- En ligne, 46 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confessions intimes d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > Une jeune amie de mon beau

Confession Intime - Une jeune amie de mon beau

C.H.n°75 Confession intime d'un Homme n°75
Date 09/03/08
Nom Flo
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre Une jeune amie de mon beau-père

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Ce que je vous raconte s'est déroulé il y a deux ans. C'étaient les vacances scolaires de février et j'allais rejoindre ma famille par le train.

Durant le trajet j'ai appelé mon beau-père pour lui dire que j'allais arriver dans les trois heures tout au plus. Il fut ravi de l'apprendre et m'informa que ma mère et Laurence, une amie de 26 ans (qui passait dix jours chez eux) allaient m'accueillir. Lui, arriverait plus tard.

Il me demanda si ça ne me dérangeait pas de partager la chambre avec Laurence, puisque de toute manière il n'y avait plus de place. Ma réponse fut franche et rapide, "nan, ça me dérange pas". Je ne sais plus très bien si c'était de la franchise ou plutôt une parade pour masquer ces pensées chaudes qui m'avaient directement fait fantasmer! Je me rappelle m'être dit, après avoir raccroché : "Gloops! Dormir dans la même chambre qu'une fille pendant une semaine, c'est un plan incroyable, ça! hmm... hmmm ... mais, putain, j'suis un pervers, c'est une amie de mon beau-père!"

Cependant, la fin du trajet fut délicieuse! Le lâcher prise, l'excitation, les fantasmes, les questions : "Elle est peut-être bien foutue! ... J'espère qu'elle a des belles fesses, car j'adore ça... j'espère qu'elle dort en sous-vêtements ... J'espère qu'elle est bonne, chaude, excitante ... OOOOH STOOOPP!!! c'est l'amie de mon beau-père! J'arrête de penser à ça, c'est interdit. Voilà, c'est fini" ! Quand l'esprit prend son pied et jouit ça donne lieu à des fantasmes éjaculatoires !

La veille, j'avais fait l'amour avec ma copine et on s'était éclatés, alors Laurence je sais pas qui c'est! pas quoi! j'oublie! J'ai une petite amie géniale ... et hier ... ah, hier ... cette levrette ...hmmm je donnerais tant pour remettre ça ...même juste un petit aller retour ... halalala!

Lorsque je suis arrivé j'ai embrassé toute ma famille, j'ai dit bonjour à Laurence - elle était vraiment pas mal, attirante, avec une jolie silhouette subtilement dosée, une allure que j'aimais beaucoup, elle semblait ouverte, souriante, joliment fringuée, et le tout sans excès. Du coup ça m'a un peu refroidi, car nos sept ans de différence étaient réels, elle était bien plus mûre, et mis à part dans mes fantasmes, je ne me voyais pas aller vers elle, et l'inverse m'aurait étonné. De toute façon, c'était une amie de mon beau-père! et le sujet n'était pas là!

Je suis donc allé prendre des nouvelles de mes sœurs, observant furtivement cette jolie femme, pour mieux la connaître ... Je suis comme ça! j'aime regarder les gestes, la façon de parler, les mots employés, les traits du visage ... ça me permet de connaître plus facilement les gens. Je continuai à l'écouter parler sans la regarder. J'ai fini par les rejoindre. Ma mère et Laurence fumaient une cigarette en discutant. J'en profitai alors pour en allumer une, et tout en parlant à ma mère je sentais Laurence qui à son tour m'observait ... La journée s'acheva avec le retour de mon beau-père.

On passa une bonne soirée à discuter. Laurence et mon beau-père parlaient pas mal d'histoires de cul (mon beau-père est jeune, c'est comme un ami, je peux parler de sexe sans tabou, on en rigole même), rapidement j'ai su qu'elle aimait le sexe, qu'elle en avait besoin, qu'elle aimait avoir des plans cul, rencontrer des gens différents.. il lui fallait de l'action, et ses gars c'étaient des mecs de 30-45 ans ... moi du haut de mes 19 ans je me sentais comme un enfant! J'étais un peu déçu, mais vu que l'inaccessible devient souvent fantasme, sa présence est devenue un moteur d'excitation continue durant cette semaine de vacances.

Quand je suis parti me coucher, j'avais envie d'elle... j'ai commencé à me branler doucement ... ah c'était bon, mais je voulais garder le reste pour ma copine quand je repartirais. J'ai donc arrêté et deux minutes plus tard elle est venue se coucher sur le lit à 80 cm de moi. Je l'ai vue se changer; la pièce était obscure mais je devinais les contours; j'aurais bien préféré en voir plus, hélas c'était vraiment sombre. Moi, par contre, j'étais brûlant, j'aurais pu allumer un feu en mettant ma queue sur du bois!

Je continuai donc à me branler doucement, légèrement; elle était à côté, j'avais envie de sexe, quand soudain elle s'est levée pour fermer la porte de la chambre car quelqu'un avait allumé le couloir. Moi, caché par la couette, la queue à la main, à la limite de jouir, je vis son cul en contre-jour, orné d'un joli string tanga, ce genre de fesses qui, quoiqu'on fasse, nous excite (peau lisse, cul joliment bombé, large comme il faut)... je n'ai pas pu me retenir, j'ai lâché mon sexe, qui a joui par lui-même, ah j'aurais tellement voulu lui en mettre sur son cul! je n'avais pas ressenti ce genre de délivrance depuis des années, depuis le jour où j'avais connu la masturbation et mon premier orgasme. Qu'est-ce que j'aurais aimé la baiser dans un coup de folie ! ...

Le lendemain je l'ai vue juste le soir, je la regardais de temps en temps, elle aussi, mais je ne sentais pas de connotations particulières. L'après- lendemain elle partit toute la journée voir un mec d’un site de rencontre.

Le soir, mon beau-père et ma mère se sont couchés plus tôt, je suis resté avec Laurence. On a parlé "entre jeunes", après tout elle n'avait que 26 ans. Je lui ai dit ce que je faisais dans la vie, je lui ai parlé de ma copine, elle m'a parlé d'elle, elle m'a avoué qu'elle avait une dépendance au sexe et des fois elle ne se comprenait pas, l'après-midi elle avait sucé le mec au bout d'une heure alors quelle ne le connaissait pas. Elle m'a raconté ses plans à 3, 4, 5 et plus encore, ce qui l'excitait sur le vif mais lui répugnait une fois que c'était terminé.

Elle s'est livrée à moi, c'était assez touchant; pour une fois je me sentais à sa hauteur. Je l'ai réconfortée, lui ai demandé ce qu'elle aimait réellement. Ce fut une introspection assez émouvante, elle qui concevait à nouveau les merveilles du sexe le plus simple, celui fait à deux, un moment d'amour, tendre mais aussi torride. J'étais content d'avoir pu l'aider, j'ai senti dans ses yeux et son regard qu'elle me remerciait sincèrement, puis comme elle insistait, peut-être me tendait-elle une invitation à passer un bon moment. Mais d'avoir parlé, de l'avoir comprise et aidée sans arrière-pensée ne m'avait pas laissé une soif de sexe insatiable comme ces derniers soirs.

Elle est partie se doucher, moi me coucher, elle est revenue en sous-vêtements dans la chambre, à ce moment là j'ai cru un moment qu'elle avait envie de moi, j'ai fait comme si je dormais, elle m'a fait un gros bisou sur la joue, elle s'est couchée la couette entre ses jambes ... pourquoi je ne sais pas ! ... puis j'ai pu admirer son joli cul couché sur le côté. Mes envies sont revenues au pas de charge, ma bite s'est rapidement tendue, pour se comprimer littéralement.

Je me suis mis à réfléchir vis-à-vis de ma copine, car je l'aimais et je l'aime énormément, mais là c'était autre chose, une occasion de la vie, une aventure sans lendemain mais qui serait si intense que j'en garderais un bon souvenir..

Je me suis approché d'elle, elle dormait, la chambre était sombre, il y avait un reflet lumineux sur son cul. Je bandais fort, j'ai approché ma main de ses formes, je les ai caressées doucement pour ne pas la réveiller, j'étais en extase. C'est agréable de toucher des fesses, mais d'en bander de cette manière c'est un état de transe, plus je la touchais moins j'arrivais à me retenir, en plus de ça le stress qu'elle se réveille doublait mon excitation, après avoir touché doucement sa peau merveilleuse, j'ai glissé mes doigts entre ses cuisses, caressé sa chatte par dessus son string, submergé par des images plein la tête : elle en levrette, moi tenant son cul entre mes mains, lui baissant la tête sur le coussin, pour faire ressortir ses fesses, faire claquer ma bite contre son sexe boursouflé, ruisselant de mouille, dans un chahut de gémissements et de cris orgasmiques.

Je suis alors devenu incontrôlable, je n'avais plus peur de la réveiller, j'ai mis ma tête entre ses jambes, j'ai léché son string comme un fou, oui je devais sûrement ressembler à un fou .. puis j'ai arrêté car elle a commencé à bouger ses jambes, elle s'est passée une main sur la chatte, la touchant légèrement (dormait-elle? je pense!!) Je voulais me terminer en lui éjaculant dessus comme pour la remercier (elle m'avait confié qu'elle avalait dès qu'elle le pouvait) mais j'ai préféré garder mon jus pour une autre occasion.

Je me suis réveillé excité comme un salaud! C'est assez horrible quand il faut aller déjeuner dans cet état et qu'il y a de la famille autour. Laurence était habillée sexy, un jeans moulant et son cul bombé m'inspiraient comme jamais! J'aurais voulu sortir de l'appart, la bloquer dans les escaliers, baiser avec elle, lui verser ma semence sur tout son corps.

Le soir on est allés au resto avec mon beau-père et Laurence .. elle me regardait sans lâcher, elle me faisait du pied. J'étais gêné car quand une femme vous met le feu comme ça, c'est embarrassant, et puis je savais pas si elle rigolait ou pas, car la nuit dernière elle avait eu l'air de dormir...

Mon beau-père était mort de rire, il pensait qu'elle s'amusait simplement à me chauffer, jusqu'à ce qu'elle balance en plein repas en me fixant, "j'ai envie de sexe", mon beau-père, pris d'un fou rire, se cachait la tête sous la table et elle continuait à me regarder en ouvrant légèrement sa bouche comme pour me montrer ô combien elle était ouverte ce soir... Elle joua bien le jeu, en faisant mine qu'elle m'avait allumé pour rigoler. Mon beau-père s'exclamait, "oh la salope, elle est géniale! Je me suis pissé dessus toute la soirée, t'aurais vu sa tête!!!"

Puis elle vint à mes côtés et me dit, "Ça te gêne ce que j'ai fait?" J'ai dit, "oui un peu". Elle m'a expliqué que depuis une semaine elle n'avait pas fait l'amour et que ça lui manquait ! En cet instant, j'ai eu une sueur froide, je me suis dit "là, elle veut vraiment de moi".

Lorsqu'on est arrivés à l'appart, curieusement elle a décidé qu'il fallait sortir le chien, et m'a dit qu'elle se sentirait plus en sécurité si j'étais là. J'ai pas bronché, je suis sorti. Au début on parlait pas trop. Puis elle est revenue sur le sujet qu'elle était en manque, elle m'a demandé comment je faisais pour tenir une semaine. En rigolant j'ai répondu "en me branlant en pensant à ce que t'aurais pu me faire!" Elle m'a répondu que j'aurais pu demander avant, car elle aurait grave aimé me sucer tous les soirs de la semaine ... Mot pour mot ce qu'elle m'a dit. Ça m'a abasourdi, personne ne m'avait chauffé comme ça jusqu'à maintenant. J'étais un peu mal à l'aise même. A ce moment là on est rentrés.

Juste avant la cage d'escalier, elle m'a bloqué, elle a poussé un râle, j'ai senti toute son excitation, elle m'a embrassé le cou, rapidement, m'a caressé tout le torse, elle s'est empressée d'ouvrir ma braguette et a mangé ma queue à travers le boxer quelques secondes seulement. Elle m'a pris la main, on est partis dans la cage d'escalier. J'étais ailleurs, plus d'espace, plus de temps, juste un moment purement divin. Elle s'est déshabillée, que légèrement, elle m'a pris ma tête ... j'ai mangé ses seins, je bavais de partout. J'ai retiré ma tête, plaqué ses mains sur la barre, baissé son pantalon, je me suis mis devant ses fesses, j'ai commencé à la lécher par derrière rapidement, j'ai poussé son string avec mes doigts j'ai mis ma tête dans sa fente, j'ai senti son odeur... c'était fruité et si excitant, ma tête bougeait toute seule, j'ai léché sa chatte puis son petit trou sans pouvoir m'arrêter, elle se caressait en même temps, ça a duré 1 mn 1 mn30 ... elle m'a mis le feu, j'étais en transe, je n'avais toujours pas éjaculé depuis la veille que je l'avais caressée et je sentais en remontant les escaliers des saccades de ma queue; c'est l'une des très rares fois où ça m'est arrivé, de jouir et que le plaisir reste le même après l'orgasme.

Il n'y avait que deux étages à parcourir, on s'est arrêtés toutes les dix marches; on jouait avec nos langues, on se léchait nos visages, on est rentrés dans l'appart; j'étais prêt à la défoncer où elle voulait ... j'ai été un peu déçu quand j'ai vu que mon beau-père ne dormait pas. Elle est partie regarder la télé, moi j'ai dit, "je vais me coucher" en attendant qu'elle me rejoigne! Elle est restée 30 mn dans le salon (elle attendait que mon beau-père se couche) puis elle est venue me rejoindre. On s'est allumé une cigarette en ouvrant la fenêtre, je me demandais si elle regrettait ce que l'on venait de faire, car j'étais jeune pour elle, mais je crois qu'elle ne pensait même pas à cela, elle était assise sur le lit, moi j'étais debout en caleçon t-shirt, je lui ai fait tourner la cigarette, elle m'a regardé avec un sourire coquin en guise de préséance, moi debout, elle assise, c'était la hauteur pour me sucer, elle fumait et soufflait délicatement vers mon caleçon, j'ai repris la cigarette, j'ai tourné la tête vers la fenêtre j'ai entendu un léger gémissement, on s'est bien compris tous les deux, elle chuchota pour m'annoncer la couleur ".. je ..vais.. TOUT avaler". J'avais un peu éjaculé dans les escaliers et les saveurs figées en de petites gouttelettes lubrifiaient mon gland. Il avait un aspect de bonbon rose et madame avait un sacré appétit!!

A ce moment, j'ai compris ce qu'étaient l'expérience et la maturité sexuelle. Ma copine suçait merveilleusement bien; Laurence, elle, m'avait littéralement embrasé, elle s'était accaparé de ma personne pour que je lui donne le meilleur de moi-même, nous étions déchaînés, j'avais l'impression de pouvoir jouir quand je voulais sans que le plaisir ne s'estompe. C'était assez incroyable, c'est la même sensation lorsque l'on sort de 15 à 20 jours d'abstinence totale, une délivrance incroyable qui nous livre par l'émotion des condensés de savoir ésotérique. Sa maîtrise de la pipe était royale, elle suçait son morceau favori et elle en était reconnaissante, elle glorifiait ma queue et m'offrait un spectacle parfait!

Rapidement les spasmes sont devenus répétitifs, agressifs, j'ai joui en cinq ou six jets pressurisés, dans une gorge qui n'en attendait pas moins. Ce n'était pas la première fois qu'on avalait mon sperme, mais avec autant de voracité ! Elle essuyait les dernières gouttes pour ne rien gaspiller, bien décidée à ne pas me laisser elle m'agrippa le torse m'amena à ses seins pour rapidement me plonger dans l'antre de ses désirs charnels. J'embrassais avec fougue ses cuisses d'une douceur incomparable. Lorsque je m'approchai de sa fente si convoitée, je savais que j'allais pouvoir l'explorer d'ici peu! Ma bite commençait à durcir, sa chatte était succulente, chaude et mouillée, le moelleux de ses lèvres dans ma bouche était jouissif, j'insérai ma langue dans son trou, puis je revins au clito, et je lui enfonçai un doigt, puis deux, à l'entrée du vagin; son corps raide tremblotait et son bassin était rythmé au gré d'une vague de plaisir qui la submergea! Ça m'a rendu fou quand j'ai senti mes doigts qui étaient serrés dans son trou, j'ai compris qu'elle jouissait, j'ai laissé mes doigts puis léché son cul sans plus m'arrêter.

Elle s'est retournée, m'a offert ma préférée des positions, la levrette ... le passage était largement ouvert et humide, son cul ... hmm, irrésistible! c'était génial! Je me suis retiré pour ne pas jouir, on s'est mis en 69, j'aurais dévoré son corps s'il l'avait fallu, elle a pris une capote, me l'a mise, et moi étant allongé, elle m'a offert le spectacle, les fesses en arrière j'ai vu ma queue rentrer dans un cul pour la première fois, contrairement à ma copine avec qui on a du mal à rentrer, là c'est passé comme dans du beurre, elle aimait vraiment la baise anale et on a dérivé dans de multiples positions que je connaissais pas jusqu'à se retrouver par terre, elle a quatre pattes les bras étendus sur le lit, et moi légèrement au-dessus de ses fesses, je lui ai dit que j'allais jouir, elle m'a sauvagement ôté le préservatif et m'a sucé de la plus belle des manières, on s'est allongés, on a rigolé, elle prenait mes doigts et les enfonçait dans son cul, je crois qu'elle adorait vraiment la sodomie.

Le lendemain je suis parti à 6 h du matin, j'ai eu un peu de nouvelles d'elle, on a reparlé de sexe sur internet puis je ne l'ai pas revue, mais sait-on jamais! Elle m'a offert quelque chose que j'ai vécu comme extraordinaire, peut être plus ordinaire pour elle, mais j'en garde un souvenir impérissable malgré quelques regrets envers ma copine, qui n'est pas au courant .... ça n'a rien altéré dans mes sentiments envers elle.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime