- En ligne, 94 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > Au pays des interdits

Confession Intime - Au pays des interdits

C.F.n°38 Confession d'une femme n°38
Date 11/09/04
Nom Lionfer
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre Au pays des interdits

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Il y a des pays où le sexe est tellement tabou que cela rend les hommes extrêmement frustrés. C’est dans l’un de ces pays que je me suis rendue récemment et où j’ai, entre autres choses, rencontré l’un de ces hommes. Il ne savait pas à quel point notre rencontre allait bouleverser ses convictions et ses préjugés sur le sexe…

Quelques mois plus tôt, des amis m’avaient mis en contact avec lui et le courant est tout de suite passé au téléphone. Il avait une voix très excitante, douce et calme, qui me faisait mouiller intensément par moments. Le jour de notre première rencontre, je ne savais donc pas à quoi il ressemblait, mis à part que c’était un grand brun. J’étais excitée et nerveuse à la fois à cette idée. Quand je l’ai enfin vu, mon appréhension s’est transformée en une totale excitation car non seulement c’était un grand brun mais en plus tellement charmant et raffiné, tout ce qui me donne envie de croquer un homme !!! Lui avait vu quelques unes de mes photos et il aimait mon côté simple en jean moulant et haut blanc. Il m’a invité à déjeuner dans un restaurant très intime, rare dans ce pays, mais l’idée que l’on me surprenne avec un homme ne me faisait pas peur, bien au contraire, j’étais très excitée à l’idée de transgresser des interdits ou la soit disante morale.

Il savait que je me masturbais régulièrement avec des godes et des vibros de toutes sortes et il était curieux de connaître mes sensations, choses que je lui ai décrites tout en sachant que ça allait encore plus l’exciter. Cerise sur le gâteau, à la fin du repas je lui ai lancé : « tu voudrais voir un de mes jouets ? Il est dans mon sac, je l’emmène partout avec moi…». Sans dire un mot j’ai compris à la lueur de ses yeux qu’il bouillonnait. Je le lui ai montré et il a ri d’un rire franc que je n’oublierai jamais. A ce moment là, lui qui était si conventionnel avec les femmes, a su qu’il pouvait me dire ce qui lui traversait par l’esprit puisque ça ne me choquerait pas et il m’a lancé : « depuis que je t’ai vu tout à l’heure, je n’arrête pas de penser à la façon de te donner envie de moi, cela fait quelques années que je n’ai pas rencontré une femme qui me fait bander par un simple regard». Il avait une façon très sincère et touchante de le dire, chose qui m’a encore plus donné envie de lui faire connaître de nouveaux plaisirs. Je lui ai répondu : « tu n’as plus besoin d’y penser, j’ai déjà très envie de toi aussi et je voudrais que tu n’ait aucun tabou avec moi ».

Quelques minutes plus tard, on s’est retrouvés dans son appartement où on s’était glissés en vérifiant qu’il n’y avait personne aux alentours. Je ressentais une boule au bas du ventre, signe que je voulais qu’il me fasse jouir. Mais ce qui me plaisait avant tout était l’idée que ce brillant homme d’affaires de plus de trente ans, qui a beaucoup voyagé, ait encore tant de choses à apprendre en matière de sexe et que c’était moi qui allais l’initier. Il avait toujours eu des pratiques sexuelles très classiques et en dehors de la pénétration vaginale, il n’avait pas testé beaucoup de positions. Cela rendait le challenge encore plus enrichissant…

Une fois dans l’intimité, il m’a pris tendrement dans ses bras comme si il ne réalisait pas encore que c’était bien lui qui était dans cette pièce. On était debout, tout habillés, et on a commencé à s’embrasser très doucement, lui en me caressant les cheveux, et moi le bas du dos. La boule que j’avais en bas du ventre s’est transformée en inondation tellement j’étais excitée !!! Mes mains se sont glissées sur son pantalon et ont pressé son sexe que je sentais endurci. Il m’a déshabillé délicatement, m’a fait asseoir au bord du lit, m’a pris une jambe, puis l’autre pour m’enlever mes chaussures, tout en me massant les pieds, un vrai délice !!!!

Puis sa bouche s’est posée sur un pied et a remonté le long de mes jambes tremblantes d’excitation. J’ai sauté sur sa bouche pour jouer avec sa langue sucrée. C’était ensuite à mon tour de le déshabiller. Je lui ai plus arraché ses vêtements qu’autre chose et je l’ai observé quelques secondes dans son boxer noir moulant. J’étais en boxer aussi qui remontait en haut des fesses et les mettait bien en valeur. J’étais sur lui maintenant en train de lui masser le sexe avec le mien et il me caressait les fesses tout en m’embrassant. Il m’a murmuré : « c’est vrai que tu as un p’tit cul très excitant ». Je lui ai dit « tu voudrais y goûter ? ». Il m’a répondu : « je ne sais pas comment m’y prendre ». Je l’ai rassuré : « je vais te guider ». Mes lèvres sont descendues sur son torse, puis son sexe. Je l’ai mis a nu et j’ai commencé à l’embrasser tout doucement.

Ensuite je l’ai regardé droit dans les yeux et lui ai dit : « je vais d’abord me dilater avec les doigts ensuite tu n’auras qu’à commencer à me pénétrer doucement et de plus en plus fort quand tu me sentiras moins serrée ». Son sexe était encore plus endurci, prêt à exploser !!! J’ai enlevé mon boxer complètement trempé et je me suis mise en position pour lui donner encore plus envie de me prendre, j’ai entré un doigt dans mon anus, puis deux, puis trois et j’ai fait des allers-retours et des rotations jusqu’à ce que je me sente un peu ouverte. Il n’a pas attendu mon signal pour venir me mordre les fesses et comme j’apprécie les choses inattendues je me suis retournée pour le sucer un peu. Il m’a dit « ne m’excites pas trop j’ai envie de t’enculer et de jouir dans ton anus ». Je me suis remise en position sur le lit, cambrée, coudes posés et il j’ai senti le bout de son sexe dans mon anus accueillant.

Il entrait très doucement et lentement. Je lui ai dit : « tu peux aller plus loin » et là il m’a complètement pénétrée, ça m’a fait un peu mal mais comme j’adore cette petite douleur avant l’extase anale.... Il a senti que je prenais mon pied et m’a pris par les cheveux tout en me mordant le cou. Je sentais qu’il commençait à comprendre le mécanisme du plaisir anal, il me pénétrait de plus en plus vite et je me sentais de plus en plus ouverte. Mon premier orgasme m’a fait trembler et comme il continuait à s’enfoncer en moi, j’ai commencé à me caresser le clitoris. Une deuxième vague de plaisir mêlant l’anal au clitoridien m’a achevé et il n’a pas tardé à éjaculer en moi en me murmurant « c’est trop bon, à trente quatre ans, tu m’as fait connaître quelque chose de fabuleux ».

Il est resté un moment allongé sur moi à me caresser. J’avais encore soif de son sexe et très envie de le sucer après le plaisir qu’il m’avait donné. Je l’ai relevé et lui ai dit de s’asseoir au bord du lit, je me suis agenouillée et j’ai pris son sexe dans les mains, je l’ai enduit de ma salive et j’ai commencé à lui en sucer le bout tout en massant verticalement sa base. Il avait fermé les yeux et était en extase et moi aussi, je prenais un pied fou à le sucer et à chaque fois que je le sentais prêt à exploser, je ralentissais le rythme des va-et-vient ou je retirais ma bouche pour le lécher ou masser ses couilles pleines. De temps à autre, je remontais à sa bouche pour lui sucer la langue tout en caressant son torse de combattant. Plus je le sentais prêt à éjaculer et plus mes baisers se faisaient langoureux et ça le rendait fou. Je savais qu’à ce moment là je le contrôlais complètement.

Je me suis assise sur lui, son sexe me pénétrait maintenant et en prenant appui sur le lit, j’allais et revenais sur lui. Il me caressait les seins dressés d’excitation. Mon rythme s’est fait plus rapide et j’ai ressenti une vague de plaisir vaginal moins violente que les précédentes. Je suis retournée à terre pour le sucer une dernière fois avant qu’il éjacule dans un cri rauque. On est tombés dans un doux épuisement après nos efforts et il m’a dit « tu fais très bien l’amour », je lui ai murmuré « c’est parce que j’adore donner du plaisir et que je prends mon pied dans tout ce que je peux faire avec un homme »…Je me suis dite « lui qui pensait il y a quelques mois que le plaisir anal était un acte pervers… ».

Quelques jours plus, après un dîner bien arrosé, sur le chemin du retour, on était tellement impatients de faire l’amour qu’on s’est arrêtés au bord de la route. On savait tous les deux qu’on pouvait se faire arrêter à tout moment ou tout simplement être importunés par des gens choqués par nos actes, mais ça n’a pas empêché la suite. Je lui avais caressé le sexe à travers son pantalon avant qu’on s’arrête et il n’avait qu’une seule envie : me prendre violemment l’anus. Je me suis mise sur le côté du siège pour pouvoir glisser mon jean et le string que je portais ce jour là. Mon fougueux amant n’a pas attendu que je me dilate pour me pénétrer d’un seul coup, précis et efficace, et la douleur mêlée à la chaleur de son sexe en moi m’a transporté dans une jouissance extrême et très violente. Il n’a pas tardé à jouir quelques secondes après moi et on était tous les deux sur un nuage en repartant.

Lionfer.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime