- En ligne, 58 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > Cuba

Confession Intime - Cuba

C.F.n°44 Confession d'une femme n°44
Date 13/12/04
Nom Chinook
E-mail chinook_04@hotmail.com
Titre Cuba

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

C'était au printemps dernier, plus précisément au mois de mars. Thierry et moi étions en vacances à Cuba dans un club très chic. Nous avions choisi cet endroit car le naturisme y est toléré...

Ces vacances étaient biens mérités car notre couple battait de l'aile à cause de trop de boulot et trop d'obligations, la passion qui s'étiole...

Après deux jours de détente sur la plage, nus comme des vers au milieu des nudistes, une grande sensation de bonheur commençait à m'envahir, sans compter que la vue de tous ses corps nus accentuait ma sensualité... Cela faisait contraste avec ce qu'était devenu notre couple.

Voilà que je décide de m'offrir un massage afin d'enlever toute trace de stress et de tension. Donc, à l'heure dite, il était 13h55, je m'extirpe de ma chaise et quitte l'ombre bienfaisante de mon palapas. J'enfile un paréo sur ma peau nue et je m'achemine vers le lieu du massage, une petite hutte qui me dérobe à la vue des baigneurs et des bronzeurs, mais qui me permet de voir la mer, d'entendre les vagues, de sentir l'odeur du sable chauffé à blanc par le soleil...

Je m'approche de la hutte... et je suis surprise et désemparée de constater que ma masseuse est... un masseur, 100% cubain. Je remarque rapidement ses belles mains : une vraie belle patte d'homme... Je ne parle pas bien l'espagnol, mais je comprends qu'il veut que j'enlève mon paréo et que je m'étende sur la table de massage. Sur le dos ou sur le ventre? Il me fait comprendre que je dois me mettre sur le ventre. Je m'exécute mais je me cache tant bien que mal avec la serviette de plage mise à ma disposition. Je suis rouge jusqu'aux oreilles et ça m'est inconfortable. Et voilà que je pense que j'aurai dû mettre mon maillot...

L'homme s'enduit les mains d'une huile subtilement parfumée aux agrumes... et il pose ses mains puissantes sur ma nuque... Il amorce de longs mouvements circulaires sur mes épaules, ma nuque, le dos... Il allonge ses mouvements jusqu'au bas de mon dos. Je suis attentive et je suis sûre que jamais il n'osera toucher mes fesses! En effet, il reprend ses mouvements : épaules, nuque, dos, omoplates... Le voilà qui affleure la limite entre le bas de mon dos et la naissance de mes fesses... Maintenant, il s'attaque à mes bras et mes mains. Ouf! L'honneur est sauf.

Pour les jambes, il débute par les pieds, insiste sur la plante et remonte le long de mes mollets. Des mollets, le voilà qui chemine sur l'arrière de mes cuisses. Pour faciliter son travail, il écarte légèrement mes jambes. Je suis mal à l'aise. J'ai l'impression que ma chatte est visible et offerte... mais je divague. Le voilà qui reprend ses mouvements circulaires, subtilement. J'ai l'impression que ses doigts effleurent l'intérieur de ma raie. Mais voilà que mon corps me trahit : malgré moi, je cambre les fesses. Je me dis qu'il n'a pas pu s'en apercevoir.

Le voilà qui recommence ses mouvements circulaires depuis la pointe de mes pieds. Je suis attentive. Je sais qu'il ne répétera pas son erreur de parcours. Il remonte jusqu'au creux du mollet. Ouf! Je vois bien que cet homme n'a pas d'autres intentions que professionnelles.

Mais en même temps je me sens déçue. Et les mouvements circulaires de la pointe des pieds, les mollets et voilà qu'il poursuit son chemin le long de ma cuisse, remonte la pente rebondie de mes fesses... et oui, son doigt effleure mon sexe. C'est assez sensible pour que je sente bien que son doigt a glissé à l'intérieur de ma raie et entre mes lèvres supérieures. Ho! Une fraction de seconde, la moitié d'un battement de cils, mais assez pour que mes fesses se cambrent.

Il reprend ses mouvements en redescendant, s'arrête au creux du genou, insiste un peu et remonte ma cuisse à nouveau. Sans suspendre son geste, écarte mes genoux. Ma chatte est carrément offerte, je n'offre aucune résistance et je mouille. Les chutes du Niagara! J'ai l'impression que mon sexe suinte, je sens même quelques gouttes de ma cystine couler le long de mon clito. Le masseur n'en a que faire. Il abandonne mes jambes et retourne à mon dos et s'attaque à nouveau à mes bras. Ses massages atteignent la base de mes seins. Il insiste sur chacun d'eux. Je n'ai plus de volonté.

Voilà que ses mains quittent mon corps. Je tremble. Il enduit mon corps d'huile, frotte ses deux mains l'une contre l'autre et entreprend sans préambules de masser mes fesses. Un doigt impérieux, tel une tête chercheuse, repère mon clito, ne s'y attarde pas. L'homme, prudent attend ma réaction qui ne se fait pas attendre, mes fesses, mes hanches se cabrent! Son doigt caresse mon clito. J'en veux encore. Il soulève mes hanches. Toujours à plat ventre, vous imaginez le spectacle de mon sexe offert.

J'ouvre furtivement les yeux. À 10 mètres de là, des gens se prélassent sur la plage. À 20 mètres, des baigneurs batifolent dans l'eau bleue. Les gens qui passent sont discrets et je me demande ce qu'ils verraient, s'il tentaient un regard indiscret dans ma hutte. Je garde les yeux ouverts. L'homme s'attarde sur mon clito, son doigt s'enfonce dans mon sexe ouvert. Je veux qu'il me caresse. Je n'en peux plus. Je veux jouir. Mon tortionnaire n'abandonnera pas aussi aisément la partie. Il enfonce un doigt dans mon anus. Je proteste sans pouvoir élever la voix. Caresse mon clito à nouveau. Je n'en peux plus! Il abandonne son jeu et me donne une petite tape sur les fesses.

Si j'étais dans une situation normalement, je me révolterais. Le masseur m'intime l'ordre de me tourner sur le dos. Je m'exécute. Au diable la pudeur!Je le laisse retirer la serviette qui couvrait ma poitrine. Il masse mon ventre et caresse mes seins. Et les pince sans ménagement entre ses doigts. Mais il me bloque avec son autre main sur mon ventre. Je voudrais me tortiller qu'il m'en empêche. Je voudrais que cette main touche mon sexe. Il est mécontent : j'ai serré mes cuisses. Mais il est trop fort pour moi où j'ai en ai tellement envie que je les écarte.

Le voilà qui me masse les jambes. Sur ma main qui pend, je sens son sexe appuyé. Sa main remonte le long de ma cuisse. Son doigt fouille la fente de mon sexe. Je coule à ce point que ma raie entière est humide. Il se penche, écarte mes jambes et entreprend de lécher ma fente. En même temps un doigt s'enfonce dans mon anus. J'ai envie de hurler. C'est douloureux et voluptueux. Le masseur retire son doigt et arrête de me lécher. Avec son majeur et son pouce, il caresse, que dis-je, pince mes mamelons, si bien que je n'en peux plus.

Je suis cambrée. Il saisit mon clito avec son majeur, le caresse, le triture. Me pénètre avec ce doigt et revient à mon clito. Il étend ma serviette sur la partie supérieur de mon corps. Soulève mes fesses et y glisse un petit coussin. Écarte à nouveau mes jambes. Seul mon sexe est dégagé, soulevé, offert, Dès que je suis sur le point de jouir, il cesse son mouvement.

Mais voilà, qu'il y revient, et caresse, caresse, caresse encore, et je n'en peux plus. Il veut retirer sa main, mais voilà-t-il pas que je lui saisis le poignet. Je veux jouir. Sa main accélère et me libère enfin de cette tension insupportable. J'explose. Au même moment, il m'attire contre lui, colle son sexe sur ma poitrine et jouit à son tour sur mes seins.

Un verre d'eau glacée, une serviette passée à la hâte sur mes seins. Une claque sur les fesses et voilà, c'est terminé. Je le regarde de biais. Je ne me peux m'empêcher de sourire. Je me demande quel pourboire lui laisser?

Je vais au bar, commande deux mohitos. Je ne sais pourquoi, il me semble que mes hanches roulent un peu plus, que j'ai une démarche un peu différente.

Chinook.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime