- En ligne, 115 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > Massage pas sage

Confession Intime - Massage pas sage

C.H.n°46 Confession d'un Homme n°46
Date 26/02/06
Nom Libertins30 (Photo)
E-mail libertins30@hotmail.fr
Titre Massage pas sage

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Pour Noël, j'ai offert à ma femme une séance de massage surprise.

Cat s'était déjà rendue dans ce salon de massage et en était chaque fois ressortie parfaitement détendue avec une seule envie : recommencer. Le masseur était un homme d'une cinquantaine d'années, au physique quelconque. Mais un don certain pour les massages faisait qu'il mettait chaque fois ma chérie dans un état second. Il lui arrivait même d'espérer que les mains de l'homme dépassent les limites de la décence. Il faut dire que la quasi-nudité de Cat, qui conservait uniquement son string, contribuait à une ambiance plutôt érotique. Les mains se déplaçaient sur tout son corps, contournant le string, la paume se posant parfois sur la mince toison.

Ce 24 décembre, il était prévu que nous passerions l'après-midi en ville pour les dernières courses de Noël. J'avais donc pris rendez-vous pour ma chérie à 16 heures. Le matin, je m'étais occupé de sa toison, légèrement plus fournie qu'en été, tout en conservant les lèvres entièrement lisses. Le rasage avait été soigné.

Cat s'était habillée d'un grand pull décolleté sous lequel ses seins étaient nus et d'une courte jupe qui arrivait à la limite de ses bas noirs. Des bottes à talons complétaient la tenue. En glissant ma main sous sa jupe, j'avais constaté que son intimité était à nu... Cat sortait souvent nue sous ses jupes.

Ce jour-là, à son étonnement, je lui proposais d'enfiler un mini-string noir transparent, pensant qu'elle serait moins gênée en apprenant par la suite qu'elle allait se faire masser. Elle était naturellement impudique (naturiste dans l'âme), mais je savais qu'elle préférerait quand même ne pas se retrouver entièrement nue, offerte aux mains de cet homme qui ne lui plaisait pas physiquement.

A 16 heures, nous étions comme par hasard devant le salon. Cat apprit alors qu'elle était attendue pour un massage décontractant et revitalisant d'une heure. Le masseur s'amusa de sa surprise. Cat disparut dans la salle de massage.

Pour ma part, j'allais prendre l'air en ville, pour calmer la bosse qui déformait le jean sous lequel j'étais nu. Imaginer ma chérie uniquement vêtue de ce mini-string, massée par cet homme, m'excitait au plus haut point. Je regrettais de ne pouvoir assister à la séance.

A 17 heures, j'étais de retour pour attendre Cat. L'attente fut longue, le massage semblait durer plus que prévu. Je patientais avec la cliente suivante, une jeune femme à la beauté pâle.

Le masseur apparut et, sourire aux lèvres, me dit qu'il avait fait tout son possible pour que ma femme ne s'endorme pas à table pendant le réveillon. Il fallut encore dix bonnes minutes avant que Cat n’arrive. Elle était détendue, et ses commentaires se bornèrent à quelques mots de satisfaction. Elle avait beaucoup apprécié le massage, avait été très excitée de se sentir offerte aux regards de l'homme, son string se faufilant même dans son sexe, dénudant ses lèvres. Après le massage, elle l'avait d'ailleurs enlevé, mouillé qu'il était par ses envies. Dans la voiture, je pus vérifier l'état d'excitation dans lequel elle était toujours.

Rapide passage par la maison pour se changer et nous partîmes chez mes parents pour le réveillon. C'est au moment du dessert, pendant que ma main effleurait la zone qui sépare le haut des bas du string, que Cat, assise à côté de moi, me glissa à l'oreille :

- Il faudra que je te raconte comment le masseur m'a fait jouir !

Son grand sourire et ses yeux rieurs me laissèrent penser qu'elle disait ça pour m'exciter. Je ne la croyais pas. Plusieurs allusions dans la soirée me laissèrent sans réponse. Sous la table, mon doigt dans sa chatte me permit de vérifier que ma chérie avait le sexe trempé par l'excitation.

C'est dans notre lit que je connus le fin mot de l'histoire. Son récit, pendant que je la prenais dans toutes les positions, m'excita comme un fou. Elle était trempée, ouverte, offerte, gémissante, les tétons durs. Je lui pris les fesses sans ménagement, un peu pour la punir de ne pas tout m'avoir dit immédiatement. Elle subit mes assauts, mon gland frappant au plus profond d'elle. Ses doigts se démenaient sur et dans son sexe... Nous jouîmes ensemble !

Son récit fut très détaillé...

Quand le masseur entra dans le cabinet, Cat était installée sur la table de massage. Bien chauffée, la salle était parfumée par une odeur d'eucalyptus. Les mains étaient chaudes, mais le premier contact la fit frissonner. Ses tétons nus étaient érigés à leur maximum. Cat, les yeux fermés, imaginait les yeux de son masseur sur eux et sur son mini-string, qui laissait voir sa fente lisse. Elle comprenait pourquoi j'avais choisi celui-là. Elle sentit son intimité s'humidifier. Comme à chaque massage, l'homme lui massa aussi la poitrine. Ce jour-là, elle eut l'impression qu'il s'attardait un peu sur ses tétons. Quand il lui fit, pour la première fois, un compliment sur la beauté de ses seins, elle réalisa que ce n'était pas qu'une impression.

Retournée sur le ventre, elle imaginait la ficelle de son string entre ses fesses. Après un long et agréable massage du dos, c'est sur ses fesses que l'homme s'activait, effleurant son anus et son entrejambe. Il lui fit écarter un peu plus les jambes et se plaça dans l'axe de son sexe. Cat sentit son regard la pénétrer. Inconsciemment, elle entrouvrit un peu plus ses cuisses.

Placée ensuite sur le côté, une jambe soulevée, elle sentait qu'elle offrait au regard de l'homme son anus, que la mince ficelle ne parvenait pas à cacher. Elle sentait aussi qu'aidé par le massage à la limite du string, ce dernier se réduisait et glissait entre ses lèvres. Elle en éprouva encore plus d'excitation.

Allongée de nouveau sur le dos, Cat savait que la fin de la séance approchait. Celle-ci se terminait toujours par un long massage qui partait des pieds et remontait jusqu'à l'aine. Cinq fois par jambe. En se retournant, elle avait constaté que le mince tissu ne cachait plus les lèvres de son sexe. Elle s'était bien gardée de le réajuster.

1... 2... 3... 4... 5... Les cinq remontées des mains le long de la jambe gauche s'étaient terminées sur son sexe. Elle savait la position indécente, les cuisses grandes ouvertes et une jambe repliée vers l'extérieur. Le masseur contourna la table. Cat sentit son souffle s'accélérer. Elle voyait sa poitrine se gonfler plus vite.

Ses mains... enfin... 1... 2... 3... Ses doigts écrasèrent ses lèvres, enfouissant un peu plus le string dans son intimité... Quatrième remontée... La main parvint jusqu'à son bouton d'amour et l'écrasa doucement. Elle ne put retenir un soupir. Elle serra une main qui prit la sienne... Cinquième fois que l'autre main remontait... Elle pressa un peu plus la main qu'elle tenait. Le contact se fit plus précis à l'approche de ses grandes lèvres, s'attarda, et un doigt se faufila sous le tissu plongé entre les lèvres.

Le gémissement que poussa Cat dut encourager le masseur à continuer. Le contact avec le clito de ma chérie, dégagé par l'excitation du nid naturel formé par les petites lèvres, électrisa cette coquine, qui n'attendait que cela. Lâchant la main de ma belle, il écarta le mince string, dénudant entièrement le sexe ouvert. Une main emprisonna un sein gonflé et joua avec le téton.

Cat sentit un doigt adroit et agile la pénétrer. Elle gémit de plaisir. Pendant les minutes qui suivirent, elle offrit à son masseur son intimité à caresser, écarter, examiner, doigter... et ses seins tendus à peloter et malaxer. C'est tout naturellement qu'elle souleva ses fesses pour qu'il fasse glisser son string en dégageant une jambe. Quand il l'attira au bord de la table de massage, Cat était prête à tout, mais c'est la langue de son complice qui la fouilla. Elle gémit et ondula de plus en plus fort, de plus en plus vite. Son plaisir était proche. La langue s'enroulait autour de son clitoris, l'aspirait... Des doigts s'enfonçaient en elle.

Elle jouit en se mordant l'avant-bras pour ne pas crier. La langue du masseur continuait à monter et descendre le long de ses lèvres lisses, puis il se releva et lui lança en souriant :

- Joyeux Noël !

Et il sortit de la pièce. Cat resta de longues minutes sans bouger, cuisses grandes ouvertes, une jambe ballante. Enfin rhabillée, c'est avec un grand sourire qu'elle me rejoignit et souhaita une bonne soirée à celui qui venait de la faire si fortement jouir.

Deux jours après, le téléphone sonna. C'était la secrétaire du salon de massage qui annonçait à Cat qu'elle bénéficiait d'un massage gratuit, car sa carte de fidélité était presque terminée. Elle avait deux mois pour bénéficier de l'offre et peut-être aussi des caresses de son masseur préféré.

Osera-t-elle y retourner ?

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime