- En ligne, 130 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confession d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > En stage

Confession Intime - En stage

C.H.n°68 Confession d'un Homme n°68
Date 29/07/07
Nom Arnaud
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre En stage

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Cette histoire s’est passée quand j’avais 18 ans. J’étais au lycée, et je faisais un stage de 1 mois en entreprise près de Lille en hôtellerie. J’étais avec deux autres personnes : un garçon, Olivier, et une fille, Stéphanie. Olivier était en cuisine, Stéphanie à l’accueil du client et moi en service. Huit jours se sont passés sans que rien de particulier ne se passe.

Début de la deuxième semaine. Le service était terminé. Olivier finissait de nettoyer la cuisine tandis que Stéphanie et moi discutions avec le veilleur de nuit. Très vite la discussion a tourné sur le sexe. Stéphanie parlait de ce qu’elle faisait comme position avec son mec. (Il faut dire qu’à 18 ans c’était une très belle fille aux yeux verts et cheveux châtains). Je participais que très peu à la discussion, car à 18 ans j’étais encore puceau. J’étais gêné par leurs dialogues, et ça se voyait sur mon visage. A un moment Stéphanie s’est tournée vers moi, et m’a dit :

- Qu’es-ce que t’en pense Arnaud ? En parlant de son copain

- Euh oui…Tu as raison ! Ai-je bafouillé, terriblement confus.

- Tu n’es pas très branché sexe ! a-t-elle répliqué

- Si si

- Je suis sûr que si je baisse ton pantalon, il y a ton sexe qui va se lever ! Allez viens avec moi dans la chambre » en me tendant la main pour me faire signe de la suivre.

Je l’ai suivi comme un zombie, incapable de m’arrêter. Dans l’ascenseur qui nous amenait dans la chambre, Stéphanie m’a demandé si j’étais puceau, et j’ai répondu timidement, très gêné, par l’affirmative. Elle m’a sourit en me disant que ça serait meilleur pour moi.

On est rentré dans sa chambre. Et là elle s’est jetée à mon cou et m’a embrassé. Sa langue forçait le passage pour atteindre la mienne. On s’est embrassé pendant 5 bonnes minutes, en nous caressant à travers nos vêtements. Mes mains ont commencé à caresser ses cheveux doux, puis ses seins fermes, pour finir j’ai glissé timidement mes mains sur ses fesses en les passant sous sa jupe.

Stéphanie s’est écartée, puis s’est agenouillée devant moi. Et là elle a ouvert ma braguette et elle a sorti ma queue de mon caleçon. Elle m’a sucé en massant mes couilles toutes dures. Elle a délicieusement tété mon gland avant de faire aller et venir ses lèvres serrées et douces le long de ma tige. Mes mains sur ses cheveux, je maintenais instinctivement sa tête pour qu’elle continue à me sucer. « Oh oui ! C’est bon ! Je…. » Ai-je murmuré en agitant mon ventre d’avant en arrière. Plus capable de me retenir, j’ai lâché de copieuses giclées dans sa gorge. Elle a tout bu avant de lécher avec gourmandise le sperme qui coulait sur mon gland. Stéphanie s’est levé et m’a dit : « Je t’ai donné du bien, tu vas me rendre la pareille ! »

Elle a retiré sa jupe et sa culotte noire en dentelle, et elle s’est allongée sur son lit. Ensuite elle m’a dit : « Fait de moi ce que tu veux. Mais uniquement avec tes mains et ta langue pour le moment ! » Je me installé entre ses jambes pour d’abord l’embrasser sur la bouche et son cou. Ensuite mes mains ont arraché son chemisier et détaché son soutien-gorge libérant ses deux magnifiques seins bien fermes. Je les ai embrassé, léché, et j’ai aussi mordillé ses tétons. J’ai descendu ma langue sur son ventre, en passant par son nombril, pour finir par sa chatte. Sur le bord du lit j’ai léché son sexe en enfonçant bien ma langue sur les replis de son vagin, mâchant ses petites lèvres et suçant son clitoris. Elle a passé ses jambes autour de mon cou, et avec ses mains, elle a maintenu ma tête entre ses cuisses pendant 10 minutes environ. Elle mouillait copieusement en gémissant la tête à l’envers.

Une fois sa jouissance apaisée, elle s’est relevé, et m’a ordonné de me déshabiller entièrement, ce que je fis très vite Elle s’est assise sur le bureau, et elle m’a invité à venir m’installer entre ses cuisses repliées. Elle a pris ma queue pour l’ajuster au bord de son vagin. Instinctivement, j’ai essayé de l’enfoncer plus loin. Mais elle m’a retenu en tenant ma verge entre ses doigts, laissant insinuer ses lèvres intimes. L’orgasme l’ayant emportée, elle a replié ses jambes. « Maintenant baise-moi ! » m’a-t-elle dit.

Je me suis enfoncé d’un coup dans son ventre. Je la tenais par la taille tandis que Stéphanie passait ses bras autour de mon cou et entourais ma taille avec ses jambes pour que je reste en elle. Ensuite je l’ai porté jusqu’aux lit en la portant par les fesses. Je l’ai allongé. Elle a passé ses jambes sur mes épaules, et on a continué à faire l’amour. Les spasmes de son vagin se sont faits plus violents. C’était comme si elle aspirait mon sexe pour le garder au fond de son ventre. J’ai fait aller et venir ma verge, d’abord lentement, avant d’accélérer la cadence de mon ventre. J’aurais voulu que ça dure plus longtemps, mais ça n’était plus possible. J’ai lâché de longues salves dans son vagin serré. Elle a pressé mes bourses, comme pour les vider entièrement. Elle a joui alors que jaillissaient mes dernières giclées.

Nous avons refait l’amour les jours suivants selon ses envies. A la fin du stage, elle m’a dit d’oublier notre histoire, et de ne plus chercher à la revoir, car elle avait déjà un copain.

Arnaud.

Retour en haut de la page





Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime