- En ligne, 58 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > Travail ou plaisir ? Il faut choisir

Confession Intime - Travail ou plaisir ? Il faut choisir

C.H.n°45 Confession d'un Homme n°45
Date 26/02/06
Nom Michel1961
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre Travail ou plaisir ? Il faut choisir ...

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Mon travail d'indépendant dans le bâtiment me conduit souvent à travailler dans l'appartement ou la maison de mes clients (ou clientes...).

Depuis très longtemps, j'avais pris ce que je considère comme une bonne et sage résolution, à savoir de ne jamais mélanger le travail et le plaisir. Pourtant, ce n'est pas toujours facile et les tentations ne manquent pas. Je ne compte pas le nombre de fois où j'arrive chez une cliente le matin pour un dépannage et où elle est en peignoir, sans rien dessous. On a beau avoir pris de bonnes résolutions, il n'est pas toujours aisé de rester insensible. Mais j'avais toujours résisté à la tentation et je pensais avoir raison.

Un jour, je me suis présenté chez une cliente pour un devis. Elle m'a reçu dans le living et nous avons fait le tour du bâtiment pour évaluer les travaux. C'était une femme d'une quarantaine d'années, très belle. Elle était très bien habillée quoi que relativement sexy. Si sa jupe n'était pas spécialement courte, par contre, elle portait un chemisier très échancré qui ne cachait pas grand-chose de sa poitrine, qui était, du reste, superbe. Chaque fois que je regardais cette femme, mes yeux glissaient rapidement vers le bas et j'admirais cette poitrine qui était loin de me laisser indifférent. Je suis certain qu'elle l'avait remarqué mais ne semblait pas réagir ou montrer un quelconque agacement. Finalement, la visite du bâtiment s'est terminée, j'ai pris congé et je suis rentré chez moi pour rédiger mon devis qui a été envoyé très rapidement.

En travaillant à mon bureau, je ne pouvais m'empêcher de repenser à cette femme très belle et mon imagination commençait à travailler. L'effet ne s'est pas fait attendre... Mon sexe déjà bien durci commençait à me faire mal. J'ai alors baissé mon pantalon pour le libérer et j'ai commencé à me masturber tout en m'imaginant avec cette femme. L'effet a été rapide et je jouis en très peu de temps.

Pourtant, je continuais à penser que je devais en rester là et ne prendre aucun risque. Du reste, qu'est-ce qui me dit que cette femme s'intéresse à moi et a envie d'avoir une relation avec moi ? J'étais occupé à essayer de me convaincre d'en rester là, mais je n'y parvenais pas vraiment.

J'ai reçu mon devis accepté peu de temps après et j'ai donc repris contact pour démarrer les travaux. Pendant les premières journées de travail, rien de vraiment spécial ne s'est passé. Bien sûr, elle était chaque jour habillée différemment, toujours très sexy. Lorsqu'elle venait près de moi pour constater l'avancement des travaux, j'avais beaucoup de peine à détourner les yeux de sa superbe poitrine. Je suis certain qu'elle en était consciente car elle m'adressait alors un regard qui semblait en dire long... En plus, à force de la regarder ainsi et de rêver, j'avais souvent une érection et je suis certain qu'elle l'avait remarqué. Pourtant, je restais distant... courageusement distant, me réfugiant dans les toilettes pour me masturber.

Plus les jours passaient et plus ça devenait dur pour moi.

Un jour, en travaillant dans une pièce, une partie d'un très vieux plafond s'est écroulée sur moi en faisant beaucoup de bruit. Elle est arrivée en courant pour voir se qui s'était passé. En me voyant recouvert de plâtre, elle s'est mise à rire et est restée ainsi un long moment. Moi, ça ne m'amusait vraiment pas ! Après, elle s'est approchée et m'a aidé à enlever les multiples débris. Rien que le contact de ses mains sur moi m'excitait ! Etant recouvert de plâtre, je ne me voyais pas continuer à travailler dans cet état. Elle m'a alors proposé de prendre une douche, ce que j'ai accepté après un moment d'hésitation. Elle m'a indiqué la salle de bains. Une fois entré, j'ai enlevé mes vêtements et me suis glissé sous la douche. Tout occupé que j'étais à me frotter, je n'ai pas remarqué de suite qu'elle était entrée également. Après un moment, entendant du bruit, j'ai entrouvert la porte de la douche et je l'ai vue. Elle était entrée juste après moi et s'était complètement déshabillée ! Elle s'était installée entièrement nue devant un grand miroir. De ma douche, je voyais tout son corps. Ma première impression était correcte, elle avait une poitrine magnifique. Mais le reste du corps était avenant aussi. Elle était campée devant son miroir, les jambes légèrement écartées, je pouvais voir son sexe protégé par une toison particulièrement touffue. Elle s'amusait à bouger pour bien me montrer toutes les parties de son corps et ça me faisait un effet dingue. Mon sexe était déjà bien dur et je sentais l'excitation monter en moi. Sans dire un mot, elle a commencé à se caresser la poitrine, puis sa main est descendue doucement le long de son ventre pour arriver à son sexe. Sans se précipiter, elle se caressait le clitoris puis le vagin. De ma douche, je voyais tout et ça me mettait dans un état pas possible. Pourtant, je n'osais pas sortir de la douche pour la rejoindre. Je la regardais, un peu pétrifié, en train de se donner du plaisir.

Soudain, elle s'est retournée et s'est dirigé vers la douche, dont elle a ouvert la porte. Elle est entrée et m'a regardé dans les yeux. Sans dire un mot, elle a commencé à me caresser la poitrine, d'abord avec sa main puis avec sa bouche. Mon sexe était dur comme du bois et je n'avais qu'une envie : la prendre tout de suite, tellement j'étais excité. Pendant ce temps, sa bouche descendait le long de mon corps. Elle plaçait de nombreux baisers, d'abords sur les bourses puis sur toute ma verge qui était dure comme elle ne l'avait jamais été. Tout en continuant à me caresser, elle a pris mon sexe dans sa bouche et a commencé à me sucer. Elle le faisait doucement, sans se précipiter, faisant monter progressivement mon désir. Je sentais le plaisir monter en moi très fort. L'excitation ne cessait de grandir et, très vite, j'ai senti que j'allais éjaculer. Je voulais la prévenir, mais elle n'en a pas tenu compte et a reçu tout mon sperme dans la bouche, ce qui ne semblait pas la déranger. Ensuite, elle se releva, m'a embrassé et nous avons partagé ma semence. Je ne me souvenais pas d'avoir joui aussi fort auparavant et j'étais dans un état second.

Quelques instants après, remis de mes émotions, j'ai commencé à la caresser. Je suis resté longtemps sur sa poitrine opulente. Je ne me lassais pas de la caresser et elle semblait apprécier cela. Progressivement, mes mains commençaient à glisser sur tout son corps, en caressant toutes les parties. Rien n'échappait à mes mains, sa poitrine, son clitoris, son vagin, sa toison, et même ses fesses bien rondes. Je glissais mes doigts partout, sentant le désir monter en elle progressivement. Chaque fois que je passais sur son sexe, je le sentais toujours plus humide de désir. Elle aimait mes caresses et ces préliminaires semblaient l'exciter terriblement. Mon sexe, à peine remis de ses "émotions" était à nouveau en érection, dur comme du bois. Elle se serra contre moi et mon sexe vint se coller contre le sien, tout humide. La plaçant contre le mur de la douche, j'entrepris alors de la pénétrer, ce qui fut très simple tellement son sexe était humide. Je faisais de longs et lents mouvements dans son vagin, sentant son excitation monter crescendo. Ses gémissements s'accéléraient jusqu'à l'explosion de sa jouissance. Elle poussa plusieurs cris tellement son plaisir était fort. Après quelques secondes, elle s'est retournée et m'a dit, comme un ordre :

- Sodomise-moi !

Un peu surpris (je n'avais jamais sodomisé une femme auparavant), je l'ai retournée. Son sexe était toujours très humide et le foutre avait glissé jusqu'à son anus qui semblait lubrifié. Je n'ai eu aucune peine à introduire ma verge, qui glissa facilement dans son anus. J'ai recommencé mes mouvements, lentement, en enfonçant chaque fois mon sexe au plus profond. Je sentais son plaisir monter à nouveau. J'étais moi aussi très excité et nous avons joui très fort, ensemble.

Par la suite, j'ai continué à travailler chez cette femme et nous avons souvent fait l'amour, essayant toutes les places, toutes les positions. Une fois le chantier terminé, je n'ai plus jamais eu de nouvelles d'elle, malgré mes tentatives...

Michel.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime