvris maladroitement sa chemise et il en fit de même. Hummmmmm...ce torse musclé ...je le couvrais de baisers, laissant ma langue vagabonder à sa guise ... Il me renversa , se redressa et retira mes longues bottes noires ...puis mes résilles...Je me laissais faire avec délice alors qu'il entreprit de retirer mon string de dentelle noir . Il s'agenouilla devant moi , à terre, entre mes cuisses ...il écarta mes jambes avec douceur et laissa sa main remonter vers mon intimité tout en déposant quelques baisers sur l'intérieur de mes cuisses...Je laissai échapper un long soupir de plaisir alors que ses doigts rencontrèrent la douceur de ma chatte rasée. Ses doigts glissèrent sur ma fente dégoulinante de cyprine puis s'introduirent en moi doucement .

Il remonta vers mon visage, laissant sa main me fouiller délicieusement et chercha ma langue de la sienne. Hummmmmm...que c'était bon ...je sentais qu'il pouvait me faire jouir ainsi, par ses caresses. Il redescendit et sa langue vint rejoindre ses doigts en moi ... il me lécha encore et encore ...titillant mon clitoris enflé du bout de sa langue. Je me cambrais sous ses caresses et luttais pour ne pas laisser un terrible orgasme me submerger.

Pas maintenant ...pas déjà ... Je le fis se redresser et m'assis sur le bord du lit. Mon visage à hauteur de sa ceinture, je le caressais à travers son jean . Mais très vite j'entreprit d'ouvrir son pantalon ...je voulais son sexe , je voulais le sentir bander sous mes doigts ...sous ma langue. Je me levais et finit de le dévêtir. Il en fit de même...découvrit ma poitrine généreuse et la malaxa nerveusement, y joignant la bouche, la langue ...titillant le bout de mes seins de sa langue, les mordillant délicatement . Nous étions nus l'un contre l'autre se dévorant de suaves caresses. Je m'emparait de sa queue bandée que je branlais avidement ...hummmmm... cette chaleur... cette douceur ...je m'assis, bien décidée à y goûter.

En plus d'un physique très athlétique, mon amant était je dois dire plutôt gâté par dame nature et doté d'un membre très ...hummmmmmmmmmm. Alors qu'il caressait mes cheveux, je laissais aller ma langue sur sa hampe, m'attardant sur son gland décalotté, titillant son méat, ce qu'il semblait apprécier tout particulièrement.

- hummmmm, ouiii, continue, suce moi ma chérie.

Inutile de me le dire deux fois, car je dois avouer que j'apprécie tout particulièrement de pratiquer la fellation . Mais il me demanda alors de le laisser s'allonger et de venir sur lui en position de 69. Me voilà donc sur lui, cuisses ouvertes, sentant ses lèvres, sa langue accompagnée de ses doigts et lui dévorant le sexe comme jamais je ne l'avais fais à personne.

- ouiiiiiii, vas y , lâche toi ...hummmmm

Je le pompais comme une chienne, me délectant des quelques goûtes qui commençaient à apparaître au bout de sa queue ...hum, quelle délice, cette saveur sucrée douce amère que je voyais comme un avant goût de sa semence que je rêvais de goûter . Tout en le suçant ainsi, je m'appliquais à caresser ses bourses, à les faire rouler sous mes doigt sentant ainsi frétiller son pieux sous ma langue ...

Je sentais qil n'allait pas tarder à jouir, et moi de même. Il dévorait ma chatte, aspirait mon clitoris avec une vigueur peu commune. Je gémissais de plaisir, sentant l'orgasme arriver...il arrêta tout à coup ses caresses et me fit me retourner et venir sur lui , comme pour faire durer le plaisir.

- embrasse moi , je veux que tu goûte à ton jus sucré...

Hummmmmm, ses lèvres étaient imbibées de ma mouille qui coulait à flot. Nous nous embrassâmes longuement et il entreprit à nouveau de me lécher et me doigter.Toujours allongé, il me fit m'agenouiller au dessus de lui et remonter de façon à avoir les cuisses bien écartées au dessus de sa bouche, mains appuyées contre le mur, je bougeais mes hanches afin de mieux sentir ses caresses buccales.

- ouiii, hummmmm, continue, c'est trop bon ....ahhhh...je vais jouir mon amour. Oui je viens...ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii...

Je fus terrassée par un orgasme surpuissant, me sentant couler de plus belle dans sa bouche. Je vibrais de tout mon être.

Jouir ainsi m'excita encore d'avantage et me donna encore plus envie de le sentir se déverser dans ma bouche. Il s'agenouilla sur le lit, tout en se branlant un peu ce qui m'excita au plus haut point. Il était tellement bo ainsi, un corps de rêve, un regard profond et ce sexe ...hummmmm.

Assise jambes écartées devant lui, je repris sa queue en bouche, le tenant fermement par les fesses. Il donnait de légers coups de reins, il baisait ma bouche ...hummmmm.

- oui, vas y, t'arrête pas, je vais venir ...ahhhhhh...c'est bon.....hummmmm, tu suces merveilleusement bien mon amour, je vais jouir ........ouiiiiiiiiiiiii, je jouiiiiissss, ahhhhhhhhhhhhh...

Et il se déversa bruyamment en moi , dans ma bouche... Hummmmmm, sentir la chaleur de son sperme couler dans ma gorge... quel délice...

Je n'en perdit pas une goûte, gourmande que je suis ...Il m'allongea ensuite et m'embrassa fiévreusement, amoureusement ...nous venions de connaître notre premier orgasme ensemble ...

Sarah

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime