- En ligne, 101 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > La mariée était cocue

Confession Intime - La mariée était cocue

C.F.n°35 Confession d'une femme n°35
Date 12/04/04
Nom Christelle
E-mail angelinabrune@aol.com
Titre La mariée était cocue

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Je ne sais pas pourquoi j'avais accepté cette invitation de mon ami Serge pour ce mariage ? Je n'y connaissais personne, pas même les futurs mariés. Serge avait besoin d'une cavalière et ne pouvant rien refuser à mon ami d'enfance, j'avais accepté !!

Serge passa me chercher à l'heure dite, et en chemin il me brossa le portrait des futurs mariés. Tous deux la trentaine, travaillant dans la même agence publicitaire et très épris l'un de l'autre en toute apparence (C'est un couple d'ami de son frère). Bref le petit couple parfait en somme ! Nous voilà donc tous deux dans la voiture, chahutant comme des enfants. Il n'arrêtait pas de me complimenter sur ma tenue, et tout en plaisantant il me dit que si je n'avais pas été son amie d'enfance il aurait eu très envie d'arracher ce joli tailleur pour voir ce qu'il y avait en dessous. Avec Serge nous avions souvent des plaisanteries au sujet de tout ce qui touche de près ou de loin à la sexualité. Car il faut dire que Serge était un incorrigible cavaleur, toujours à l'affût d'une éventuelle proie. Il faut dire qu'il était très beau mec et de surcroît très cultivé, ce qui ne gâchait rien.

Ma vie sentimentale était en sommeil depuis quelques temps. Non, pas parce que les occasions ne se présentaient pas, mais disons que je me satisfaisais pour le moment de la situation telle qu'elle était. Oui, bon ça va, ce n'est pas vrai !! Je ne me satisfaisais pas du tout de mon état de léthargie amoureuse. Mais on a le droit de rêver que d'avoir 30 ans et être célibataire c'est bien ! Pourtant Serge multipliait les occasions de me présenter à du monde, mais mises à part quelques relations ça et là, je n'avais pas encore trouvé la bonne chaussure.

Arrivés devant le parvis de la Mairie, nous rejoignions Thibaut le frère de Serge. Il était avec sa "chérie" du moment. Une nana sortie de je ne sais où, sauf peut être du magasin de peinture du coin, tant son visage était fardé. Les présentations faites nous rentrâmes dans la Mairie et l'on prit place sur les sièges du fond. Cela m'avait tout l'air d'un mariage très snob à la vue des toilettes vestimentaires de ces dames et de ces messieurs présents pour le mariage. Il y eut un léger affolement et je compris que l'arrivée des futurs mariés était proche. En effet, je le vis arriver lui en premier, ne le voyant que de dos pour le moment. Il devait mesurer dans les 1m90 et des cheveux très bruns. Sa démarche était athlétique. J'avais beau dandiné des fesses pour essayer de voir son visage, mais de l'endroit où je me trouvais c'était impossible. Puis la mariée fit son entrée, vêtue d'une splendide robe blanche avec une traîne qui n'en finissait pas. Des cheveux très longs et très blonds. Je riais intérieurement en moi car Serge durant le trajet n'avait pas arrêté de faire des blagues sur les blondes, et maintenant je comprenais pourquoi il avait tant développé sur le sujet. Il dût d'ailleurs lire dans mes pensées car il me gratifia d'un joli clin d'oeil que j'eus à peine le temps de voir tant mon regard était à présent ailleurs. J'avais devant moi un véritable Apollon. Un homme d'une splendeur à faire tomber raides d'envie toutes les femmes. C'était le futur marié !

- Eh oh !! Je te parle !

- Hein, quoi ? Excuse-moi, j'étais ailleurs, tu me disais quoi ?

- Je te disais que tu devrais arrêter de regarder Luc de cette façon, il va avoir la corde au cou dans quelques instants ma vieille !!

- N'importe quoi ! J'admirais seulement ce joli couple.

- Tu ne me la fais pas à moi celle-là ! Je connais tes yeux, surtout quand ils pétillent de la sorte.

- Allez chut tait toi on n'entend même pas ce que monsieur le Maire est en train de dire !

Serge avait vu juste. J'avais les yeux pétillants. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas ressenti autant d'émoi à la vue d'un homme. D'ailleurs je commençais à sentir mon coeur battre très fort et mes mains devenir très moites. Il fallait absolument que je reprenne mes esprits, il s'agissait tout de même du futur marié. De toute façon le "oui" fatidique venait d'être prononcé. J'avais beau me résonner intérieurement mais rien n'y faisait, j'étais en totale pâmoison devant cet homme.

Durant tout le trajet qui nous emmenait à l'auberge où le mariage se déroulerait, je ne pensais qu'à une chose, LUI !! Ne voulant pas que Serge me charrie à nouveau sur le sujet je fis semblant d'être très intéressée par le récit de sa dernière conquête acquiescent de la tête et riant quand il riait, et lui posant aussi quelques questions sur sa conquête, histoire d'être crédible.

Arrivée devant l'auberge, Serge gara sa voiture, juste à côté de celle des mariés. Luc était juste devant, il discutait avec Thibault. Je crus que mon coeur allait sortir de ma poitrine tant celui-ci battait la chamade. Mais que m'arrivait-il ?

Serge m'ouvrit la portière en parfait gentleman et on s'avança vers le marié. J'aurai voulu m'enfuir, je ne voulais que personne ne s'aperçoive du trouble qui s'était emparé de moi. Mais trop tard, j'étais là et je ne pouvais plus me défiler. C'est Thibault qui se chargea des présentations.

- Luc je te présente Christelle, une amie d'enfance de mon frangin que je ne te présente plus !

J'allais à ce moment-là lui faire la bise en m'approchant mais c'est une main tendue qui se présenta à moi. Je devais être cramoisie à cet instant-là. Quel goujat !! Je sentis le regard de Serge très amusé, et je me contenais pour ne pas lui envoyer une vanne à ma manière. Je lui rendis donc sa poignée de main. Il me dit "enchanté" très poliment, et moi j'étais terriblement vexée. Mais bon, c'était quand même le jour de son mariage et on ne se connaissait pas, il n'allait tout de même pas s'attarder sur ma petite personne, enfin c'est ce que je croyais à cet instant précis.

Les présentations ne durèrent pas, heureusement pour moi, tant j'étais gênée de cette poignée de main, car la mariée s'avançait vers nous. Je dois avouer qu'elle était très jolie, malgré qu'elle soit très blonde. Ce n'est pas que j'ai quelque chose contre les "blondes" mais moi je suis brune et je le revendique !! Thibaut fît à nouveau les présentations. Je faisais donc connaissance avec Marie-Cécile. Enfin connaissance si on veut, car malgré que je trouvais que son mari avait eu une attitude déplaisante en me serrant la main (oui je sais, je suis rancunière !) je n'arrivais absolument pas à me concentrer sur la discussion, tant mon obsession pour cet homme ma taraudait l'esprit, et dire qu'il y a à peine deux heures de cela je ne le connaissais pas encore !!

La fête se déroula le plus agréablement possible et j'évitais de le regarder trop souvent. Mais voilà, je bus peut être un peu trop ce soir-là. Et sur la piste de danse je n'ai pas raté l'occasion pour me faire remarquer malgré moi. Je me suis retrouvée affalée les fesses par terre suite à un rock endiablé avec mon ami Serge.

Ma cheville me faisait souffrir et mon ami me transporta dans une des chambres de l'auberge. On m'entoura la cheville d'une poche de glace et on m'allongea sur le lit de cette très jolie chambre. J'avais vraiment la tête qui tournait, c'est à ce moment-là que Serge m'annonça que lui aussi avait un peu trop bu et qu'il n'était pas raisonnable de reprendre la route, nous passerions donc notre nuit ici. Vu mon état je ne pouvais protester. Serge me demanda de me reposer un peu et me dit qu'il passerait me revoir un peu plus tard.

La fatigue, la douleur et surtout les vapeurs d'alcool me firent somnoler un moment je crois. Et je fis un rêve magnifique où je sentais Luc me caresser. Que ce rêve était délicieux, je n'aurais jamais voulu qu'il s'arrête. J'avais l'impression qu'il me touchait réellement ! Mais mon dieu, cela était-il possible ? !! C'est alors que j'ouvris grands les yeux et là, assis sur le lit, baladant ces mains le long de moi, c'était Luc !! J'étais stupéfaite, je me demandais si je n'étais pas en train de rêver éveillée !! Je me frottais les yeux, mais je ne rêvais absolument pas c'était bel et bien lui qui passait ces mains maintenant le long de mes cuisses.

Il fallait que je réagisse et très vite. N'importe qui pouvait nous surprendre. Et puis d'abord il se prenait pour qui se type, à balader ses mains sur mon corps alors que quand j'avais voulu lui faire la bise il m'avait grossièrement tendu la main (oui, oui, même un peu ivre ma rancune est tenace) et puis d'abord on se connaissait pas.

- Ça va pas non !! Ça vous prend souvent de caresser des jeunes femmes qui dorment paisiblement dans une chambre, le jour de votre mariage ??

- A vrai dire non, c'est mon premier mariage et vous êtes la première femme que je caresse de la soirée !!

Ah me voilà bien moi ! J'étais tombé sur un gars qui en plus d'être fantastiquement beau comme un dieu grec, semblait avoir une certaine répartie !

- Vous êtes au courant que n'importe qui pourrait nous surprendre et irait en toucher mot à votre charmante jeune épouse ?

- Aucun risque, j'ai fermé la porte à clé !

Et mon beau salaud continuait ses caresses sur mes cuisses tout en me parlant. J'avais beau être furieuse, mais je ne pouvais nier que la situation m'excitait hautement. Je crois bien que pour la 1ère fois de ma vie, j'allais commettre un acte que jamais je me serais cru capable ! C'était comme si je n'avais plus du tout de morale. Je n'avais envie que d'une seule chose, du sexe et qu'il me fasse l'amour et tout de suite, avant que ma conscience ne me l'interdise !!

Je fis mine de vouloir protester, mais c'est alors que je sentis ses lèvres sur les miennes. Il les mordillait avec fougue, je ne résistais pas à l'appel de la chair qui sonnait en moi. Je lui rendis son baiser avec une passion dont jamais je ne me serai cru capable. Ma bouche força le passage de la sienne et trouva sa langue avec laquelle je me mis à danser. Nos salives se mêlèrent !! Qu'il avait un goût exquis mon Apollon !!!

Ses mains ne restaient pas inactives et il entreprit de déboutonner le haut de mon tailleur. Sa bouche s'insinuait dans mon cou, j'étais parcouru par de terribles frissons !! Puis il continua mon effeuillage et fit glisser ma jupe le long de mes cuisses (c'est bizarre mais ma douleur à la cheville avait totalement disparu à ce moment-là !), me voilà donc en guêpière, totalement offerte aux désirs du nouveau marié.

- C'est très excitant ce que tu portes, ça met ta très jolie poitrine en valeur ! Tu mets souvent ce genre de dessous quand tu es avec Serge ?

- Attends je rectifie le tir tout de suite, Serge est un ami et non pas mon petit ami !!

- Et bien ton ami Serge est un bel idiot de ne pas avoir profité de la situation ce soir, moi à sa place..Enfin c'est bien dommage pour lui et c'est tant mieux pour moi.

- Tu sais que tu es quand même terriblement gonflé toi ! Tu as bien de la chance que je te trouve très séduisant, que j'ai très envie que tu me fasses l'amour et que je ne sois pas totalement en possession de mes moyens. Sinon..

- Sinon quoi ?

Je n'eus pas le temps de répondre, que sa bouche dévora la mienne avec une ardeur incroyable. Sa main était quand à elle occupée à défaire le lacet de ma guêpière. Il devait avoir une sacrée habitude pour enlever ce genre de sous vêtement car je me retrouvais nue, assez vite. Ses mains titillaient le bout de mes seins tendus à l'extrême, puis sa bouche vint rejoindre celles-ci. Il me mangeait, léchait les seins avec une arrogante gourmandise. J'étais terriblement excitée et une très forte chaleur prit possession de mon bas-ventre. J'avais une terrible envie de lui. Je commençais à gémir sous l'influence de ses caresses. Sa bouche montait et descendait le long de mon ventre et je sentais ses doigts glisser le long de mes cuisses. Puis il remonta pour un nouveau baiser langoureux. Je l'aidais alors à retirer ses vêtements. Et en deux temps, trois mouvements il étais nu, collé contre moi. Je sentais son érection appuyer fortement le haut de ma cuisse.. Alors que nos bouches s'emmêlaient, je sentis sa main descendre et s'immiscer entre mes jambes. Je coulais telle une fontaine tellement j'avais envie de lui. Je ressentis d'abord ses doigts me caresser doucement, puis il se mit à agacer mon clitoris de façon merveilleuse et enivrante. Mon bassin se soulevait seul tant je prenais du plaisir.

Puis il s'insinua au plus profond de mon intimité avec deux de ses doigts, qu'il faisait aller et venir au gré de sa volonté. J'essayais de me contenir, car je ne voulais pas que l'on puisse nous entendre, je ne voulais pas que ce moment s'arrête, j'ondulais ostensiblement du bassin. C'est alors que sa tête s'enfouit entre mes cuisses et je commençais à ressentir ses baisers à même ma fente trempée. Puis sa langue se mit à me lécher avec voracité. J'étais dans un état de plaisir totalement extrême !! Ses doigts continuaient leurs allers et venues dans ma grotte ruisselante et sa langue venait accentuer le plaisir que je recevais. Je n'arrivais plus à contenir mes râles et mes paroles.

- Hummmmm !!! Encore, ne t'arrête pas, c'est trop bon.oh ouiiii, hummmm !!!

- Oui parle moi, laisse toi aller !!

- Lèche moi, oui encore, comme ça !!! Hummmm

J'avais la respiration saccadée. J'avais envie de hurler tant mon plaisir était grand. C'est alors qu'il porta son doigt à ma bouche et me le donna à sucer, ce que je fis avec délectation. Et tout en continuant à me lécher, il titilla l'entrée de mon anus avec son doigt, mouillé par ma salive. J'écartais les cuisses pour lui faciliter le passage et je sentis son doigt se frayer un passage dans un endroit qui n'avait jamais était visité auparavant. Je le sentais doigter mon derrière en même tant que sa langue se régalait toujours de ma fente, désormais trempée. Jamais je n'avais ressenti autant de plaisir, je fus alors prise d'un orgasme terrassant. Je criais ma jouissance en enfonçant mes doigts dans son dos. J'étais aux anges, j'avais l'impression d'avoir tout oublié, d'avoir surtout oublié qu'il était tout juste marié !! Mais je voulais que cela continue encore, je le voulais au plus profond de moi.

- Tu es magnifique quand tu cries ton plaisir.

Je dus rougir à cette remarque. Mes yeux se rivèrent alors vers son bas-ventre et son sexe bandé au maximum. Après lui avoir déposé un baiser sur ses lèvres. Je descendis le long de lui en léchant son torse de ma langue. J'arrivais enfin à l'objet de ma convoitise que je caressais dans de doux va et vient de ma main. Il commençait à avoir le souffle quelque peu haché.

- J'ai envie que tu me prennes dans ta bouche ! Suce moi !

Je ne me fis pas prier et j'enrobais alors ce sexe délicieusement bandé dans ma bouche pleine de gourmandise. Je titillais le bout de son gland presque violacé de ma langue fureteuse. J'adorais la caresse buccale que je lui infligeais à ce moment-là, j'étais alors maître de son plaisir à lui. J'accélérais alors la cadence en allant encore plus au loin dans ma fellation et au bout d'un petit moment de ce merveilleux traitement, je l'avalais entièrement dans ma bouche, faisant jouer ma langue au gré de ma volonté sur ce bâton de chair dont je me délectais. J'accélérai un peu plus le mouvement en le suçant de plus en plus fort et cette fois-ci c'est moi qui portais un doigt à sa bouche, qu'il lécha sans aucune retenue. C'est alors que je repris ma fellation tout en lui introduisant à mon tour un doigt dans son oeillet !! A mon grand plaisir, il ne fut nullement offusqué par cette caresse anale. Je délaissais alors son bâton de chair de ma bouche pour descendre plus bas, et tout en continuant à jouer des doigts à l'intérieur de son anus, j'avalais délicatement ces bourses gonflées.

Ses gémissements devenaient beaucoup plus bruyants. J'avais envie de goûter au nectar de sa jouissance et j'avais surtout très envie qu'il se souviennes de moi. Alors de mes doigts je continuais ma caresse anale, de mon autre main je caressais ses testicules et ma bouche s'activait sur son méat extrêmement tendu. Je savais bien l'effet et les sensations que je lui procurais à cet instant là. Je le caressais, le léchais et le suçais en même temps. Je l'entendais gémir très fort, et cela me rendait folle d'excitation.

- Je vais jouir !!! hummmmmm, jamais on ne m'avait fais cela auparavant !!! Continuuuu, pompe moi encore, caresse moi, doigte moi..Hummm, tu me rends barge !!!

A la façon dont il venait de s'exprimer, sa façon plus crue de me parler, je compris tout de suite que son plaisir était intense et qu'il allait bientôt me régaler de sa semence. J'accentuais alors un peu plus le mouvement.

- Hummmm, je viens !!! Ouiiiii, c bon !!!! Avales tout !!

Je senti alors son nectar se répandre dans le fond de mon palais. Je prenais un plaisir fou à le recevoir dans ma bouche. Je le léchais jusqu'à la dernière goûte. Je plantais mon regard dans le sien et passais sensuellement ma langue sur mes lèvres. Ces yeux étaient rivés sur les miens. Il se releva et me pris dans ses bras. Il m'embrassa cette fois avec une infinie douceur, ce qui m'électrisa totalement.

J'étais dans un état de totale plénitude, j'étais heureuse. Je savais bien qu'il allait repartir et retourner auprès de ses invités, mais j'étais heureuse de l'avoir eu pour moi seule durant ce long moment. Pendant quelques minutes nous n'échangions pas un mot, seul nos yeux se dévoraient avec intensité.

- Je sais que je ne devrais pas te dire ça, mais je pense que tout le monde doit te chercher.

- Oui je pense, mais tu vois, là, pour le moment, je n'ai pas envie de retourner auprès de ce joli petit monde, ce dont j'ai furieusement envie, c'est de toi !

Mon coeur se mit à battre la chamade. J'étais surprise et folle de joie. Je n'en revenais pas qu'un si bel homme, marié depuis même pas 5 heures avait envie de me faire l'amour à nouveau. Une chaleur extrême s'empara à nouveau de mon bas ventre. Moi aussi j'avais très envie de lui et de le sentir au plus profond de moi.

Il se jeta pratiquement sur moi. Nos bouches ne semblait pas vouloir se détacher l'une de l'autre. Sa main se retrouva très vite entre mes cuisses. J'étais à nouveau inondée de désir.Je sentais ses doigts fouiller mon intimité, ils passaient et repassaient sur ma fente désormais trempée. Je ne restais pas inactive et je caressais également sa queue qui retrouva très vite de sa vigueur. C'est alors qu'il se positionna entre mes jambes et de sa main il saisit son sexe et me caressa avec. Je tremblais de plaisir !

- Prends moi, maintenant, j'ai envie de sentir ta queue en moi..

Et par une poussée des plus sensuelles et érotique, il me pénétra doucement. Il resta un instant sans bouger. Nous ne faisions qu'un, c'était magique. Sa bouche dévorait le bout de mes seins extrêmement gonflés. Il se mit à les lécher et en même temps il commença ses long va et viens. Je sentais sa queue dans ma grotte brûlante et mes gémissements commençaient à se faire entendre. Le rythme s'accéléra alors..

- Ouiiii, vas y, encore, ouiiiiiii !!!

- Hummm, tu es trempée, hummm c bon !!!

Sa façon de me faire l'amour me transcendais totalement. D'un côté la douceur de ses gestes et d'un autre côté sa bestialité verbale. J'adorais qu'il me parle de manière crue. Cela me rendait totalement folle.

- Ouiiii, hummmm, encore, plus fort.hummmm !!

- Tu aimes que je te défonces hein ma garce !! Je vais te faire hurler moi !!

La cadence s'accéléra alors nettement tant dans les gestes que dans les paroles. Il prit mes jambes et les porta à ses épaules. Il me pénétrait maintenant de façon beaucoup plus sauvage et je dois avouer que mon plaisir en était encore plus décuplé. Nous étions tellement excités lui et moi que nous criions notre plaisir. Nos bouches se dévoraient littéralement. Il me fît alors me mettre à quatre pâtes et me prit de cette façon, en levrette. J'étais en nage !! Et tout en me pistonnant de façon bestiale, je sentais sa main me caresser à nouveau la fente. La jouissance me terrassa alors et j'hurlais mon plaisir. Jamais, au grand jamais je n'avais eu un orgasme aussi puissant. J'étais dans un tel état que ma jouissance provoqua alors la sienne. Il se retira alors de moi, me retourna et éjacula sur ma poitrine.

Il était magnifiquement beau dans son orgasme. Ses doigts vinrent sur mes seins et il me les caressa pour m'étaler le nectar de sa semence, puis ses doigts remontèrent le long de moi, jusqu'à ma bouche et je les lui léchais.Il me regardait avec une lueur du fond des yeux que je n'oublierais jamais. Il m'embrassa à nouveau et me serra très fort contre lui.

A ce moment là, j'aurai donné tout l'or du monde pour être la mariée et être auprès de lui chaque nuit ! Il se leva et alla se rafraîchir dans la salle de bain. Moi je restais là, allongé sur le lit, la tête perdue dans mes pensées.

- Je te remercie pour ce fabuleux moment et je vais peut être te choquer, mais j'ai très envie que l'on se revoit !

- Mais te rends tu compte que tu es tout juste marié ?

- Oui je le sais, mais quand je t'ai vue sortir de la voiture, j'ai eu une révélation !

- Merci de me le dire, car je n'avais pas vu cela moi !! Monsieur poignée de main !!

- Oui mais quand je suis troublé, je réagis bizarrement ! Alors on se reverra?

Il est possible que je dise oui ou non à cette demande, mais ceci est une toute autre histoire.

A suivre...

Christelle

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime