- En ligne, 44 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > La femme de ménage

Confession Intime - La femme de ménage

C.H.n°55 Confession d'un Homme n°55
Date 17/09/06
Nom Pelto
E-mail pelto360@hotmail.fr
Titre La femme de ménage

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Bonjour, je m'appelle Rafael, j'ai 18 ans et je vais vous raconter une histoire qui m'est arrivée pas plus tard qu'il y a un mois.

Je me trouvais en vacances chez mes grands-parents, à Bordeaux. Je passe peu de temps là-bas, aussi n'ai-je pas beaucoup d'amis à Bordeaux. Je passe donc le plus clair de mon temps à "glander", ou sur un ordinateur.

Un jour, mes grands-parents partirent pour la journée, me laissant seul à la maison. Tout ce qu'ils me demandaient de faire était d'ouvrir la porte à la femme de ménage. A 11h, elle sonnait à la porte.

Maria était une polonaise assez bien conservée pour son âge (la quarantaine passée). Comme je ne l'avais jamais vue, j'entrepris de discuter avec elle. Elle m'expliqua qu'elle était célibataire et qu'elle avait besoin d'argent pour l'envoyer à ses parents en pologne. Nous avons discuté assez longtemps pendant qu'elle nettoyait la cuisine. Au bout d'un moment, j'eu l'impression qu'elle n'arrêtait pas de me regarder.

- Vous êtes vraiment célibataire?

Elle sourit en m'entendant poser cette question, et me dit avec son accent qui lui donnait tant de charme :

- Oui, mais 44 ans je suis moins belle.

- Vous rigolez? Vous êtes magnifique !

Tout en lui répondant ça, je me rapprochai d’elle, jusqu'à me trouver presque collé à elle. Elle me regarda dans les yeux, sans doute un peu surprise, et je l’embrassai.

J'étais surpris d'en être arrivé là si vite, et tout en l’embrassant, je la portai jusqu'au canapé du salon. Elle devait mesurer dans les 1m60, était mince, mais avec des seins de bonne taille (je dirais dans les 90b), et surtout de très jolies fesses. Je commençais à la caresser à l’entrejambe, à l'embrasser dans le cou lorsqu’elle elle me demanda d’arrêter. Elle se leva, reboutonna son pantalon, et récupéra son sac.

J'étais à la fois surexcité par ce qu'il venait de se passer et à la fois blasé et dégoûté par le fait qu'elle arrête si tôt. Elle n'attendit pas une minute de plus et sortit de la maison.

J’étais assez embarrassé et gêné car je ne savais pas comment cela allait se passer. Allait-elle en parler à mes grands-parents ? Allait-elle démissionner ? Mon embarras ne dura pas longtemps car à peine 5 minutes après être partie, elle sonna à la porte.

J’ouvris, et elle me tendit un paquet de préservatifs, tout en m'embrassant goulûment. Mon sexe se durcit en quelques secondes, je ressentais un immense sentiment de soulagement mêlé à de l’excitation. Elle me prit par la main, m'emmena dans la chambre de mes grands parents.

Nous reprîmes là où nous nous étions arrêtés, et je glissai ma main dans sa culotte. Pendant que je jouais avec son clitoris, elle commença à déboutonner mon jean, puis mit à son tour sa main dans mon pantalon.

Au bout d'un moment, elle m'allongea sur le dos et me dit : "Quoi je dois faire ?" Je me rappelle exactement de cette phrase car je sentis alors un sentiment de domination monter en moi. Elle voulait que je dirige.

Je lui demandai de me sucer. Elle prit goulûment mon sexe dans sa bouche et lui roula des pelles tout en me branlant à la base avec deux doigts. Quand elle sentait que j'étais sur le point d’exploser, elle arrêtait et prenait mes boules dans sa bouche. Ensuite elle recommençait, me léchant de la base jusqu'au gland. Sa langue se promenait sur ma verge, et je compris alors que j'étais très loin d'être son premier coup.

Au bout d'un quart d'heure environ j'éjaculai dans sa bouche. Elle avala toute ma semence et vint s'allonger près de moi.

Après la pipe magistrale qu'elle venait de me faire, je devais lui donner du plaisir à mon tour. Je baissai donc entièrement son pantalon, retirai sa culotte, et lui tripotai le clitoris. Je la léchais depuis quelques minutes quand elle poussa la boîte de préservatifs vers moi. Tout en enfonçant deux doigts dans sa chatte je sortis un préservatif. Elle entreprit de me le mettre elle-même, puis s'allongea sur le dos et écarta les cuisses.

Je n'avais jamais pénétré une chatte aussi mouillée. Je la limais depuis quelques minutes quand elle me demanda quelle position m'excitait le plus. Je lui répondis "la levrette". Elle ne connaissait pas le mot français, alors je lui expliquai. Elle se retourna et je recommençai à la pénétrer. Elle jouit assez vite, et elle me demanda de lui faire quelque chose que je n'avais jamais fait auparavant : elle voulait que j'entre dans son cul.

Elle se tartina l'anus de savon et de mouille, et je commençais à la pénétrer. C'était une sensation différente, puisque son trou était plus serré que sa jolie chatte. Néanmoins, les cris qu'elle poussait m’excitaient tellement que je jouis au bout de quelques minutes. Elle me retira le préservatif.

En tout, j'ai utilisé 4 préservatifs ce jour-là. Elle me donna son numéro de téléphone et me dit de l'appeler dès que mes grands-parents repartiraient. Je l'ai appelé 3 jours plus tard, et ce fut une fois encore l'une des meilleures journées de ma vie.

Rafael.

Retour en haut de la page





Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime