- En ligne, 55 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confessions intimes d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > La cliente de taxi

Confession Intime - La cliente de taxi

C.H.n°100 Confession intime d'un Homme n°100
Date 02/02/10
Nom Bestknight
E-mail bestknight@hotmail.com
Titre La cliente de taxi

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Je l’ai embarqué au centre ville en soirée. Elle semblait avoir bu et être légèrement pompette. Elle me donna l’adresse et je démarrai le compteur. Elle se tassa au fond du siège et semblait m’examiner.
- Monsieur vous savez que c’est rare qu’on ait un chauffeur séduisant?
- Vous êtes gentille mademoiselle.
- Je vous ai vu me regarder, quand je suis entrée, vous aimez les femmes vous!
- Oui mais quand je travaille, je ne peux rien faire désolé si je vous ai regardé et gênée.
- Pas gênée mon beau, mais tu m’as flatté. Tu es trop poli toi….tu dois de temps en temps en profiter pour séduire les clientes !
- Je n’oserais jamais, je préfère rester professionnel. S’il faut s’essayer et qu’une femme porte plainte, je perds mon permis !
- Dommage, vous êtes si séduisant pas mal plus que tout les morons qui était au 5 à 7. Donc vous ne faites jamais les premiers pas?
- Jamais j’oserais.

Je l’entendis respirer de plus en plus fort. Je me suis retourné pour vérifier qu’elle était correcte et là je l’ai vu me regarder droit dans les yeux alors qu’elle remontait sa jupe sur ses cuisses. Je n’en revenais pas, elle était canon en plus. Habillée pour sortir, toute sexy, avec une jupe serrée et une blouse décolletée qui laissait deviner des seins juste assez gros et qui semblaient fermes et doux. Sa main était déjà partie se caresser, je dois avouer que j’avais de plus en plus de mal à regarder devant moi.

J’ai déplacé mon miroir et maintenant j’avais la cliente en direct. Elle me regardait toujours dans les yeux en me disant qu’elle avait tellement envie de bel homme comme moi pour elle, qu’elle attirait juste les moches et les imbéciles. Elle me dit d’aller dans une route plus tranquille. Je décidai d’aller dans des rues plus désertes et là elle déboutonna sa blouse en me disant qu’elle était triste que personne veulent caresser sa poitrine et embrasser ses mamelons. Elle sortit ses seins de sa blouse et ce caressa à deux mains les seins.

Elle était indécemment belle et attirante. Ma queue était maintenant dure et voulait de cette femme. Des occasions comme celle là, n’arrive pas souvent croyez moi. J’ai déjà vu des couples baiser sur le banc derrière et des fellations ça aussi j’en ai vu. Des images qui me stimulent quand je me couche et me masturbe le soir. Mais habituellement je suis invisible pour eux. Alors là cette femme perverse et désirable tout à moi….
- Il est si triste que tu sois professionnel.
- Allez paie moi je vais finir mon quart de travail et je m’occuperai de toi.
- Enfin ma chatte est en feu.

Elle me tendit un 20$ et je sorti de l’auto. J’ai ouvert sa porte et j’ai descendu mon zipper et lui sortit ma queue. Ma main agrippa sa chevelure et l’obligea à ma prendre ma queue en bouche. Elle était assise et me suça comme jamais je l’ai été. Elle semblait déchaînée et elle y prenait goût en plus. Elle y allait de plus en plus vite et de plus en plus profondément. J’étais au paradis mais j’en voulais encore plus.

Je l’ai sorti du taxi et je l’ai couché sur le ventre, sur le capot. J’ai arraché son string d’une main. Ce n’était pas difficile, il y avait si peu de tissu et je l’ai baisé violemment. Ma queue est entrée d’un seul coup au plus profond de sa chatte et elle cria sa surprise et sa satisfaction. Ses cris et ses gémissements m’excita grandement et je décidai donc de bien la baiser profondément pour qu’elle gémisse de plus en plus fort. Elle me disait comme elle en avait envie, de se faire baiser comme ça par le premier bel étranger qu’elle rencontrerait. Que j’étais un beau vicieux et pour lui montrer qu’elle avait bien raison, j’ai décidé de lui caresser l’anus de mon doigt pensant que ma queue continuait de bien la baiser. Elle semblait aimer car elle donnait des coups de bassins pour faire pénétrer mon doigt en elle.

Elle était vraiment bonne mais je voulais voir ses seins danser au rythme de mes coups de bassins. Alors je l’ai tourné sur le dos. Et en lui levant les jambes, j’ai recommencé à la pilonner. Là, à mon grand plaisir, je voyais ces superbes seins et d’une mains je les caressaient. Alternant entre une caresse douce qui caresse la peau et plus rough comme aller pincer un mamelon. Ma queue n’arrêtant jamais de s’immerger dans ce puits de plaisir qu’est sa chatte. Elle hurle de plus en plus et son corps semble sur le bord de l’explosion. Alors j’en profites pour y aller a fond et la faire jouir. Mon doigt vient la masturber pendant que ma queue essaie de la défoncer. Elle ouvre grand les yeux et jouit dans un silence paradoxal avec tous les cris qui ont précédé.

Elle me sourit et me dit qu’elle sait comment me remercier. Elle descend du capot et se met en petit bonhomme s’agrippant à ma queue et tout en faisant un va-et-vient délicieux s’amuse à sucer le gland et allant parfois avaler mes couilles. Elle poursuit le manège jusqu’à ce que ma queue soit gorgée de sang par le plaisir et que je jouisse sur son visage à mon grand bonheur. La cochonne s’amusait à recevoir mon sperme sur son visage et sa bouche, c’était sa récompense, la preuve de son talent et mon désir pour elle.

Elle se releva et me dit d’aller la reconduire chez elle maintenant. Mais de lui laisser ma carte… elle avait souvent besoin d’un taxi en fin de soirée…

Lire une autre confession de cette personne :

Confession d'H n° 101

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime