- En ligne, 48 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > J'ai aimé une nymphe

Confession Intime - J'ai aimé une nymphe

C.H.n°67 Confession d'un Homme n°67
Date 08/07/07
Nom Twister
E-mail zorbaaa@voila.fr
Titre J'ai aimé une nymphe...

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Plantons le décor, je suis en montagne avec ma copine et sa meilleure amie. Cette dernière est du genre à ne pas avoir confiance en elle, alors que c'est une vraie bombe : de jolies formes, un corps musclé, des jambes fuselées, des cheveux longs et bouclés, rouquine sur les bords... bref, une femme splendide et désirable.

Je ne comprends pas pourquoi elle se dévalorise autant, alors que je la trouve superbe. Après discussion avec ma copine, elle m'a expliqué qu'elle est très complexée, enfance pas géniale entre deux parents qui ne s'aimaient plus, jamais eu le moindre petit ami car elle ne s'estime pas assez bien pour, etc...

Comme je suis plutôt du genre à complimenter sans aucune arrière-pensée (j'aime bien dire ce que je pense), je lui faisais quelques petits compliments par-ci par là, ça l'amusait, et au de fil en aiguille avec ce petit jeu, nous sommes devenus assez proches, elle me confiait ses soucis, et je l'écoutais des heures...

Une après-midi, nous partons faire une promenade avec sa famille, ma copine, fatiguée, décide de ne pas venir. Précisons, une promenade avec eux, c'est plutôt du genre on crapahute entre les rochers en montagne accidentée, notions d'équilibre indispensable ! (Ça ne me gêne pas, je suis assez casse-cou)

Bref, on commence gentiment à marcher, et je ne me prive pas de complimenter la belle, il faut dire qu'elle est tellement bien dans son petit short avec son petit haut... elle ne se démonte pas, et une fois n'est pas coutume, elle répond à mes compliments, et m'allume ! (Sans arrière pensée, elle faisait ça pour voir comment un mec normal réagit, elle savait qu'avec moi, elle n'avait pas grand chose à craindre)

Evidemment, difficile de cacher l'effet qu'elle me produit, elle prend des postures un peu coquines, etc... Bref, se lâche... je réponds du tac au tac, notre petit jeu de séduction est bien amusant.

Sa famille nous regarde bizarrement (comprennent pas l'humour coquin ceux-là), du coup, afin de dissiper le malaise, nous partons un peu en avant.

-Je t'emmène aux cascades, me dit-elle.

-On se fait une petite douche les deux sous la cascade ? Lui sors-je en riant.

-Chiche !

-Pourquoi pas ? (Aïe les cascades en montagnes sont gelées !)

Nous arrivons aux cascades dans un tout petit cirque, et elle me fait :

-Alors ? On y va ?

-Un peu qu'on y va !

Elle s'approche d'une petite cascade, et y va franchement toute habillée ! Je décide de faire de même, histoire de ne pas me dégonfler. Dieu que cette eau est froide... enfin comme il fait chaud, ça peut aller. Je sens ma peau et mes muscles qui se tendent, j'ai l'impression d'avoir faire des heures de musculation tellement cette eau est froide !

Je sors de ma "douche" improvisée, et là vision de rêve : elle sort de la cascade, complètement trempée... Ses longs cheveux ondulés qui tombent sur ses épaules lui donnent un air de nymphe... Ses vêtements trempés soulignent ses courbes généreuses et gracieuses... Je n'ai plus la même femme devant moi... J'ai une véritable déesse... Je ne vois plus rien autour... Je n'entends qu'un vague bruit de fond... Mes yeux n'arrivent pas à se détacher de cette vision parfaite.

Elle me sort timidement :

-Pas trop déçu ?

Je suis subjugué par sa beauté et reste hypnotisé, péniblement je lui dis :

-Tu es sublime...

Ragaillardie par ce propos qui sortait du fond du coeur, elle fait tournoyer ses longs cheveux et vient les faire faire atterrir sur mon visage (un de nos jeux favoris), et se rapproche de moi.

-Tu n'es pas mal non plus, belle musculature... me dit-elle en effleurant un de mes pectoraux moulé par le t-shirt trempé. (Je ne suis plus en capacité de réfléchir, les mots sortent tout seuls, je m'entends dire des choses que je n'imaginerais même pas sortir en temps normal)

-Tu es si belle...

-Arrête, t'es pas sérieux...

-Crois-tu que je suis capable de te mentir ? (Elle observe mon regard, qui lui donne la réponse) Je n'arrive pas à détacher mon regard de toi... tu es sublime.

Je m'approche d'elle et lui dépose un baiser très tendre sur la pommette... je reviens face à elle et nos deux nez s'effleurent pendant que je me noie littéralement dans son regard... je descends très lentement vers son cou en l'effleurant avec ma bouche... et je dépose un long baiser passionné sur la base de son cou. Sa tête penche un peu en arrière, m'invitant à prolonger ce long baiser, et elle touche mon corps, tout doucement du pectoral au ventre... Je sens sa respiration et son coeur battre... Nous sommes toujours en-dehors du temps, je n'ai plus de notion du réel... Je finis mon baiser passionné sur son cou, elle décide de m'embrasser un trapèze, je sens des décharges qui me partent du haut du corps jusqu'en bas du dos... Ce baiser me rend dingue, j'ai le coeur qui s'emballe et qui bat à tout rompre... Je vais mourir de plaisir ce n'est pas possible... Et pourtant je n'ai pas envie qu'elle arrête, tant pis si mon coeur lâche.

Sa main prend la mienne, et m'invite à toucher son sein... Ses courbes sont si divines, j'effleure à peine son téton et je crois entendre un imperceptible gémissement dans un soupir... Son téton durcit à un point...

Au fur et à mesure nous nous rapprochons, je ne veux qu'une chose, c'est que ce moment ne s'arrête jamais... Ses bras m'étreignent, nous sommes l'un contre l'autre, joue contre joue, j'ai envie de fusionner avec elle... Je glisse ma main sur le côté de son ventre, elle tressaille... Je n'ose même plus affronter son regard... Ma main continue vers son dos, pendant qu'elle me glisse un baiser sur le cou, sa langue effeuille ma nuque... Juste en dessous de l'oreille... Effet garanti, je me sens défaillir.

Je peine à reprendre mes esprits, je ramène ma main, et touche son nombril laissé à l'air par son petit haut... Son ventre bouillonne malgré le coup de froid de la douche improvisée tout à l'heure... Je remonte lentement ma main en passant sous son petit haut pour atteindre la base de sa superbe poitrine... Elle rapproche son ventre et cale ses deux jambes autour de ma jambe droite pour mieux se cambrer et m'offrir sa poitrine... Que je commence à toucher enfin, quelle perfection, quel bonheur...

Je lui effeuille la poitrine longuement, pendant qu'elle ramène sa tête face à la mienne entre de nombreux soupirs... Mon coeur est sur le point de rompre, j'ai les tempes qui battent à un point... Nous sommes nez contre nez... Je n'ose plus la regarder directement... Nos deux nez se frottent l'un contre l'autre... Les deux têtes se penchent... Nos yeux se ferment...

... Je sais que je ne dois pas... Mais comment résister ? Je sens sa respiration... A un instant du bonheur... Nos deux bouches se touchent... Nous n'osons plus bouger... L'avancée reprend, et nos deux bouches sont enfin bien en contact...

Ce baiser relativement chaste est pourtant le plus torride que je n'ai jamais eu... Instant de grâce... Lais que se passe-t-il ?

Nous entendons des voix se rapprocher, ce qui nous sort de notre moment d'oubli. Nous reprenons nos esprits, un peu plus et nous étions pris en flagrant délit par sa famille... Je ne sais plus trop comment réagir. Ont-ils vu ce qu'il s'est passé ? Je lui balbutie bêtement :

-Tu crois qu'ils...

-Merde, merde, merde... noooon, pas à ce moment !!! Tu me suis, il faut qu'on parle !

-Je te suis !

Elle m'attrape la main et me serre fort, et crie à sa famille en train d'arriver qu'elle m'emmène aux grosses pierres de je ne sais plus quel nom, et nous partons en courant, j'ai du mal à la suivre ! Là nous courrons comme des dératés dans la forêt derrière le cirque où nous étions, je la suis tant bien que mal, sa main n'a pas lâché la mienne.

Après une course effrénée dans les bois, nous arrivons dans une petite clairière avec effectivement deux énormes rochers, elle me tient toujours la main, et m'invite à me poser contre l'un desdits rochers. Je sens qu'elle est nerveuse, ça ne tourne pas rond ! Je me risque à rompre ce silence gêné :

-Ca va pas ?

-Qu'est-ce qu'on a fait ? On a pété les plombs !

-Ca, tu peux le dire, mais c'était si tendre...

-Oui, mais... pas pour ça...

-Comment ça ?

-Tu es...

-Je suis quoi ?

-Tu es... le petit ami de ma meilleure amie !

-Oui, mais je crois que l'un comme l'autre on a déconnecté... ça te gêne vis à vis d'elle ?

-C'est pas que ça... c'est... enfin, tu es...

-(Je sens qu'elle hésite à lâcher le morceau, je lui prends la main et le demande) Quoi donc ?

-... Le premier homme que j'embrasse, et le premier à qui je fais autant d'effet et qui m'en a fait autant !

Je m'attendais à tout sauf à ça ! (Quelle innocence ! Comment une si belle fille peut ne jamais avoir ne serait-ce qu'embrassé un homme ?)

-Moi : et tu regrettes ce qui vient de se passer ?

-Non, enfin pas ce qu'il s'est passé... mais je n'aurais peut-être pas dû.

-Ecoute, de nous deux, c'est plutôt moi qui suis en faute, et tu n'as rien à te reprocher... Je ne peux pas t'en vouloir de m'avoir subjugué ! Et cet instant était magique.

-Oui, je ne croyais pas que l'on pouvait ressentir des choses pareilles.

-Si ça peux te rassurer, ça m'a surpris moi aussi...

Elle a envie de pleurer... Je l'invite à venir dans mes bras, et je la serre bien fort, très tendrement je lui fais un bisou sur le front en lui disant :

-Ne culpabilise pas... ce n'est pas toi qui est en faute, et puis cet instant a été très fort, non ?

-(Elle me sourit et se détend un peu) oui c'était merveilleux... Si j'osais...

-Quoi ?

-Non rien...

-Tu peux me le dire, je ne vais pas te juger.

-(Droit dans les yeux) j'aurais aimé... que ça continue un peu, sans être dérangés.

Son regard et son propos me laissent stupéfait... elle me glisse un bisou sur le nez et me dit :

-Tu es mon premier mec, et mon corps n'a jamais autant bouillonné en si peu de temps, que s'est-il passé entre nous ?

-Ah ça, si je pouvais l'expliquer ! Je suis encore sous le charme...

-Je sais que je ne devrais pas, j'ai honte, mais...

Je viens lui glisser un smac tendrement avant qu'elle ne finisse sa phrase, et lui dis :

-Je suis à toi... pour finir ce moment de pur bonheur.

-Je ne devrais pas... mais j'en meurs d'envie, me glisse-t-elle dans un clin d'oeil. Je veux que mon premier flirt soit inoubliable. Tant pis s'il sera limité dans le temps. Tu es à moi ?

-Corps et âme.

Sur ce, elle vient se mettre nez contre nez face à moi, et voilà à nouveau que je me sens défaillir en me noyant dans son regard... Je ne vais pas pouvoir lutter... Non ne pas penser à tout à l'heure... Trop tard, je suis à nouveau sous l'emprise de son charme, et ses yeux me dévorent... Je sens une force qui me rapproche d'elle...

Sa bouche... J'ai envie de l'embrasser... Mon coeur accélère à nouveau... Comment peut-elle me faire un effet pareil ? Nous nous embrassons de nouveau, et ce baiser vient effacer le moment de doute d’il y a quelques minutes... A-t-il même seulement existé au vu de la passion qui émane de ce baiser ? Je la sens plus entreprenante, elle glisse la main sous mon t-shirt encore humide de tout à l'heure, ses effleurements sur mon torse m'électrisent au plus haut point... Ma main droite qui tient sa tête descend, et je lui rends la caresse qu'elle me prodigue, ses seins se dressent sous son petit haut, je prends un plaisir certain à caresser sa poitrine parfaite... Ce baiser est décidément interminable, je sens sa langue venir rencontrer la mienne timidement, je décide de répondre à son invitation... Nous nous détachons presque à regret après cet interminable mais délicieux baiser... Son regard et le mien s'accordent à faire comprendre à l'autre que nous sommes avides l'un de l'autre... Elle vient se blottir contre moi ventre contre ventre... Et prend mes deux mains, qu'elle guide vers la base de son petit haut... Je comprends son idée, et je lui enlève son petit haut, sa poitrine est encore plus belle libérée de son écrin... Elle fait de même avec moi, et nous sommes ainsi à égalité.

Je décide d'inverser la position, je l'invite à s'étendre sur le rocher sur lequel j'étais appuyé... elle m'invite à venir me caler entre ses jambes, et ma bouche vient embrasser l'intérieur de ses cuisses... Je viens ensuite embrasser son nombril, je joue avec ma langue sur son ventre... elle est si sexy que je pourrais la dévorer pendant des heures... Ma bouche remonte vers ses seins, et je prend un de ses tétons en bouche, ma langue donne des tout petits coups autour, dessus, à côté... Elle prend ma tête dans ses deux mains... Je prends ceci pour une incitation à continuer, et je commence à la mordiller délicatement tout en continuant de généreux coups de langue.

Elle gémit et respire plus fort, je sens que ce petit traitement lui fait beaucoup d'effet... Au moins autant qu'à moi ! Je décide de venir titiller son second téton avec ma main, je déteste qu'il y ait un jaloux... Sa cuisse remonte et m'invite à venir offrir le même traitement de faveur à son autre sein... Elle continue de gémir, ses cuisses donnent des à-coups... Son bassin ondule... De mon côté, je suis hors de moi, cette nymphe que je croque depuis de longues minutes me rend dingue. Ses cuisses s'ouvrent, et ses pieds se frottent sur mon dos, m'invitant à venir la rejoindre pour l'embrasser, nos deux intimités sont très proches, seuls subsistent comme barrières nos fins habits trempés... Elle sent mon désir, et m'invite à venir en contact me frotter contre elle, tout en l'embrassant...

Nous sommes étendus l'un sur l'autre en pleine nature, enlacés, en train de s'embrasser... Je ne peux plus résister... Ma main descend sur l'extérieur de sa cuisse, je ne sais pas si elle a compris mon intention, mais elle redresse sa jambe, me facilitant le passage... Ma main se rapproche de son intimité, je viens entre sa culotte et son short... Son intimité semble apprécier mes caresses à travers le tissu... Je continue ces petites caresses intimes, elle ondule de plus en plus et soupire longuement entre nos baisers enflammés...

Je décide cette fois de venir directement toucher sa fontaine de jouissance, toujours dans la même position... Elle est surprise mais ne fait rien pour m'arrêter... Je suis si près de toucher... ça y est, mon doigt est en contact avec son humidité... Très doucement, je lui prodigue des caresses très lentes, afin qu'elle prenne le temps de savourer la sensation. Quelques gémissements se font entendre, pendant que je suis redressé à bloc... Je continue cette délicieuse torture en frottant mon doigt plus intensément contre sa vulve offerte... Son humidité augmente... Et elle me glisse à l'oreille entre deux râles entrecoupés de baisers volcaniques :

-Ooooh, tu es en train de me rendre dingue... continue, continue, continue !

-Ne te retiens pas, prends, c'est tout pour toi !

-Oh, je sens mon ventre qui va exploser... je crois que je vais jouir !

-Viens !

J'intensifie la caresse intime, son corps se raidit, secoué de spasmes... Et subitement la tension de son corps retombe... Nous nous affalons l'un sur l'autre...

-Oh, je ne pensais pas que c'était possible de jouir ainsi !

-Pourquoi ?

-(Gênée) sans pénétration...

-C'est encore plus beau à mon avis, non ?

-Oui, c'est génial de pouvoir avoir ces sensations ! J'en ai la chair de poule !

-C'était merveilleux !

-Tu n'es pas déçu ?

-Pourquoi ???

-Toi, tu n'as pas joui...

-Mais j'ai pris beaucoup de plaisir à t'en donner, je suis sûr que je n'en étais pas loin, ne t'inquiète pas pour ça.

-Je voudrais t'offrir quelque chose...

-Quoi ?

-C'est un peu coquin... je sais pas si je vais y arriver.

-Essaie donc, je te fais confiance.

Qu'a-t-elle en tête ?

Elle me retire mon short, retire le sien... Je suis en boxer, elle en culotte... Ses deux mains viennent prendre mon sexe et l'enserrer en le sortant de mon boxer... Cela m'excite au plus haut point.

-Viens contre moi, me dit-elle.

Je m'exécute, la position est curieuse, je ne vois pas où elle veut en venir. Pendant que je m'étends sur elle, ses cuisses s'ouvrent, je suis toujours entre ses mains.

-Maintenant, fais-moi l'amour, me fit-elle.

Je viens de comprendre... Et cela me plaît ! Pendant que je commence à venir butter contre son intimité à peine protégée, ses deux mains m'excitent et me procurent une sensation divine... Je suis en train de lui faire l'amour, c'est si bon... L'absence de pénétration n'y change rien, je prends un plaisir fou... C'est si intense et merveilleux...

-Ca te plaît ? Me demande-t-elle.

-C'est merveilleux ! Tu sens mon désir ?

-Oui, j'ai envie que tu viennes... tu crois que tu va y arriver ainsi ?

-Je ne crois pas... (Elle semble déçue)... j'en suis sûr ! (En l'embrassant comme un enragé)

-(Après ce baiser) alors vas-y, viens !!!!

Nous augmentons le rythme, j'essaie de résister... Mais le plaisir est trop intense... Je sens que l'orgasme monte... Elle doit le sentir aussi, la pression de ses mains augmente sur mon sexe tendu de plaisir... Mon corps se tend complètement... Je retiens l'explosion le plus possible pour être foudroyé... Encore quelques secondes d'éternité... C'est si bon...

Un orgasme foudroyant me parcourt le corps, j'ai l'impression d'avoir cette sensation pendant de longues secondes... Et enfin, de longs fils d'argent partent... J'ai l'impression que l'énergie complète de mon corps part entre ses mains...

Nous tombons affalés l'un contre l'autre, repus de plaisir et épuisés de ces sensations divines... Nous décidons de nous étendre dans l'herbe à côté, tendrement l'un contre l'autre, je la tiens dans mes bras. Elle me dit :

-Je n'ai pas de réel élément de comparaison, mais... quelle première fois merveilleuse pour moi ! J'ai du mal à croire qu'il y a une heure je n'avais jamais embrassé un mec.

-Je te rassure, tu as été une première fois pour moi aussi...

-Comment ça ?

-C'est la première fois que je déconnecte à ce point de la réalité... tu sais à la cascade... et j'avoue que ton idée tout à l'heure de me prendre ainsi pour me faire jouir... c'était très érotique et merveilleux.

Je l'embrasse langoureusement... Après ce long baiser, nous sommes toujours étendus, sur le côté chacun, face à face, elle me glisse dans un sourire :

-Elle : même si tout à l'heure tu ne seras plus à moi, on dit que l'on n'oublie jamais son premier amour... je me souviendrai toujours de toi.

-Moi : crois-tu que je pourrais t'oublier ?

Je la prends dans mes bras, je la serre de toutes mes forces, elle m'étreint également... Cet instant de folie semble s'en aller... J'ai envie de pleurer à cette idée... Non, je ne vais pas pleurer...

... Si, mais de bonheur.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime