Votre dernière masturbation
Massage chez le kiné ...
un pantalon trop serré...
pas de maillot ...
ma vraie vie de strip teaseu
Juste envie de partager
J' ai les boules !!!
qui pratique et aime l'exhib
Nostalgie 14 : c' est pô ceu
Masturbation dans le train
Son rouge à lèvre
- En ligne, 53 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -








Confession d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > Ma patronne

Confession Intime - Ma patronne

C.H.n°27 Confession d'un Homme n°27
Date 26/01/05
Nom John
E-mail sakajawa@hotmail.com
Titre Ma patronne

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

L'histoire que je vais vous raconter m'est arrivée il y a quelques années. Je suis grand, 1m 80 environ, brun, et c'est vrai que j'aime la vie avec un grand « V ». J'avais à cette époque 25 ans et je rentrais enfin dans mon beau pays (la Suisse) après avoir passé à Paris quelques années dans l'armée.

Depuis Paris, j'avais trouvé un poste. Je travaillais pour une agence immobilière à Genève. Ma patronne qui s'appelait Michelle étais une femme superbe. Elle avait environ 50 ans, et toute la beauté que peut avoir une femme qui prend soin de son corps. Elle mesurait environ 1m 78, avait des cheveux blonds et des seins lourds et imposants, de longues jambes bronzées et musclées et un petit cul qui me faisait fantasmer. Souvent je rêvais que je la sodomisais. Quand elle était dans le bureau, elle ne pouvait pas faire autrement que de se regarder dans la glace, ce qui faisait rire tout le monde.

Durant mes premiers mois de boulot, je ne pouvais pas la regarder dans les yeux car la seule chose que je voyais c'était ses tétons énormes qui ressortaient souvent de ses chemisiers. Cela me mettais dans une situation embarrassante... Elle avait remarqué mon problème et elle jouait avec. Souvent, elle me demandait de venir dans son bureau pour me donner des cours sur les lois suisses en immobilier, et chaque fois je piquais un phare. Un jour, elle me demanda de venir dans son bureau.

- John, que se passe-t-il? Tu es tout bizarre depuis quelque temps. Tu as un problème?

- Non, pas de problème, Michelle, tout va bien (dans ma tête je ne voyais que ses seins et je ne savais pas comment le lui dire).

- Allons John, je vois bien qu'il y a un souci. Dis-moi ce qui t'arrive !

- Ecoutez, je ne veux pas de problème. Tout va bien mais c'est vrai que certaine fois la situation est bizarre et je ne voudrais pas vous mentir... (et là je suis devenu tout rouge de honte).

Elle s'était avancée sur son bureau comme pour mieux m'écouter et ses seins étaient là encore plus près de moi.

- Ecoute John, j'ai bien remarqué que tu me regardais différemment depuis un moment. Tu sais, j'ai l'habitude du regard des hommes sur moi depuis bien longtemps et cela ne me dérange plus.

- Excusez-moi, je ne voulais pas vous mentir, mais c'est vrai, vous êtes une femme très belle et désirable et certaines fois je suis mal à l'aise.

Un silence tomba dans le bureau. Elle me regardait avec un regard étrange, comme une louve voulant punir son louveteau. Je me suis dis que je venais de prendre la porte et que ma carrière était belle et bien finie.

- John, merci pour ce que tu m'as dit. C'est gentil ! Je voulais le savoir. C'est important de se parler quand on travaille ensemble.

Elle venait de s'asseoir sur son bureau près de moi et je ne savais pas quoi faire. Je la regardais droit dans les yeux et c'est à ce moment que Nicole, une de mes collègues, entra dans le bureau pour un problème avec un client. Je me levais pour sortir de la pièce.

- John, nous en reparlerons plus tard, mais merci encore pour ce que tu as dit.

- De rien, c'était normal !

Durant les mois qui ont passé, Michelle et moi n'avons jamais reparlé de cela mais chaque fois que je la voyais, j'étais sous le charme et elle le savait. Alors, elle faisait tout pour qu'on se voit. Un jour, elle organisa une soirée chez elle à la campagne. Tout le bureau était là.

Durant toute la soirée, elle me regarda d'un drôle de regard, comme si elle savait ce qui allait arriver. A l'époque, j'étais venu à la soirée avec ma copine, une fille très belle, mais qui n'avait pas les atouts de ma patronne. Elle mesurait 1,68 m et avait une superbe poitrine et aimait le sexe. Nous avions eu une expérience à trois avec sa meilleure amie et, depuis, notre vie sexuelle était explosive. Mais c'est une autre histoire. Michelle passa près de moi dans le salon et me demanda :

- John, as-tu visité la maison ?

- Non, je n'ai pas eu cet honneur, mais ça me ferait plaisir de la visiter !

- Alors, rejoins-moi au premier dans 5 minutes!

Avant de monter, je suis allé voir ce que faisait ma copine. Elle m'a souri et je l'ai embrassé comme pour m'excuser de ce qui allait se passer. Après lui avoir dit que je devais discuter avec ma patronne, j'ai pris les escaliers pour le premier étage.

Michelle était là devant moi dans son bureau, installée sur le grand canapé. Ses seins gonflés tremblaient sous un chemisier tendu jusqu'à la transparence, une jupe noir découvrait la moitié de ses cuisses. Elle était là devant moi comme dans mes rêves. Je la regardais avec la peur au ventre. Ses jambes superbes étaient bronzées, musclées et sa peau lisse ne demandait que des baisers. Elle leva la tête avec un sourire humide. Ses yeux étaient dissimulés derrière de grosses lunettes noires. Elle ôta ses lunettes et me fixa. Ses seins lourds semblaient tirer son buste vers moi. Je vint m'asseoir en face d'elle et nous nous sommes observés en silence un instant.

Michelle était là face à moi. Je regardais ses lèvres avec désir. Je voulais la prendre dans mes bras mais je suis resté cloué sans rien pouvoir faire. Elle se leva et vint se mettre face à moi. Mon cœur battait de plus en plus vite. Elle attira ma tête vers ses lèvres entrouvertes. Sa langue pointue darda entre ses dents. Le bruit de nos respirations devait parfaitement s'entendre des autres pièces. Mon membre était gonflé à bloc et elle le remarqua. Michelle me demanda si c'était elle qui me mettait dans cet état.

- Oui, c'est bien toi et je suis fou de tes lèvres. Je veux que tu me suce!

- Tu as une très belle queue! Je la veux dans ma bouche !

Elle se détacha de mes lèvres et glissa pour emprisonner mon membre dans sa bouche, doucement, avec une maladresse touchante, agitant la tête avec ardeur. Elle grognait.

- Que c'est bon ! Je veux ton liquide dans ma bouche ! Je rêve de ça depuis si longtemps !

Et elle m'a sucé avec une fougue que je ne lui connaissais pas. Je me sentis défaillir. Il y eût un bruit de hauts talons sur le dallage de la pièce. Michelle se redressa brusquement, écarlate, ébouriffée, se collant contre moi pour dissimuler l'objet de sa fougue. Quand mes mains s'égarèrent sur ses tétons, elle bredouilla :

- Oui, oui, encore !

Ce que je fis de plus en plus fort et je vis son regard chavirer. Elle se touchait et se contorsionnait avec des à-coups d'épileptique jusqu'à ce qu'elle m'attire sur elle et je la clouais sur le tapis. Elle a pris mon sexe entre deux doigts et l'a guidée près de sa fente avant de s'empaler aussitôt avec un grognement heureux. Elle bougeait de haut en bas me disant de temps à autre de la baiser à fond, de lui faire mal car elle aimait ça. Je la retournais pour mieux la posséder. Elle était à quatre pattes et je sortais mon membre pour mieux le lui remettre.

Elle jouissait de plus en plus. Elle poussait des cris stridents. Elle se retourna et me demanda de la prendre par son petit trou car elle voulait me sentir en elle. Ce que je fis sans me faire prier ! Je sortis mon membre de sa chatte qui transpirait de bonheur. Mon sperme coulait sur ses cuisses musclées et je présentais ma verge devant son petit trou. Celui-ci était déjà lubrifié par sa mouille. Je n'ai pas eu pas de problème à rentrer dedans. Elle grognait de plaisir. Je la burinais doucement puis de plus en plus vite, faisant rentrer mon membre tout entier dans son cul à ce rythme. Elle n'allait pas tenir longtemps. Elle me disait :

- baise-moi à fond. Je veux que tu me fasses mal au cul ! j'aime ça.

Elle se mit à jouir. Alors qu'elle était couchée sur le coté, je lui titillais le clito tout en augmentant mes va-et-vient. Elle hurlait de plaisir en me disant qu'elle aimait mes caresses et là, je me suis levé pour venir me présenter devant sa bouche. Michelle me regarda avec tendresse et, comme pour me remercier, me suça jusqu'à la dernière goutte, ce qui me foudroya. Nous sommes restés l'un sur l'autre. Il y avait dans la pièce une odeur âcre très particulière. J'ignore combien de temps s'était écoulé.

C'était ma première expérience sexuelle dans un cadre professionnel.

John.

Retour en haut de la page


Partagez ce récit :



Copyright 2003-2014 © Confession Intime