- En ligne, 98 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confessions intimes de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > La croisière s'amuse

Confession Intime - La croisière s'amuse

C.F.n°86 Confession intime d'une femme n°86
Date 10/07/08
Nom MissCandy
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre La croisière s'amuse

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Pour mes 20 ans, je suis partie en croisière dans les îles grecques avec une amie, Marie. C’était l’été dernier mais je m’en rappelle encore très bien. Nous passions notre temps en bronzette, piscine, cocktails et soirées…Un peu de drague, quelques sourires, rien de bien méchant de mon côté. Par contre Marie ne perdait pas son temps, elle avait trouvé un voisin de cabine très mignon et ils s’adonnaient tous les deux à de fréquentes parties de jambes en l’air, si bien qu’un soir je me suis retrouvée enfermée dans le couloir nez à nez avec le charmant « Ne pas déranger ».

Agacée mais compréhensive (peut être un peu envieuse), je suis retournée au bar du bateau afin de siroter un énième cocktail à base de rhum. Il n’y avait pas grand monde à cette heure là, quand le capitaine en personne a fait irruption dans la salle pour donner quelques recommandations au barman. Un homme d’une quarantaine d’années, bien bâti, brun, le teint halé par le soleil permanent, avec un regard vert irrésistiblement sexy. Voyant que je le regardais avec insistance, il m’a brièvement sourit, puis s’en ait allé. Un peu gênée de mettre fait prendre, je retournais à mon sirotage, quand un homme seul à côté de moi se mit à me faire des avances :

- Bonsoir ma belle, t’as l’air de t’ennuyer, t’aimerais pas jouer un peu avec moi ?

Sidérée par ce manque d’élégance j’ignorais l’homme éméché et remarquais que nous étions seuls, le barman s’était absenté un instant. L’homme à côté de moi reprit alors de plus belle :

- Allez poupée, laisse-moi un peu te caresser la chatte, ça va te plaire je te promets !

- Ecoutez monsieur, merci beaucoup mais ça ne m’intéresse pas alors laissez moi tranquille s’il vous plaît.

- Ah mais juste une caresse, laisse moi au moins te regarder alors, vas-y soulève ta jupe que je mate ta belle petite chatte.

Voyant mon refus, il commença à s’impatienter et à poser ses mains baladeuses sur moi. Je le repoussais comme je le pouvais en essayant de ne pas l’énerver davantage, mais ses mains réussirent tout de même à se poser sur mes seins et à les malaxer.

Je m’apprêtais à crier à l’aide lorsque le barman refit surface et me libéra de mon importuner. Il le mit dehors et me demanda si tout allait bien, je lui répondis que oui, qu’il était arrivé à temps et je lui demandais de ne pas être trop dur avec cet homme, qui avait certainement agit sous les effets de l’alcool et qui ne serait certainement pas aller plus loin que son tripotage. Il me dit que j’étais trop clémente mais que malgré tout je devais en informer le capitaine.

Il me conduisit jusqu’à sa cabine, lui dit un mot à l’oreille et nous laissa seul. Je fus tout de suite embarrassée de me retrouver là suite à ma mésaventure mais je ne pouvais nier que l’idée d’être seule avec lui dans sa cabine me faisait mouillée ma petite culotte.

- Alors mademoiselle racontez moi tout, me dit-il avec un air sérieux mais non pas moins sexy.

- Ce n’est rien capitaine, juste quelques gestes déplacés après un verre de trop.

- Vous êtes sure que tout va bien, je connais ce passager et il est vrai que ce n’est pas dans ses habitudes d’agir de la sorte, néanmoins j’exigerais des excuses de sa part et je lui donnerais un seul et unique avertissement afin qu’il ne vous importune plus.

- Ca ira je vous assure.

Voyant que j’étais un peu tendue, il dût comprendre que c’était à cause de lui et non pas de cet incident car il me fixa pendant quelques secondes puis me regarda de haut en bas. J’étais vêtu d’une simple minijupe noire avec un dos nu bleu ciel laissant deviner la forme de mes seins et le pointement de mes tétons.

- En même temps il est vrai que vous êtes très mignonne mademoiselle, me dit-il avec un petit sourire avant de se retourner vers son bureau.

Je rougis à sa remarque et m’apprêta à quitter lorsque qu’il me retint par le bras et me murmura :

- Je n’en ai pas encore fini avec vous.

Il m’approcha de son bureau me coinçant contre lui, une main derrière ma tête, il me mit sa langue douce et chaude dans la bouche et commença à me manger. Son autre main s’aventura sous mon haut et afin de me tâter les seins, je sentais son sexe se durcir sur mon ventre. Il m’assit enfin sur son bureau et m’enleva le haut découvrant mes seins nus, il les attrapa et approcha sa bouche de mes tétons afin de me les mordiller et les sucer. Les deux mains posées en arrière sur le bureau je me laisser faire non sans excitation. Une de ses mains descendit et passa sous ma jupe, d’un doigt il me caressa a travers mon string en dentelle noir, il pouvait sentir que je l’avais mouillé. Ses doigts me caressaient le haut des cuisses, puis le sexe, toujours à travers mes dessous, il avait cessé de me manger les seins et me dévisageai avec virilité, mon capitaine jouait avec mes nerfs. Tout en me fixant dans les yeux, il passa enfin sa main sous mon string et se mit à me masser la chatte que j’avais entièrement épilée :

- Hum tu mouilles beaucoup petite garce…

Il excitait mon clitoris en frottant sa main dessus, je me sentais bouillonnante, puis il introduit son majeur en moi avec fermeté et commença à me doigter très profondément, il ajouta un deuxième doigt et accéléra encore. Je gémissais et remuais mon bassin, le torse en avant afin de lui montrer mes seins. Il s’arrêta soudain, enleva sa chemise et défit son pantalon :
- Viens me chercher maintenant

Je contemplais son torse musclé et la bosse qui émanait de son pantalon ouvert, je descendit du bureau et me mit à genou devant lui, je fis glisser son pantalon et son boxer afin de libérer son membre viril très raide. Il me lança un « suce-moi » et posa sa main sur ma tête s’agrippant à mes longs cheveux bruns. Quelques coups de langue sur son gland, j’introduis son sexe dans ma bouche tout en le branlant je le suçait avec avidité, ma salive dégoulinant de ma bouche, ses mains rythmaient mes mouvements à mesure qu’il me baisait la bouche. Son sexe était énorme je l’enfonçais profondément, j’entendais sa respiration s’accélérer et levais mes yeux vers lui en le léchant des couilles jusqu’au gland. Soudain, il me redressa puis me retourna contre le bureau, il souleva ma jupe et m’ôta mon string, il m’écarta les fesses, me contempla quelques secondes et me planta sa bite d’un mouvement sec. Il me pris comme ça sur son bureau pendant de longs et savoureux instants, ses mains sur mes hanches m’infligeant des coups de queue parfois brusques, parfois profond, lents puis rapides. Je ne pouvais retenir mes gémissements et mes cris de plaisirs. Sa main droite me palpait les seins, il accéléra ses mouvements :

- Laisse-moi t’enculer, me lança-t-il.

- Mon cul est à toi, lui répondis-je entre deux gémissements.

Il sortit sa bite raide et trempée de ma chatte et me l’enfonça en douceur dans le petit trou. Quelques mouvements de va et viens contrôlés et j’étais complètement détendu, il accéléra alors la pénétration, je venais à sa rencontre en bougeant mon bassin. Au bout de quelques minutes, je jouis intensément, aggripée à ce bureau, la bite de mon capitaine dans le cul. Celui-ci me retourna rapidement, je me mis à genou et il m’arrosa le visage et les seins de son sperme épais et chaud.

- Revenez me voir quand vous voulez mademoiselle.

C’est ainsi que j’ai terminé ma croisière, me faisant baiser par mon capitaine dans tous les coins du bateau, le meilleur anniversaire de toute ma vie…

Lire une autre confession de cette personne :

Confession de F n° 87

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime