- En ligne, 105 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confessions intimes d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > La noirceur

Confession Intime - La noirceur

C.H.n°101 Confession intime d'un Homme n°101
Date 02/02/10
Nom Bestknight
E-mail bestknight@hotmail.com
Titre La noirceur

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Parfois le jeu devient un plaisir, une attente pour arriver au paroxysme du plaisir.

C’est cher mais tellement inspirant. Ma muse m’appelle et je lui dit qu’elle doit arriver chez moi habillée en jupe ou robe pour être de circonstance car je l’invite à aller prendre un bon verre de vin au bistro chic quelle connaît bien. Pas besoin de lui parler du reste, j’ai confiance en elle, elle connaît mes goûts.

Quand elle arrive on dirait une démone arrivée du paradis. Elle resplendit de beauté mais avec un côté coquin et sexy démoniaque. Une blouse décolletée, qui nous fait voir le galbe de ses seins si délicieux. Et une jupe assez échancrée qui cache tant bien que mal, des bas mi cuisses attachées par un porte-jarretelles. Elle est délicieuse et je lui fais savoir en l’embrassant passionnément en guise de bonjour. Ma main, défaisant sa jupe qui tombe à ses pieds en me laissant voir la beauté de ses dessous et comme elle ne porte pas de string je peux immédiatement la savourer (les femmes ne sauront jamais à qu’elle point que de les savoir sans petites culottes peut exciter leur amants, la possibilité de pouvoir les prendre sans rien enlever probablement). Je la dépose sur la table et m’assit sur la chaise. Je dépose chacune des jambes sur mes épaules et en les écartant je l’approche de ma bouche. Ma langue commence par savourer le grain de la peau de l’intérieur de ses cuisses. Je la lèche pour goûter la douceur de sa peau et la mordille tout doucement. Je monte tranquillement vers sa chatte, faisant ainsi monter la tension. Et arriver à destination je ne fais que passer doucement en soufflant pour traverser sur l’autre cuisse. Je sens un soupir de déception et je recommence le manège mais là arriver à la chatte je suis satisfait. Elle dégouline de plaisir. J’adore savourer des lèvres très humides de désir. Le goût est plus prononcé et donc meilleur.

Ma langue commence par donner quelques coups doux et long par prendre les gouttes qui commençaient à glisser. Je remonte mes coups de langues sur les grandes lèvres et m’introduis de plus en plus à l’intérieur des petites lèvres. Quelques millimètres à chaque léché. Elle commence à ronronner et c’est donc l’indication que j’attendais pour que ma langue parte de son vagin et remonte par grands coups lents vers son clitoris. Après quelques coups, ma langue vient tourner très doucement autour du clitoris et alors que son bassin commence à onduler au rythme de son souffle qui se fait de plus en plus fort, j’aspire un peu son clitoris pour le sucer si doucement.

Après de longues minutes ainsi malmenée de plaisir, elle commence à gémir de plus en plus fort et c’est alors que mes doigts entre dans le combat. Un doigt vient découvrir la chaleur et la moiteur de sa chatte, un deuxième suit son exemple en ensemble vont s’engouffrer à l’intérieur cherchant une zone pour la faire exploser. Ma langue ne ralentit pas son travail bien au contraire et mes doigts commencent à suivre son ardeur au travail. À ma très grande joie je la sens se raidir et son crie de plaisir ainsi que le doux et chaud liquide que je bois m’indique que mes efforts ne sont pas vain et ma queue est si dure dans mon pantalon excitée par sa jouissance que je suis. Je lui dis de bien en profiter car la suite sera plus dure pour elle. Elle me remercie en venant m’embrasser avec gentillesse en me léchant les lèvres et les contours barbouillés de son plaisir.

Une fois qu’elle a repris ses esprits, je vais chercher la surprise en lui disant que je lui ai acheté un bijou que personne ne verra. Elle ouvre la boîte et découvre métallique. Un œuf de la grosseur d’un œuf de caille qui semble lui faire plaisir par son sourire qui naît à son visage. Elle me dit merci et qu’on pourra l’essayer ce soir. Je lui dit qu’elle se trompe et qu’elle devra le porter à l’instant et aussi longtemps que je le désirais en lui montrant la manette que j’avais dans les poches. Je lui explique que je m’amuserai à lancer le moteur de l’œuf selon mon désir, à la force que je le désir tout au long de notre apéro. Quand elle sera aussi chaude et perverse que je le désirai, on pourra l’enlever pour passer au repas principal….

Arrivée au bistro, on s’assoit et regarde la carte des vins. Du rouge, j’adore le vin rouge avant la luxure, on dirait que c’est comme le sang pour le requin, ça ouvre l’appétit. Je décide de lancer le jeu et de démarrer l’œuf. Ma muse à un léger sursaut et me regarde avec un sourire espiègle mais semble satisfait de l’effet de l’œuf vibrant dans sa superbe chatte, être seul je croit qu’elle ronronnerait. Mais quelques seconde s’écoulent seulement avant que le serveur vienne prendre notre commande. Elle semble revenir difficilement sur terre et doit s’excuser car elle n’a pas fait son choix. Le serveur quitte et je décide d’augmenter la puissance, elle essaie de se concentrer sur les vins mais je la sens vibrer et j’en suis sur mouillée d’excitation. Ses cuisses ouvrent légèrement, par réflexe et quand le serveur revient, lui dit qu’elle lui fait confiance et qu’elle veut une surprise. Je continue d’augmenter la puissance et là son sourire angélique se transforme en demande d’indulgence de ma part.
- Tu es belle ainsi, sur le bord du plaisir toi.
- Laisses moi une chance, je vais exploser immédiatement.
- Tu n’aimes pas.
- J’aime trop. Sois gentil et épargne moi un peu je t’en supplie.
- Quand je te sentirai assez perverse….
- Ralenti l’œuf ou je me masturbe là maintenant, espèce de pervers…

Je ralenti tranquillement l’œuf et quand le serveur vient nous livrer les verres, je coupe complètement le moteur. Elle boit avec un soupir de soulagement.
- Tu sais que ton décolleté pourrait être plus prononcé toi?
- Tu veux te rincer l’oeil?
- Et je veux que le serveur aussi.

Elle me sourit et détache un bouton de plus. Je suis excité et bandé par ce que je vois et la sensation qu’elle est offerte ainsi. Encore de savoir qu’elle doit exciter tous les hommes ici présent. Qu’ils doivent la désirer et même avoir des images perverses d’eux avec elles dans des positions où ils la pilonnent de leur queue mais que c’est moi qui m’amuserai avec elle tout à l’heure. Que certains hommes feraient tout pour pouvoir profiter ce corps démoniaque mais que dans quelques moments, c’est elle qui me fera tout ce qu’un homme peu désirer dans ses pensées les plus tordues juste parce qu’elle le désire, qu’elle me désire moi. Comment un homme ne peut-il pas être heureux quand il est désiré par la source de désir de tous. Franchement je ne comprendrai jamais les jaloux possessifs.

Quand je trouve qu’elle tête trop son verre je redémarre l’œuf en la regardant avec un sourire coquin. Elle me dit que je suis terrible et que ce regard va la rendre folle de sexe et elle se caresse la cuisse d’une main furtive et discrète. Sachant que sa seule porte se sortie est que je veuille tout arrêter pour la posséder. Elle me regarde en faisant les yeux les plus racoleurs possibles. C’est un combat à finir entre deux protagonistes qui veulent faire mourir de désir leur adversaire. Je joue avec la puissance la faisant monter et descendre comme si l’œuf la pénétrait. Et elle se penche vers moi en me disant que si je le voulais je pourrais avoir la plus cochonne et profonde des fellations de ma vie. Qu’elle a envie de ma queue.

Ma queue à la vue de ce décolleté et de ses paroles incendiaires sont des plus tentantes. Je lui réponds que tout vient à point à qui sait attendre et qu’on n’a pas encore atteint le sommet de mes projets. Tout en lui souriant j’augmente l’intensité et là je sens que je pourrai pas garder ce niveau longtemps car elle me regarde en me disant qu’elle coule de désir et que l’intérieur de ses cuisses sont si humides qu’elle est prête à tout pour que je puisse lui donner l’orgasme qui est si proche déjà. Je lui dit on s’en va et en se levant je mets la puissance au maximum et au lieu de s’effondrer elle se jette quasiment sur moi pour venir m’embrasser avec une passion que je lui ai jamais connue. Ma maison étant tout près il n’a fallu que 15 minutes pour y arriver.

Arrivée chez moi elle n’a pas attendu qu’on arrive à la chambre et encore moins qu’on prenne le temps de se déshabiller. Elle me jeta sur le fauteuil du salon et après ouvert mon pantalon et sorti ma queue déjà dure comme le métal est me suça tel un animal affamé et s’empala sur moi. Elle n’avait pas menti et était plus que mouillée. Elle monta et descendait sur ma queue avec une rage de luxure incroyable en criant que j’étais un salaud de l’exciter comme ça et après avoir jouie deux fois j’explosai en elle. C’était si orgasmique que je senti tout mes muscles vide ‘énergie après avoir jouit. On s’embrassa plusieurs minutes sans bouger ou presque et elle me quitta toute joyeuse alors que je me sentais complètement à plat.
- Merci mon luxurieux, tu sais que j’adore tes surprises toi……

Lire une autre confession de cette personne :

Confession d'H n° 100


Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime