- En ligne, 46 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > Le mobil

Confession Intime - Le mobil

C.F.n°57 Confession d'une femme n°57
Date 18/09/05
Nom Armelly
E-mail armelly@hotmail.com
Titre Le mobil-home

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Bonjour, je m'appelle Armelle et je vis en couple avec 3 enfants. Mon mari est le deuxième homme que j'ai connu et j'avoue ne pas avoir eu d'intérêt particulier pour les relations sexuelles à son grand regret ...

Cet été nous sommes partis en centre de vacances en mobil home dans la région de Bordeaux. Nous avons rapidement sympathisé avec nos voisins immédiats, notamment Stéphanie et Gérard avec leurs deux enfants. Si Gérard n'est pas très avenant, Stéphanie et moi nous ressemblons beaucoup, petites, brunes, cheveux courts, petite poitrine toutes les deux, yeux marrons pour elle et yeux bleus pour moi. Par contre, elle est nettement plus délurée que moi et j'ai vite appréciée d'aller la retrouver pour prendre le café avec elle pendant que nos hommes s'occupaient des enfants.

Modiste spécialisée dans les sous vêtements féminins, elle était toujours ou à dessiner des modèles ou à assembler des "prototypes" ou à finir des modèles déjà préparés. De temps en temps, elle me faisait essayer ses créations ou plutôt ses "tentatives" comme elle les appelait. J'aimais cette ambiance sans fausse pudeur excessive mais sans exhibitionnisme non plus.

Ce mardi là, je devais la retrouver vers 13h pour bavarder ... et essayer deux de ses "tentatives". J'allais à son mobil home, je frappais à la porte ouverte et rentrais directement dans le salon-salle à manger-cuisine. Il n'y avait personne ou plutôt elle devait être occupée sous la douche que j'entendais couler. Je m'approche de la salle de bains et annonçant "c'est moi" j'ouvre la porte et tombe sur Gérard nu, de dos en train de sécher ...

Je bafouille, m'excuse et retourne dans la pièce principale en rougissant de honte. Depuis la salle de bains, Gérard m'explique que Stéphanie est partie à la plage s'occuper des enfants et que lui est resté se reposer ! Mais elle l'a prévenu que je passerai certainement et elle a mis à ma disposition ses modèles à essayer sur le lit de la grande chambre. Il m'invite alors à aller les voir et à procéder à l'essayage.

Je ne sais pas quoi faire et j'ai peur d'être indélicate de refuser mais je me sens gênée par Gérard et je préfèrerai que Stéphanie soit là ! Il faut dire que Gérard est plutôt grand et bedonnant et assez macho du genre "les femmes debout dans la cuisine" et "les mecs assis devant la télé" bref pas très agréable malgré une voix chaleureuse.

Hésitante, je vais dans la chambre et vois les modèles posés sur le lit, Gérard est toujours dans la salle de bains et je ne sais pas pourquoi mais je tremble. Je sens comme une angoisse me nouer le ventre mais je prends le soutien-gorge blanc. Je ressens d'un coup la chaleur et la moiteur du mobil home. Je jette un coup d'oeil vers la salle d'eau d'où ne vient aucun mouvement et avec le sentiment de me jeter à l'eau, je déboutonne mon chemiser, retire mon soutien-gorge et enfile celui exposé. Je retire mon short puis ma culotte quand j'entends Gérard sortir de la salle d'eau et venir directement dans la chambre !

Il ouvre la porte et m'observe de dos finir de passer la culotte assortie au bustier ! Je sens son regard, parcourir mon dos et descendre jusqu'à s'arrêter sur mes fesses, gênée je me sens rougir d'être ainsi observée. "Pas mal" dit-il en me tendant la main "tourne un peu pour voir !". Sans attraper sa main, je me retourne et lui fait face croisant les mains devant mon ventre. Il les attrape, m'attire vers lui et me tourne et me retourne à nouveau. Je fais maintenant face au lit et au miroir du baldaquin, Gérard est juste derrière moi et je pourrais presque sentir son ventre contre mon dos.

Ma respiration s'est accélérée, je suis comme tétanisée. L'angoisse au ventre a laissé la place à une intense chaleur qui irradie jusqu'à mon bas ventre. "Tu es comme Stéphanie" dit il.

"Tu remplis la culotte mais pas les bonnets !"

Et joignant le geste à la parole ses deux mains viennent tâter et palper mes fesses à travers la culotte puis glissant doucement vers les hanches, il les remonte en me caressant le ventre et vient prendre possession de mes seins ! J'en ai le souffle coupé et malgré la chaleur je ne peux empêcher mon corps de frissonner. "Tiens on va vérifier!" et avant que j'ai pu me remettre de cette caresse, il dégrafe mon soutien gorge et libère ma poitrine pour mieux s'en emparer. Il caresse chaque sein comme pour les mesurer et les soupeser.

"Tu vois, comme elle tu as les seins ni en poire ni en pomme mais plutôt en oeuf sur le plat !".

Je l'entends à peine et sens juste ses mains me caresser. Et je vois bien que je ne veux pas qu'elles s'arretent.

"Par contre les tiens se dressent un peu plus " dit il en insistant sur les pointes des mamelons.

Ceux-ci sont durs et très sensibles au lent va et vient de ses mains autour des aréoles.

"Et je suis sûr que pour les fesses c'est pareil" abandonnant ma poitrine ses mains descendent lentement jusqu'à mes hanches, s'arrêtent un instant sur l'élastique de la culotte puis entraîne celle-ci avec douceur le long de mes cuisses d'où elle finit par se libérer. Je suis entièrement nue devant lui et il place ses mains sur mes fesses en les écartant un peu pour en prendre la mesure.

"Et encore une fois comme elle tu as les fesses pleines et un peu allongées".

Sa main gauche remonte vers ma poitrine et je serre les dents pour ne pas respirer trop fort car j'ai le souffle court. Sa main droite contourne ma croupe et vient se placer sur le pubis.

"Par contre là tu es plus fournie" dit il en fouaillant ma toison.

Sa main droite descend encore et vient buter sur les cuisses dans l'entrejambe. Je ne bouge pas, ses doigts appuient sur les cuisses mais je ne cède pas et garde les jambes serrées. Alors il remonte un peu sa main en écartant les doigts puis redescend très lentement le majeur tendu plaqué contre ma peau, je sens ce doigt qui descend et je sais où il va ! quand il atteint mes lèvres je ne peux empêcher un petit cri de libération.

Il me serre contre lui , force mes jambes de sa main et la plaque contre mon sexe qui est entièrement humide. Tout en m'embrassant, il me pénètre de son pouce tandis que ses autres doigts viennent jouer avec mon autre orifice. Je gémis sous cette caresse nouvelle pour moi et bientôt il remplace son pouce par son index et son majeur réunis et je gémis à nouveau.

Tandis qu'il s'active et explore mon vagin, sa main gauche malaxe mes tétons et sa bouche m'embrasse et me lèche. Je sens le plaisir monter en moi au fur et à mesure qu'il me chatouille et me gratouille l'intérieur et ne peut retenir maintenant de petits cris.

Mais ses mains m'abandonnent d'un coup .. je comprends qu'il se déshabille et m'apprête à me retourner pour me coucher sur le dos sur le lit mais il me maintient fermement debout dos à lui. Je sens enfin son sexe dressé contre moi entre mes fesses et sa taille m'impressionne. Un peu inqiète et ne sachant trop comment s'y prendre je le laisse faire; il me penche le buste en avant ,se met bien derrière moi, attrape mes seins à pleine mains et vient placer son sexe à l'entrée du mien. Puis doucement, lentement mais fermement il me pénètre et viens au fond de moi.

Chaque respiration est un gémissement de plaisir et j'écarte encore plus les jambes car je n'en reviens pas de le sentir autant en moi et je voudrais qu'il rentre encore plus profondément. Je le sens palpiter et appuyer en moi, c'est une sensation totalement nouvelle et extrèmement excitante !

Il finit par grogner et commence à se retirer mais juste avant de ressortir, d'un rapide coup de reins il se renfonce en moi. Ce coup de sexe me surprend et me fait vraiment crier alors il recommence et maintenant chacun de ses coups m'arrache un cri de volupté. Bientôt il n'arrête plus ses mouvements et accélère la fréquence de ses pénétrations. Son ventre tape sur mes fesses, mon corps tremble sous ses coups de plaisir et de sexe, je ne peux rien retenir et j'accompagne mes cris de coups de reins maladroits pour qu'il s'enfonce encore plus et d'un seul coup une onde de plaisir me parcoure le dos, la colonne vertébrale, tout mon corps frissonne et me fait hurler pendant que je m'effondre je sens du liquide couler abondamment de mon entrejambe.

Gérard continue encore un instant ses va-et-vient et finit par jouir en moi en grognant et en râlant mais je suis incapable d'aucune réaction et je reste un bon moment à gémir mon plaisir avant de m'endormir. C'est Stéphanie qui m'a réveillée une heure plus tard en me découvrant ainsi mais c'est une autre histoire.

Voilà, confesser cette aventure m'a soulagée et aussi très excitée mais elle m'a permis aussi de m'en rappeler avec joie les sensations, émotions, les désirs et surtout ô combien de plaisirs !

Armelle.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime