- En ligne, 43 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confessions intimes de Femmes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions de femmes > Je trompe mon mari depuis un an

Confession Intime - Je trompe mon mari depuis un an

C.F.n°95 Confession intime d'une femme n°95
Date 05/04/09
Nom Michèle
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre Je trompe mon mari depuis un an

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Je suis Michèle, 42 ans, petite blonde sexy aux cheveux longs, 1,56 m, pour 52 kg, petite poitrine 85B.
Je suis mariée depuis 22 ans à un mari que j'aime et nous avons 2 grands enfants.

Cela s'est déroulé il y a quelques mois avec mon dentiste qui a 22 ans de plus que moi, qui est veuf et qui m'a connu toute jeune. Il devait me faire un bridge. J'étais sur le fauteuil de soins, j'avais la bouche fermée sur une pâte pour prendre l'empreinte de ma mâchoire et je devais rester comme ça quelques minutes sans desserrer les dents.

J'étais en jupe, il était à coté de moi. J'avais les yeux fermés, la bouche serrée sur la pâte quand, soudain, j'ai senti sa main sur le haut de mon genou puis, sa main est remontée sous ma jupe.
Je l’ai bien sur repoussé mais il m'a dit : "Ne bouge pas, laisse-toi faire, tu vas aimer, ça va te détendre".
J'ai senti sa main se poser sur le haut de ma cuisse et elle a vite atteinte ma petite culotte.

J'étais émue, je ne voulais pas, j'ai serré mes cuisses pour emprisonner sa main afin qu'elle n'aille pas plus loin... Pourtant... je dois avouer que cette caresse si douce me procurait du plaisir...
Il me dit : " Détends-toi, libère ma main, je n'irai pas plus loin… j'ai senti que tu étais très réceptive, et je devine que je pourrais te donner du plaisir une autre fois".

Il ôta sa main de dessous ma jupe, me fit ouvrir la bouche et retira l'empreinte, il me dit de me rincer puis je me suis relevée du fauteuil un peu honteuse et j’ai remis un peu d'ordre dans ma tenue. Il me donna rendez-vous pour le mercredi suivant à 19 h 45. Je quittai son cabinet très troublée mais tout de même un peu excitée par ce qui venait de se produire.

Le mercredi suivant, j'étais à l'heure à son rendez-vous. Je fus surprise que ce soit lui qui vienne m'ouvrir, son assistante était déjà partie.
Il me fit entrer dans son cabinet et aussitôt me prit dans ses bras et posa ses lèvres sur les miennes.
Ma tête tournait, mes jambes tremblaient et, sans m'en rendre bien compte, je répondis à son baiser : ses lèvres étaient fraîches, j'entrouvris les miennes et sa langue pénétra ma bouche pour se mêler à la mienne...

Nous étions debout, face à face, collés l'un contre l'autre, bouches soudées.
Il me serrait fort et petit à petit, j’ai senti sa main droite remonter sous ma jupe pour caresser mes fesses. Il a écarté ma petite culotte pour passer un doigt dessous et me caresser plus intimement. J'ai écarté les jambes pour lui faciliter l'accès à mon intimité déjà humide de plaisir.

Son étreinte s'est desserrée, il s'est mis à genoux devant moi. Puis il a mis sa tête sous ma jupe, fait descendre ma petite culotte sur mes genoux et il a posé sa bouche sur ma vulve. Je sentais sa langue fouiller ma petite chatte trempée qui s’ouvrait. Je lui tenais la tête tout contre mon ventre qui s’offrait à sa caresse si douce et si intime…

Il se releva et mis son fauteuil en position allongée. Il m'a invitée alors à me coucher sur le dos et a relevé ma jupe sur mon ventre pour ôter ma culotte qu’il a mise dans la poche de sa blouse.
Sa tête est venue entre mes cuisses ouvertes pour lécher ma petite chatte, sa langue écartait mes petites lèvres, pénétrait mon vagin, suçait mon petit clito. Il avait placé ses mains sous mes fesses, je sentais son index qui tentait de pénétrer mon anus et pour la première fois, un homme, autre que mon mari, m’a fait jouir violemment.

J'avais envie de le sentir en moi et je lui ai demandé de me prendre. Il a hésité en me disant qu’il n’avait pas de préservatif pour se protéger.
Je l'ai alors rassuré en lui disant que j’avais été fidèle toute ma vie, que j’étais arrivée vierge au mariage, que je n’avais jamais connu d’autres hommes que mon mari en moi mais que j’avais souvent fantasmé sur lui depuis qu’il avait voulu soigner mes boutons ( alors que j’avais à peine 18 ans) en passant sa main sous ma jupe pour caresser ma jeune fente au travers de ma petite culotte en coton blanc. Je n’avais pas été insensible à ses attouchements mais je n’étais plus jamais retournée à son cabinet pendant plus de 20 ans…

Il s’est rappelé de cet épisode et m’a avoué qu’il avait eu honte de ce qu’il avait tenté mais qu’il avait souvent pensé à moi et à cette caresse très furtive qu’il m’avait prodiguée. Ainsi, lorsqu’il m’avait revue pour me soigner les dents, il y a quelques années, il avait été très troublé…

Il s'est alors déshabillé, et lorsque j'ai vu son sexe j'ai pris peur, il était deux fois plus large que celui de mon mari... Il s'est allongé sur moi, je sentais ce sexe énorme contre mon ventre. Il m'a de nouveau embrassée à pleine bouche tout en faisant glisser doucement son sexe entre les lèvres de ma petite chatte sans me pénétrer.

Il m'a dit « J'ai peur de te faire mal, tu es si étroite », mais j’avais tant envie de ce sexe en moi que je lui ai répondu
« VIENS, VIENS EN MOI, PRENDS-MOI, PRENDS-MOI TOUT DE SUITE… ».

Il m’a dit «détends-toi, j’irais très doucement »…

C'est donc moi qui ai guidé son sexe à l'entrée de ma vulve... Son gland écartait les lèvres de ma petite chatte, j'étais tellement mouillée qu'il réussit à le faire entrer puis il n'a plus bougé pour que je m'y habitue.
Il a repris ma bouche, sa langue jouait avec la mienne. Au bout d'un moment, j'ai attrapé ses fesses pour le retenir en moi et j'ai soulevé mon bassin pour le faire entrer plus loin dans ma petite chatte...
J'ai senti sa verge énorme me pénétrer peu à peu, m’envahir, prendre possession de mon ventre. Les parois de mon vagin s’écartaient pour lui céder le passage : c’était comme s’il pénétrait tout mon corps, comme s’il me possédait toute entière.

J’en ai eu le souffle coupé !

Il est resté quelques instants sans bouger puis a commencé ses va-et-vient ... d'abord doucement ... puis de plus en plus vite.
J’étais tant excitée de le sentir, si gros, si fort, si dur en moi, dans ma petite chatte, que j'ai joui très vite en hurlant mon plaisir !
Il a joui presque en même temps que moi dans mon ventre. Je sentais les soubresauts de son sexe à chaque éjaculation. Je n'étais plus moi même, je n'avais jamais ressenti un tel plaisir et un tel bonheur en faisant l’amour avec mon mari !

Lorsque son sexe est devenu plus petit et plus mou, il s'est retiré de ma petite chatte et a repris ma bouche pour m’embrasser profondément. Puis, il m'a tendue une serviette pour m'essuyer un peu et je me suis relevée. Il m'a prise dans ses bras pour me câliner, m'embrasser et me caresser encore… J’avais les jambes toutes tremblantes…

Il m'a demandé s’il pouvait garder ma petite culotte parfumée de mon odeur intime.

J’ai dit « OUI ».

Il était 21 h 30.

Je me suis rhabillée pour rentrer chez moi, fesses nues.

Il m'a donné rendez-vous pour le mercredi suivant à la même heure. Nous nous sommes encore embrassés longuement et il m’a caressée une dernière fois très intimement.
Et je suis partie.
En marchant, pour regagner ma voiture, je sentais le sperme de René s’écouler le long de mes cuisses. J'ai dû m'essuyer avec un mouchoir en rentrant dans ma voiture.

Lorsque je suis arrivée chez moi, mon mari était là, il avait préparé le repas et mis la table, les enfants étaient dans leur chambre.

J'avais honte de ce que j'avais fait. Pourtant, j'ai embrassé mon mari comme d'habitude pour lui dire bonjour. J'avais peur qu'il passe sa main sous ma jupe, comme il le fait parfois, mais j'y ai échappé cette fois-ci...
Je suis allée dans la chambre pour m’essuyer un peu et mettre une culotte propre, mais je n'ai pas pu me laver pour ne pas attirer l'attention de mon mari.
Tout au long du repas j’avais l’impression de sentir le sexe de mon amant en moi et je sentais son sperme finir de s’écouler dans le fond de ma petite culotte propre,
J’ai été très troublée, pendant plusieurs jours, de ce que j’avais fait avec cet homme qui avait l’âge de mon père.
Mais je suis tout de même allée à son rendez-vous le mercredi suivant et me suis de nouveau offerte à lui.

Depuis ce jour, je refais l'amour avec René chaque semaine et j'y prends toujours autant de plaisir.
Je jouis plusieurs fois de suite, et lui, il jouit en moi.

Michèle.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime