- En ligne, 95 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > Maéva

Confession Intime - Maéva

C.H.n°31 Confession d'un Homme n°31
Date 05/05/05
Nom David
E-mail dddddddavid@hotmail.fr
Titre Maéva

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Je m'appelle David, j'ai 29 ans, plutôt beau gosse me dit-on. L'histoire que je vais vous raconter s'est passée il y a 3 ans. J'étais alors avec Maéva, une très belle femme de 23 ans, mi-Européenne, mi-Arabe. 1m74, 59 kg, 90B. Beaucoup de classe. Et assez réservée et timide..Du coup ma surprise fut grande lorsqu'elle aborda le sujet des clubs échangistes.

Elle me dit un jour qu'elle avait entendu parler dans la presse féminine de clubs assez sérieux, très propres, hygiénique, et où c'est assez bien organisé. Discrétion, calme, volupté.. Surprise et curiosité. J'ai eu du mal à cacher mon étonnement puis mon enthousiasme.

C'est donc la curiosité qui nous poussa à investiguer. Dans mon esprit, je n'avais pas l'intention de la partager, encore que, tout dépendait de la situation. Bref, on ne savait pas trop ce que l'on voulait.

Il ne m'en a donc pas fallu plus pour entamer la recherche sur le net des clubs parisiens. J'ai rapidement cerné les plus sérieux en consultant des forums dédiés. Nous avons fait notre choix sur un club dont le site web nous a montré une ambiance très cosy, avec des salons pour s'isoler. Et un petit paragraphe sur les règles de bonne conduite, le respect d'autrui, etc.

La décision d'y aller ne s'est pas faite comme cela. J'ai du la pousser un peu et finalement, elle accepta. On trouva une date.

Le jour « J » et la soirée « S » est arrivée. A peine garé, j'accélère le pas dans la rue. Maéva me fait remarquer qu'on n'est pas obligé de courir. Et moi, je n'en peux plus. J'ai soif de curiosité.en attendant mieux.

A l'entrée. Porte blindée. Caméra. On nous ouvre et on nous fait entrer. La tenante des lieux nous demande si on a plus de 18 ans. Tout de même, j'ai alors 26 ans et elle, 23. Précaution d'usage.. Je sens Maéva un peu anxieuse. Moi aussi en fait. Que va-t-il se passer ? Comment va-t-on réagir. Nous sommes ensemble depuis 2 ans. Tout se passe très bien entre nous.

Passés le bar et les tenants de l'établissement, un couple d'environ 45 ans, deux espaces s'offre à nous : la partie discothèque avec des canapés. Et de l'autre côté, un espace plus sombre avec de nombreuses petites caches et salons que l'on découvre au fur et à mesure que l'on avance dans ce couloir ténébreux.

Nous nous installons donc côté discothèque. Les yeux grands ouverts, nous écoutons sans grande attention la musique. L'intérêt est ailleurs. Nous sommes arrivés assez tôt finalement. 22h30. Cela va commencer à s'animer dans une heure. Quelques personnes dansent.

Petit tour dans les salons. Cela s'anime. Quelques personnes regardent deux femmes d'une quarantaine d'années. L'une est passive et son mari n'est pas loin. Il lui caresse le bras, la poitrine. L'autre beaucoup plus active la caresse de la langue entre les jambes.

L'ambiance est tamisée. Intimiste. Le ton est donné : respect, on regarde, on ne touche pas. Sauf si on est invité à le faire.

Cette petite affaire terminée, la femme la plus active s'approche de ma copine et lui caresse le bras. Du regard, elle lui fait comprendre qu'elle aimerait la connaître davantage. Maéva la regarde, me regarde. Sourire gêné. Elle refuse poliment l'invitation. Quelques jours plus tard, Maéva me confiera qu'elle s'était tout de même posée la question de tenter l'expérience. Dommage.

D'autres couples entrent en scène. Quelques spectateurs polis à chaque fois. La soirée est lancée et tout cela est assez excitant. Et tout naturellement, nous nous disions qu'il était temps de s'y mettre. Sans forcer les choses. Cela allait de soi. C'est un endroit pour cela.

Nous avions repéré une petite pièce avec un lit et une vitre teintée. On peut donc s'enfermer. On ne voit pas ce qui se passe à l'extérieur mais on peut nous mater. C'est parti.. Le fantasme devient réalité. On passe à l'action. On va le faire, on ne va pas reculer. Je suis en caleçon. Maéva est restée habillée. Jupe et petit haut. Elle m'allonge, m'embrasse et commence à me sucer. Elle est dos à la vitre, et moi je devine des silhouettes pressées contre la vitre. Je devine également la longue chevelure de la femme qui s'était proposée à Maéva quelques minutes auparavant. La situation est marrante. On fait l'amour et on nous mate. Mais pour l'instant, nous n'avons rien offert à nos spectateurs. Alors je remonte la jupe de Maéva, offrant ainsi le spectacle de ses fesses et de son string.

Très vite, je reprends le contrôle. Je me redresse et met Maéva sur le dos, tête contre la porte vitrée. On ne peut pas être plus près. Je la déshabille. Elle est grande, peau mate, de jolis seins, de longues jambes. Elle est très belle. Je la caresse, et entreprend mon voyage entre ses jambes. Elle est trempée. J'essaie d'oublier qu'on nous regarde mais c'est impossible. Et finalement assez excitant. Elle, si timide et réservée, avec tant de classe et de tenue, offre son corps et son intimité à des spectateurs inconnus. Je la découvre différente à ce moment là. Elle s'abandonne complètement. La situation semble l'exciter davantage. Très vite, elle souhaite que je la pénètre.

En position du missionnaire, un bras sous son bassin pour toucher la zone la plus sensible de son vagin, j'entre en elle. Ses tétons sont durs et je m'empresse de les prendre en bouche. Puis je saisis ses seins à pleines mains et les rapprochent tout en la pénétrant. J'entends ses gémissements et c'est trop bon. Elle va jouir et moi aussi.. Une pause de quelques secondes. Je garde le « contrôle ». Elle vient sur moi. Et nous offrons à nos spectateurs de circonstances, une autre position. Ce sont ses fesses et mon sexe sortant et entrant en elle. Je me demande ce qui se passerait si quelqu'un s'invitait. Non, ce n'est pas l'ambiance. Et d'ailleurs cela n'arrivera pas. J'imagine ces personnes derrière la vitre, probablement très excités. Dernière position, Maéva sur le ventre, sur les coudes. Moi sur elle. J'écarte ses fesses et entre dans son vagin trempé. J'accélère le mouvement et pose ma main sur ses seins humides. Nous jouissons en même temps, éreintés.

Nous nous rhabillons. Il n'y a plus d'ombres derrière la vitre teintée. Fin du spectacle. En sortant, les regards insistants des personnes que nous croisons nous permettent de réaliser que nos ébats ont eu un certain succès.

Un couple nous aborde. Une discussion banale démarre. C'est presque hallucinant. L'homme, très sympathique du reste, fait remarquer à quel point sa femme trouve Maéva charmante. Message reçu mais on en restera là.

Nous traînons encore dans le club et voyons ce couple se donner en spectacle. Visiblement, c'était une première fois pour eux aussi. Nous quittons les lieux.

C'est terminé avec Maéva depuis 1 an et demi. Cette histoire s'est déroulée il y a 3 ans et demi. J'y pense souvent car cela reste une expérience inoubliable et très excitante.

David.

Retour en haut de la page





Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime