- En ligne, 46 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > Un après

Confession Intime - Un après

C.F.n°74 Confession d'une femme n°74
Date 01/07/07
Nom Isaronde
E-mail isaronde@hotmail.com
Titre Un après-midi bien rempli

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Ce jour-là j'attendais un de mes amants et j'en avais vraiment très très envie ...

Déjà, sous la douche, mes yeux se fermaient à sentir mes mains sur mon corps. Mes doigts couraient sur ma peau savonneuse et se glissaient dans chaque repli de mon être. J'avais tellement envie de me sentir belle et désirée que je m'appliquais à être propre et nette de partout. Je mouillais déjà pour celui qui tout à l’heure prendrait possession de mon corps. Mes idées s’enflamment, mon corps s’émeut, et déjà je sens entre mes lèvres intimes les doux prémisses d’une envie irrésistible …

Au sortir de la douche, je m'enduis consciencieusement d’un baume corporel aux agréables senteurs en m’attardant à n’omettre aucune parcelle de peau. Je me veux douce, si douce … «Me veux-tu cochon ? Pourrai-je mettre mes mains directement sur ta chatte en arrivant ?» m'avait-il demandé la veille au soir sur le dernier tchat que nous avions partagé. Suite à ma réponse positive, il m'avait précisé alors qu’il me désirait accessible, habillée juste d’un soutien-gorge, de bas noirs et de talons hauts.

J’opte donc pour un soutien-gorge noir à balconnet qui découvre largement mes seins opulents et j'arrête là mon habillage quelques instants. Il me reste 15 minutes avant son arrivée et j'ai trop envie de lui envoyer un petit texto pour lui confirmer mon excitation. « Je sors de la douche, j’ai très envie de toi ... de toi tout partout … »

J'ai à peine raccroché le téléphone que la sonnette de la porte retentit. Perdant pied quelques instants, j'attrape ma jupe portefeuille et m’en ceins la taille, crie « j’arrive » et ouvre l’œilleton pour connaître l’identité de ce gêneur … Oups, Mon amant est déjà là, derrière la porte et je ne suis pas prête !

J'entrouvre la porte pour le laisser passer tandis que de l’autre main je dégrafe prestement la barrette qui me retient les cheveux en chignon. Il est là au milieu de mon entrée, un petit sourire au coin des lèvres. Gênée et excitée, je me pelotonne dans ses bras qui se referment sur moi. «Il n’est pas tout à fait l’heure et je n’ai pas eu le temps de mettre mes bas et mes talons hauts pour toi» lui dis-je à l’oreille. «C’est très embêtant, je vais me mettre en colère» répond-il dans un souffle amusé tandis que nos bouches se joignent dans un chaste baiser alors que sa main hardie et conquérante se glisse déjà entre mes cuisses que j'écarte docilement. J'ouvre les pans de ma jupe pour bien sentir la chaleur de sa main sur ma peau, sur ma chatte, entre mes lèvres qui mouillent déjà beaucoup … Il embrasse mes seins, les sort par-dessus le soutien-gorge et sa bouche avide commence à les téter, les sucer, les titiller. Que j'aime ses mains, ses doigts, sa bouche … Me pressant contre lui alors qu’il me caresse les fesses, je sens contre mon ventre sa queue gonflée. Je sais combien mon petit minou doit être mouillé d’excitation …

Il me retourne prestement, me fait pencher légèrement en avant … je sens sa queue me frotter les fesses et ses mains courir sur mon ventre, entre mes cuisses, puis caresser mes fesses rebondies et chatouiller mon anus …

« Ma queue attend que tu lui dises bonjour, je crois » dit-il dans un souffle amusé. Je me retourne face à lui, me mets à genoux, pose ma joue sur sa braguette, m’y frotte le visage. J’adore sentir sa queue ainsi gonflée et enfermée. Il enlève sa ceinture, j’ouvre doucement sa braguette, il ne porte pas de slip, sa queue est chaude et frémissante, j’y appose quelques baisers doux et chastes avant de la sortir, gonflée et dépliée, belle et fière. J’embrasse le gland, lèche la queue sur toute sa longueur, mon amant pose ses deux mains sur ma tête, me caresse les cheveux, mais me laisse libre de mes mouvements. J’avale enfin sa queue d’un seul coup, la laissant envahir ma gorge, ses mains se font pressantes et écrasent ma bouche sur son bas-ventre. Quand il me libère, je sens ma mouille couler le long de mes cuisses et j’ai très envie de lui, de tout, de plaisirs …

«Viens» me dit-il en m’attrapant par la main. Il m’entraîne jusqu’à ma chambre, me plante debout face à lui, m'ôte la jupe et me dégrafe le soutien-gorge. Il enlève prestement son pantalon et son tee-shirt et prenant mes seins à pleines mains, il suce de nouveau mes tétons tendus. J'adore sa bouche avide qui s’empare de mes mamelons pour les étirer, les sucer et les mordiller. Enfin, il me pousse sur le lit et me demande de m’allonger sur le dos. Il me regarde, passe sa langue sensuellement sur ses lèvres « sois bien cochonne ma chérie, offre-toi à moi ». Il s’assoit à côté de moi, m’embrasse, caresse mes seins, mon ventre … « Soulève les fesses » me dit-il en plaçant un coussin sous elles afin que ma petite chatte lui soit encore plus offerte. Je mouille de plus belle. «Ecarte bien tes belles cuisses» me dit-il appuyant sa demande par l’action des ses mains entre mes jambes. Je l’aime volontaire et je mouille comme une folle. L’excitation croît à chaque minute et j’ai envie de lui hurler de me toucher la chatte, de me goder, de me doigter ou de me pénétrer mais de s’en occuper enfin !! Je ne suis plus capable de penser à autre chose … «Regarde comme mes boules sont poilues pour toi» me glisse-t-il dans un sourire en plaçant sa queue devant mon visage rayonnant. J'attrape avidement le gland tendu pour le lécher et le sucer tout en caressant ses boules velues à souhait … J'adore les poils à cet endroit et il le sait. Ma chatte doit être complètement ouverte et il ne la touche toujours pas . Mon ventre ondule et mes cuisses sont ouvertes au maximum.

« Aurais tu envie que je m’occupe de ta belle chatte, ma coquine? » dit-il en me pinçant les tétons. Je gémis de plus belle en le regardant dans les yeux et en soulevant mon bassin vers lui. Je lâche sa queue quelques secondes pour lui souffler « je t’en prie, ma chatte n’en peut plus, je n’en peux plus … doigtes-moi la chatte». Sa main glisse sur mon ventre, caresse mon pubis, mon entre cuisse « dis donc ma chérie tu mouilles comme une cochonne … » et caresse enfin mes lèvres, mon clitoris, l’entrée de ma chatte qui s’ouvre à lui avec délectation. Sa main se fait alors plus autoritaire et prend possession d’elle en la pénétrant lentement et profondément. J’entends les soupirs mouillés de mon petit minou et ces sons m’excitent plus encore. Mes gémissements se font sourds. Les doigts de mon amant entrent, fouillent, ressortent, pénètrent lentement ou plus rapidement, me caressent l’intérieur de la chatte, roulent sur le clitoris et le harcèlent, descendent sur l’anus pour en dessiner les contours … C’est un ballet incessant qui rend mon corps de braise. «Je suis ta chose, prends-moi … » lui dis-je dans un souffle rauque et implorant. Se plaçant entre mes cuisses, il me soulève les genoux et m'écarte bien les jambes. Ma chatte trempée appelle sa queue dressée et il la pénètre d’un coup. Je ferme les yeux et sens son gland taper au plus profond de moi-même. Alternant des mouvements lents et courts avec des mouvements plus longs et rapides, il m’envahit complètement, profondément, aveuglément, tapant maintenant son ventre contre mes cuisses dont j'entends les claquements. Mes gémissements se font plus forts, mon corps est incandescent, je ne pense plus qu’à cette queue dominatrice et possessive dont j’attends chaque mouvement comme si mon souffle de vie en dépendait. «Caresse-toi» me demande-t-il en me pilonnant toujours "je veux voir ta main malmener ton clito et tes gros seins bouger en cadence !". Je porte une main à mon clitoris et me caresse rapidement dans un mouvement désordonné et compulsif. «Prends-moi, prends-moi bien, vas-y, remplis-moi »gémis-je juste avant de lancer « Je vais jouir … je vais jouir ! » auquel il répond « vas-y, jouis ma chérie, je veux t’entendre crier ! » et la tempête déferle enfin en moi. Tout mon corps explose d’un seul coup, se tend et se tord sous l’emprise de cet orgasme fulgurant, mes gémissements se libèrent et remplissent la chambre. Je sens les mains de mon amant qui m'attrapent les cuisses et les fesses pour maintenir fermement sa queue en moi tout le temps où mon corps subit les soubresauts du plaisir salvateur et déferlant. "J’adore ta grosse queue ..."

Il me libère et s’allonge enfin sur le dos, prend ma main et la pose sur sa queue tendue, je la saisis avec joie. Elle est humide de ma cyprine, elle est frémissante, elle est belle et fièrement dressée. Il écarte les cuisses et je commence à le branler avec douceur et rapidité. Je sais qu’il aime les mouvements longs et rapides sur toute la longueur de son membre et c’est à pleine main que je m'en empare. Je sais que son plaisir en sera accru.

De sa main droite, il cherche à écarter mes cuisses alors que je suis couchée sur le côté. Il m’invite à me mettre a quatre pattes en écartant les jambes tout en continuant sa branlette si appréciée. Il aime mater ma chatte et mon anus offerts à ses yeux et sait que ça m’excite autant que ses doigts qui me fouillent. Sa queue est bien grosse et ses boules sont pleines … D’un mouvement rapide il entre un doigt dans ma chatte "la bonne chatte de ma branleuse", puis un deuxième, ma croupe ondule et les mouvements sur sa queue s’accentuent.

Deux doigts toujours fichés en moi, je branle son membre tendu bien énergiquement tout en me délectant de son gland humide que je lèche et suce comme il m'a appris à lui faire. Je ne m’attache plus qu’au bien-être de mon amant. Je sens les prémisses de son plaisir arriver et quand il me souffle qu’il va jouir tout en enfonçant un doigt de plus en moi, je me concentre sur mon geste et ma bouche plus encore. Que j'aime le spectacle éjaculatoire de l’orgasme d’un homme. Les soupirs de mon amant et le sperme jaillissant de sa queue sur mes gros seins me ravissent et m'excitent. La main enduite de sa semence crémeuse, je continue à le caresser plus lentement, particulièrement autour du gland comme il me le demande expressément à chaque fois. Je l’embrasse enfin sur le ventre et la main posée sur sa queue qui dégonfle lentement, je me love à ses côtés.

Durant un moment il ne bouge plus. Je me sens bien. On a chaud, on a soif mais nos corps ne sont pas encore rassasiés.

Les doigts de mon amant se promènent de nouveau sur mes flancs en caresses légères, ma peau s’éveille et mon corps recommence à onduler et à ronronner. Très lentement au rythme des caresses prodiguées, je me remets sur le dos et ses jambes naturellement s’ouvrent à l’envahisseur tant désiré. Ma peau est électrique et tous mes sens sont tendus à l’extrême. Mon amant se redresse, me caresse les seins (il sait que mon excitation commence toujours par là), me lèche les tétons qui durcissent très vite puis il les mordille tout en introduisant rapidement un doigt dans ma chatte trempée.

«Mets-toi à 4 pattes, cambre-toi bien, bouge tes seins et tes fesses». Obéissante et excitée, je prends la position demandée en m’attachant à lui plaire, les cuisses bien ouvertes, le buste tendu, les reins bien cambrés et les seins pendants frottant les draps. Je me sais impudique et offerte mais la tension est telle que je prends plaisir à me donner ainsi à lui.

«Ecarte ta chatte ma coquine, montre-la moi, ouvre-la que je la mate bien». Posant mon visage sur le drap, je place mes deux mains sous moi pour écarter mes lèvres comme il le désire. Je sens qu’il se branle en regardant ma chatte offerte ainsi, trempée et béante, et l’excitation monte d’un cran en moi. Je ferme les yeux et l’imagine la queue à la main dans un mouvement frénétique et les yeux rivés sur ma chatte dégoulinante. Sa queue d’ailleurs tape de temps en temps ma fesse. Il glisse de nouveau dans ma chatte un doigt, un deuxième puis un troisième et même un quatrième (ce qui est inhabituel pour ma chatte étroite), ses mouvements sont rapides et vifs, il adore voir bouger mes fesses et entendre mes gémissements qui se font de plus en plus forts. «Tu aimes ça ma chérie … Tu sais combien j’ai de doigts en toi ? Quatre … quatre dans ta petite chatte trempée qui ne demande que ça». Oui, j'aime ça et je ne m’effraie même pas des quatre doigts qui me fouillent. Trempée et surexcitée, je ne suis plus en mesure de ne pas apprécier et de m’en plaindre. Dans des petits mouvements caressants, ses doigts trempés s’amusent de la chatte à l’anus et de l’anus à la chatte, humidifiant tout mon entrejambe. Il se branle toujours par intermittence et j'adore le savoir. Mes fesses n’en peuvent plus de danser devant ses yeux et mon anus très mouillé maintenant s’entrouvre doucement devant les premiers essais pénétrants d’un de ses doigts conquérants. Deux doigts puis trois continuent leur va-et-vient dans les tréfonds de ma chatte mouillée tandis qu’il introduit autoritairement un quatrième dans mon rectum. «Hum, il aime ça aussi ton petit trou vierge, tu as vu …». «Vas-y doucement, tout doucement, s’il te plait» le supplié-je dans un soupir qui l'amuse.

Des doigts, je ne saurais dire combien, envahissent ma chatte et la fouillent comme jamais. L’un des doigts ne quitte plus mon petit trou et dans un ballet bien orchestré, je les sens tourner en moi, caresser sauvagement mes parois internes, s’enfoncer, ressortir, revenir, m’écarteler et me remplir encore et encore. «Hum, tu aimes ça ma coquine, hein, tu aimes ça …». Je gémis de plus en fort tout en bougeant mon large fessier devant le visage de mon amant. «Caresse-toi encore» me dit-il tout en continuant ses intromissions impérieuses. M’écrasant de nouveau le visage et les seins contre le drap, le corps ruisselant de sueur, je lance une de mes mains à l’assaut de mon clitoris. «Cambre-toi bien, lève tes fesses, reste ouverte, sois bien indécente ma cochonne !». Je ne sens plus que ses doigts qui me prennent et c’est sous leurs assauts sauvages et dominateurs que je sens bientôt revenir en moi les premiers signes d’un orgasme. «Je vais jouir, je vais jouir …» dis-je en haletant. «Vas-y ma coquine…». «Je jouis…» crie-je au moment où l’orgasme déchire mes entrailles et déferle de nouveau en moi. Un orgasme très fort qui, comme le premier, me fait perdre la tête de longs instants alors que tout mon corps n’est que soubresauts incontrôlés.

Ses doigts ne quittent pourtant pas ma chatte et mon anus, il continue à me fouiller et à me défoncer. De mon mieux, encore sous l’emprise de mon dernier orgasme, je relève les fesses qui de nouveau ondulent voluptueusement et viennent au devant de ses mains impatientes. Il se met alors à fesser doucement mes globes, des petites claques irrégulières, légères et presque caressantes, il claque aussi mon clito qui réagit vivement et soulève mon corps dans un soubresaut que je ne peux retenir. Il est encore particulièrement sensible après l’intensité du plaisir précédent. Il claque doucement ma chatte, mes fesses et j'adore ça ... "ouiiiiiiiiii"

Quand les doigts de mon amant arrêtent de me pilonner, je gémis, ses doigts manquent déjà à ma chatte orpheline, et je retrouve avec difficulté un semblant de calme. Je m'allonge sur le dos, le regarde, il n’a pas bougé de place … «Je suis vraiment à toi cet après-midi» lui dis-je dans un souffle avec un sourire éclatant qui en dit long sur le plaisir ressenti. «Alors occupe-toi de moi maintenant» me dit-il en s’allongeant à côté de moi, "occupe-toi de ma queue et de mes couilles".

Aussitôt je me mets à genoux à côté de lui et commence à le caresser à pleine main. Il prend mon autre main et la pose sur ses couilles "occupe-toi d'elles". Elles sont rondes, pleines, poilues, douces … Energiquement ma main coulisse sur son membre chaud, de la base jusqu’au gland et du gland à la base tandis que je place mon visage au niveau des ses couilles rebondies. J'aime les lécher, les sucer une par une, les prendre en bouche, les téter, les mouiller de ma salive. Il me sait gourmande de ses couilles et adore que ma bouche s'en empare ainsi. J'aime savoir que le plaisir de mon partenaire passe par ma dextérité à le faire jouir. "Continue ma branleuse, gobe mes couilles, chauffe les, aime-les". Je m'attarde sur elles à pleine bouche tandis que sa main posée sur ma tête me force à les avaler avec gourmandise. «ça vient, continue, branle-moi bien … Je vais jouir …» me lance-t-il dans un souffle rauque. Ma main s’applique, caresse, branle, ma bouche suce et tète, et je sens sa semence monter en lui jusqu’à l'éjaculation. Je relève vivement la tête pour recevoir son sperme sur ma gorge et mes seins. Je souris et continue à masturber son gland lentement avant de relâcher la pression. N’enlevant toutefois pas ma main, je pose ma tête sur son ventre, m'allonge entre ses jambes, embrasse sa queue et me détends, heureuse, tout en me massant les seins et les tétons de sa liqueur gluante.

Peu après, émergeant d’une douce torpeur, une douche séparée nous rafraîchit et nous nous retrouvons dans la salle à manger, autour d’une bouteille de coca cola fraîche. Il a sur lui un boxer noir particulièrement seyant et moulant parfaitement ses formes. Vêtue de mon soutien gorge et de ma jupe portefeuille, comblée, je pose ma main sur son boxer afin qu’elle épouse parfaitement les formes de sa queue. Durant la conversation je lui avoue mes quelques objets érotiques et de nouveau il m’entraîne vers la chambre pour que je les lui montre. 3 vibromasseurs de tailles différentes atterrissent sur le lit ainsi que des boules de Geishas, un petit œuf vibrant, …

«Lève-toi !». Debout devant lui, j’attends frémissante ses nouveaux désirs. Il me saisit les seins et les embrasse, puis il me retourne et me demande de me mettre à quatre pattes sur le lit avec les genoux près du bord de façon à ce que lui-même reste debout juste derrière mes fesses. D’autorité il me relève la jupe sur le dos. «Ecarte bien les jambes … Ecarte aussi tes fesses avec tes mains …». Posant mon visage sur le drap, j’écarte au mieux mes fesses charnues et de nouveau ses doigts s’enfoncent dans ma chatte et recommencent à la fouiller et à la faire mouiller par des longs va-et-vients lents et doux, profonds et terriblement excitants … Je sens alors le vibromasseur le plus fin se glisser entre mes lèvres et coulisser en dans ma chatte. Je commence à gémir. Mais quand la tête du vibro se pose sur mon anus refermé et sec, je lui propose du gel intime afin d’en faciliter l’intromission. Il m’introduit alors le plus gros des vibromasseurs dans la chatte et entame prestement un énergique va-et-vient. Le gros vibro en place, il étale doucement le gel sur mon anus et lui introduit le plus fin. «Tu es bien remplie ma coquine … tu vois qu’il aime ça ton petit trou …». Les vibros toujours en marche, il les fait coulisser en moi doucement, tout mon bas-ventre frémissant et vibrant au rythme de ces pénétrations. «Caresse-toi !» me dit-il encore en se nourrissant du spectacle que je lui offre «tu me fais bander dans cette position, tu sais que j’adore te voir te caresser ». De nouveau, ma main droite s’active sur mon clitoris alors que les pénétrations se font plus pressantes et plus rapides. Je ne sais plus où j’en suis, Je ne vis plus que pour le plaisir présent que lui donne mon amant. «Je vais jouir» lui dis je alors qu’elle sent l’orgasme venir … «Pas encore ma coquine, retiens-toi !» m’ordonne t-il. Alors je ralentis ma caresse pour retenir l’orgasme tout en espérant que je saurais le retenir suffisamment longtemps pour satisfaire à sa demande. La queue de mon amant vient me frapper les fesses et je sais qu’il se branle en regardant mon cul et ma chatte. Ma main gauche tendue devant moi agrippe les draps, mes gémissements se font de plus en plus forts, tout mon corps bougent au rythme des pénétrations rapides et autoritaires du maître du jeu … «Tu aimes ça hein, tu aimes ça … tu es bien remplie …» me dit-il. Je ne peux qu’acquiescer dans un gémissement plaintif. « Remets toi bien à 4 pattes, je veux voir tes seins pendre et bouger ». Je me replace selon ses désirs, j’ai les tétons durs tellement je suis excitée et tout en tenant les vibros bien au fond de moi, il m’attrape les seins, les malaxe, joue avec les tétons, me fait mouiller de plus belle. « Cambre toi bien, et lève bien la tête, je veux jouir du spectacle ma coquine ». Il retire le gode de mon anus, en prend un autre plus petit dont le mouvement vibratoire est intense et me caresse le clitoris avec, tout en me pénétrant rapidement la chatte du gros vibro toujours fiché en moi. « Maintenant je t’autorises à jouir … mais le plus tard possible ». Je m’efforce de me retenir mais les mouvements des deux vibros et le fait de le savoir me mater ainsi ont raison de ma résistance et je me laisse submerger une troisième fois par un orgasme tout aussi dévastateur qui me jette en avant sur le lit.

Quand mon corps se calme, je retire les objets, me remet en levrette, relève fièrement les fesses et reprends ma position cambrée. «Viens, viens en moi, je veux ta queue» lui dis je dans un souffle … Il me regarde en souriant, se branlant doucement. J’écarte mes lèvres et mes cuisses et gémit de plaisir quand je sens le gland de mon amant s’approcher enfin de ma chatte ouverte et trempée. Il me pénètre lentement, fais quelques va et viens et se retire … Je gémis «Noooon, je veux ta queue … prends moi, prends moi fort !». Il s’enfonce en moi de nouveau jusqu’au plus profond de ma chatte et arrête tout mouvement. N’en pouvant plus, c’est moi qui remue comme une forcenée sur sa queue, vite, profond, loin, fort, tapant ses fesses contre son pubis, de plus en plus vite, de plus en plus fort, encore et encore … Enfin il pose ses mains sur mes hanches, se saisit de mon corps et donne son propre rythme … Je ne suis plus que chatte offerte à la queue qui me pilonne frénétiquement. De temps en temps, il aventure un doigt au bord de mon anus tout en continuant sa pénétration vaginale « j’aime ta grosse queue, je suis rempliiiie». «Je vais bientôt gicler … » m’annonce-t-il un peu plus tard et c’est sur mes fesses et son anus qu’il laisse échapper son sperme chaud. Il me tape ensuite les fesses de sa queue par deux ou trois fois avant de caresser tendrement mon petit trou avec son gland mouillé.

Complètement repus, nous retombons tous deux sur le lit, dans les bras l’un de l’autre, ravis, vidés, incapables de bouger plus. Cinq heures étaient passées…

Isa.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime