- En ligne, 101 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > Métro passion...

Confession Intime - Métro passion...

C.F.n°65 Confession d'une femme n°65
Date 13/08/06
Nom Carlota 85 (Photo)
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre Métro passion...

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Bonjour à tous et à toutes, je vais vous raconter l'agréable mésaventure qui m'est arrivée la semaine dernière dans le métro parisien.

Je me présente brièvement, je m'appelle Charlotte, j'ai 21 ans et je suis originaire de Corse. Mes contraintes professionnelles m'ont obligée à quitter Bastia pour venir travailler en tant que réceptionniste à Paris.

Travaillant dans un hôtel de luxe, je me dois d'être irréprochable quant à ma tenue et mes patrons m'on fait comprendre qu'être habillée sexy aidait pour l'obtention des pourboires...(ce qui est bien vrai!!).

Donc, je partais au travail vers 7h du matin, pas très bien réveillée et guère enchantée par la perspective de me trouver serrée, par 40 degrés, contre une multitude de travailleurs terrassés comme moi par la chaleur. Les Parisiens me confirmeront que la ligne 4 est particulièrement exiguë et surchauffée...

Je prends donc mon métro à Denfert Rochereau pour me taper la quasi-totalité de la ligne...Wagon bondé, 40 degrès, taux d'humidité proche de 110%...

J'étais donc habillée très léger compte tenu de la chaleur, une petite jupe blanche assez courte (très...) et un débardeur blanc également, qui laisse deviner ma belle et imposante poitrine, plutôt humide en raison de la transpiration... Je monte donc dans le wagon et comprends très vite que le confort ne serait pas au rendez-vous...

Derrière moi un jeune homme d'une vingtaine d'années, qui à son regard, n'était pas insensible à mes charmes, sur le coté le strapontin et devant moi, un énorme type qui cachait la lumière... Premiers tremblements, le métro démarre et s'arrête presque aussitôt sous le tunnel, lumières éteintes, message nous demandant de patienter...super!

C’est à ce moment là que j'ai commencé à sentir le jeune mec derrière moi se rapprocher très légèrement, mais cet infime mouvement me donna comme une décharge, en effet il venait de rapprocher son bassin de mes fesses.

Lorsque le train redémarra, j'appuyai volontairement mes fesses contre ce que je devinais être son sexe...il comprit l'invitation et se frotta à moi en fonction des mouvements du wagon. J'étais dans un état d'excitation indescriptible, et je frottais de plus en plus fort mon arrière-train sur ce sexe devenu dur, la foule et le monde étaient tels que personne ne remarqua quoi que ce soit...

Au bout de quelques minutes de frottement, je sentis une main passer sous ma jupe et commencer à me caresser les fesses, le haut des cuisses, et mon petit minou tout trempé par des caresses de plus en plus insistantes...

Ses doigts s'introduisaient dans mon petit minou et titillaient ma rosette, jusqu'a ce qu'il les rentre finalement devant et derrière, toujours discrète je ne faisais pas un bruit (je mordais la lanière de mon sac...)et je vacillais totalement. Je plaçai mes mains derrière moi pour découvrir la grosse bosse qui me faisait tant d'effet.

Arrivée à ma station, le jeune inconnu descendit juste devant moi et m'enjoigna à le suivre. J'hésitai un quart de seconde, regardai ma montre et finalement je le suivis, persuadée par mon excitation sans cesse croissante!

Finalement nous rentrâmes dans une porte cochère qui donnait sur une cour intérieure et un petit escalier qui n'avait pas dû être emprunté depuis longtemps...

Nous ne nous sommes pas embarrassés de fioritures, et toujours sans un mot, il me pencha en avant pour mieux découvrir ma croupe, il souleva ma jupe et se mit à m’embrasser les fesses, à me lécher un peu partout puis se releva. Il écarta mon string et apposa son sexe dur à l'extrême, à l'entrée de mon puits de plaisir. Il me pénétra sans problème et commença à me prendre violemment.

Ses bourses tapaient contre mon clito et renforçaient mon plaisir pendant qu'il me mettait de petites tapes sur les fesses...puis il s'arrêta timidement, me demanda s'il pouvait me prendre par derrière parce que j'étais trop belle (je cite ses mots!!).

Je ne voulais pas le décevoir et il faut également dire que j'adore ça. Je pris son sexe et le mis à l'entrée de mon petit trou, il s’y engouffra doucement au début puis de plus en plus rapidement pour enfin se laisser aller plus fort...j'adorais ça et me disais intérieurement, mais regardes-toi, tu te fais sodomiser par ce jeune au demeurant pas très charmant, inconnu et rencontré dans le métro...

Je compris à ses accélérations qu'il allait bientôt jouir et j'accentuai mes coups de bassins, jusqu'à ce que je le sente jouir dans mon anus. Il se retira, essuya son gland contre mes fesses et sans dire un mot repartit dans la rue sans même se retourner... Je sentais son sperme qui coulait le long des mes cuisses.

Je sortis de cette cour, tremblotante, épuisée et appelai mon travail pour les prévenir que je ne viendrais pas travailler ce jour là.

Je rentrai chez moi, pris un bain et depuis, cette aventure m'apparaît comme fabuleuse...Je n'imaginais pas que ce soit possible... Depuis je me caresse souvent en y repensant, et je prends le métro un peu plus souvent....

Charlotte.

Retour en haut de la page





Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime