- En ligne, 135 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confessions intimes d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > Jusqu'au bout...

Confession Intime - Jusqu'au bout...

C.H.n°77 Confession intime d'un Homme n°77
Date 10/07/08
Nom Matt
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre "Jusqu'au bout..."

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Je m’appelle Mathieu, j’ai 28 ans je fais 1.90m et 80kg. Je suis sportif et on me dit souvent que j’ai une silhouette rassurante pour les filles. Je suis avec ma copine depuis 1 an et demi et tout se passe bien entre nous. Nous avons l’habitude de faire des repas entre copains et j’ai toujours apprécié les soirées avec deux de ses amies qui sont particulièrement jolies. Je travaille régulièrement tard et j’ai l’habitude de passer voir ma copine chez elle avant de rentrer de mon côté, nous ne vivons pas encore ensemble.

Cette « aventure » s’est déroulée l’été dernier alors que je rentrais de chez ma copine vers 22h. La chaleur de la journée avait laissé place à une agréable douceur. Le toit de la voiture ouvert, je profitais de l’air qui me fouettait le visage. A peine 5 min après être parti, je rencontrai sa meilleure amie, Anaïs, qui rentrait à pied de chez son copain pour profiter aussi de la douceur du soir soi disant…En fait, la vraie raison est qu’elle s’était disputée avec lui et n’avait eu d’autres choix que de partir seule. Je lui proposai de l’emmener en voiture vu le trajet qui lui restait à faire. Le sourire lui revint directement, elle n’était jamais montée dans un cabriolet et elle voulait sentir le vent dans ses magnifiques cheveux bruns.

Anaïs est une magnifique jeune fille de 20 ans aux cheveux mi-longs, mince et environ 1,65m. Son visage d’ange toujours souriant est ponctué de petites taches de rousseur sous des yeux verts à faire tourner les têtes. Ce soir là, elle portait une petite robe rose clair qui laissait apparaître toutes les courbes de son corps. Le tissu se tendait sur sa poitrine généreuse pour son jeune age et le décolleté laissait apparaître la naissance de ses deux globes de chair. Je pouvais deviner la forme de ses petites aréoles car elle ne portait pas de soutien-gorge. Après une chute lâche sur son ventre plat et un passage sur des hanches étroites, c’est à mi-cuisse que venait mourir le fin tissu me laissant le loisir de contempler des jambes fines et sûrement douces. De mon côté, je portais une tenue légère pour supporter la chaleur de la journée mais en restant habillé tout de même.

Je démarrai en direction de la maison de ses parents et comme je vis qu’elle appréciait le voyage je décidai de prolonger la route, histoire de profiter de son odeur enivrante. Je lui demandai si elle voulait bien faire une petite ballade nocturne et elle accepta avec enthousiasme. Sur la route, nous parlâmes de tout et de rien, elle me raconta les histoires de son copain qui ne lui laissait rien faire tant il était jaloux. Elle voyait moins ses amies et se sentait isolée. Après lui avoir expliqué que la jalousie n’apportait rien je lui racontai mon cas avec mes différentes histoires amoureuses. Elle parut très intéressée par mes expériences, elle voulut en savoir plus et commença à me poser des questions sur des sujets plus intimes : comment se passaient mes relations sexuelles, combien de temps elles duraient… Avec son copain, elle était heureuse de ce côté là au moins, elle avait découvert avec lui toutes les étapes qui mènent vers le 7e ciel. Ils avaient commencé comme tout le monde par des caresses timides avant de passer à des baisers très intimes. Elle me confia qu’elle aimait faire des fellations à son copain et qu’il lui rendait bien avec des cunnilingus très expert. Puis elle me demanda si j’aimais les préliminaires ainsi que ma position favorite.

- Avec mes ex, les préliminaires étaient très longs et parfois on en restait là tellement le plaisir était intense.

- Ah bon !! Mais dans quelle position preniez vous tant de plaisir ?

- Ma position favorite pour les préliminaires c’est le 69…et c’est dans cette position que l’on peut donner autant que l’on reçoit…

- Tout à fait d’accord ! …Mais … vous êtes allé … euh… « jusqu’au bout » ?

Ses hésitations m’ont fait rire :

- Oui oui « jusqu’au bout » et pour chacun !

Je la regardai en lui lançant un clin d’œil, elle resta bouche bée alors je continuai :

- Tu n’as jamais essayé ?

- Euh…non

- Tu devrais…c’est excellent… !

Et je me remis à rire.

Cette conversation m’avait émoustillé les sens et je sentis mon sexe qui prenait plus de place dans mon boxer… De son côté, elle devait aussi être un peu touchée car je pus voir la pointe de ses tétons apparaître à travers le fin tissu rose…je ne pus m’empêcher de lui faire une remarque :

- Si tu as froid tu peux prendre ma veste derrière ton siège…

- Euh non ça va pour le moment pourquoi me dis-tu ça ?

- Eh bien soit tu as des frissons, soit … ce que je viens de te dire te fait de l’effet… ! Tout en pointant du regard la zone incriminée.

La phrase était lancée, je me suis surpris moi-même.

Je pensai qu’elle prendrait ça sur le ton de la rigolade mais elle se mit à rougir. Les minutes qui suivirent furent très longues et silencieuses, je ne sus pas si je devais continuer ou plutôt calmer le jeu. Elle dut, elle aussi, se poser des questions car son regard était vide, elle sembla absorbée dans ses pensées. J’en profitai pour contempler son corps si agréable. Mes yeux se posèrent sur ses jambes à peine couvertes par cette robe qui me parut alors sexy. Mon regard changea, je la regardai avec une envie de plus en plus forte d’en voir d’avantage. Tout en gardant un œil sur la route, je remontai mes yeux en direction de ses tétons qui semblèrent vouloir faire connaissance. Les remous d’air qui revenaient sur nous, firent danser le tissu sur ce profond décolleté si bien qu’il me sembla voir la naissance de son aréole. Mon excitation monta et avec elle la bosse de mon pantalon. Toujours ce silence et je ne sus toujours pas quoi dire, mes pensées devinrent de plus en plus chaudes, j’eus du mal à contenir mon érection. Je continuai mon exploration visuelle de ce corps juvénile. Elle rompit le silence :

- En fait, je n’ai pas froid c’est plutôt la deuxième raison…

- Quelle raison ?

- Eh bien tu sais, je crois que le sujet de conversation m’a rappelé des moments excitants et le fait de t’imaginer aller « jusqu’au bout » m’a donné des idées…

- C’est bien il faut essayer même si beaucoup de filles sont rebutées à cette idée, je pense qu’il faut tenter…tu me raconteras la prochaine fois qu’on se verra

- Euh…dans mon idée, j’avais plus envie que tu m’apprennes directement… !

A la suite de cette phrase, qui résonne encore dans ma tête, elle posa sa main pile à l’endroit que j’essayais de dissimuler depuis de longues minutes en me regardant droit dans les yeux. Elle avait remarqué depuis le début que j’étais excité. Nous étions en pleine campagne sur des petites routes au milieu de forêts et de grandes étendues de blé.

Sa main commença à me masser tendrement le sexe qui était devenu douloureux à force d’être comprimé. Elle me sourit, je n’eus pas envie de résister tant elle était attirante et tant la situation m’avait chauffé. Pour ne pas la laisser seule dans son entreprise et pour répondre favorablement à sa proposition, je posai ma main droite sur sa cuisse et j’entamai des petites caresses sur l’intérieur sans pour autant dépasser la frontière de la robe. Sa peau était divinement douce, je pris l’initiative d’écarter les jambes pour libérer ma verge de son étreinte et mieux sentir sa main qui devint plus pressante. Elle me répondit, en m’ouvrant le chemin de son entre-jambes et ferma ses yeux tout en soupirant. Je m’aventurai plus haut jusqu’à atteindre son dernier rempart de coton qui sembla déjà humide. Elle parut complètement relâchée et libérée, prête à se livrer totalement à moi. De mon côté, j’avais un problème : mon érection devenait de plus en plus gênante et je dus rester sur la route. Je connaissais un coin tranquille pas très loin de là où nous étions. Je décidai de m’y rendre pour faire une pause à notre ballade.

Ma main toujours calée entre ses jambes, je caressai son étroit sillon à travers le coton, elle se mit à gémir doucement, elle était bouillante. J’écartai avec difficulté le fin tissu pour atteindre avec mon majeur la bordure de ses grandes lèvres douces et lisses. Elle s’avança sur son siège afin de trouver une position plus allongée ce qui eut pour effet de remonter sa robe au niveau de ses hanches et me permit de découvrir son sous-vêtement rose et de passer ma main presque entière sous la bandelette de coton. Je sentis son bouton sous mes doigts, doucement mes caresses devinrent plus précises je la sentis vibrer au rythme de mes passages sur son clitoris. Je parcourus sa vulve de haut en bas en me gardant de ne pas franchir l’entrée de sa grotte.

Pendant ce temps, elle réussit à déboutonner mon pantalon afin de mieux enserrer mon membre entre ses doigts à travers mon caleçon. Elle fit des va-et-vient lents et doux sur toute la longueur de ma verge et rapidement elle passa sa main sous le coton pour mieux sentir ma chaleur. Je sentis sa main doucement passer sur mon gland et aller jusqu’à mes testicules. Elle eut une agréable surprise en voyant qu’elles étaient dépourvues de poil ainsi que ma verge, mon pubis tondu court. Elle me lança un regard coquin et me dit :

- J’adore quand c’est comme ça… !

- Je te retourne le compliment, ta peau est douce et j’ai bien envie de m’arrêter pour en voir plus…

- Ah oui ? En attendant c’est moi qui en vois plus… !

Elle partit dans un fou rire puis reprit son sérieux avant de se redresser sur son siège ce qui me ferma la porte de son trésor. Ma déception fut de très courte durée car elle prit cette position afin de se pencher sur moi et approcher son visage de mon boxer maintenant largement ouvert. Elle prit même l’initiative de baisser mon pantalon au niveau de mes genoux pour ne pas trop me gêner dans ma conduite.

J’avais maintenant un accès plus aisé vers sa poitrine et ses fesses. Alors elle recommença ses caresses, je sentis son souffle si proche de mon sexe, ce fut comme si elle m’avait déjà pris dans sa bouche. Mon gland suinta de mon liquide séminal ce qui eut pour effet de bien le lubrifier. Elle put faire glisser sa main autour, elle me complimenta pour la beauté de ma verge circoncise. En effet, je suis circoncis depuis ma plus tendre enfance et pendant mes premières expériences c’était plutôt un complexe avant qu’un médecin m’explique que les filles appréciaient plus ces membres qu’elles considéraient comme propres et surtout leur donnaient plus de sensation du fait du gland plus marqué. J’aventurai ma main sur sa hanche restée dénudée et j’entrepris de lui caresser les fesses pour remonter ensuite sous sa robe et atteindre ses seins volumineux.

Dans le même temps, je sentis sa bouche entrer en contact avec la peau sensible de mon gland, elle le prit en entier puis joua avec sa langue comme pour laper chaque goutte de mon liquide. Sa main resta active et me caressa les testicules cette sensation était divine. Elle avala mon sexe presque entier dans sa bouche et entama de lents va-et-vient. J’étais aux anges… Mes doigts torturèrent la pointe de ses globes de chair et ma main malaxa et soupesa ses mamelles juvéniles mais lourdes. Je sentis sa langue me lécher depuis les couilles jusqu’en haut de mon membre dressé et c’est avec difficulté que je vis s’approcher mon fameux coin tranquille. Je décidai de descendre ma main sur ses fesses, de passer sous son string afin de reprendre mes caresses interrompues plus tôt. Elle était trempée mes doigts glissèrent sans aucune difficulté sur cette fente lisse. Je parcourus sa vulve et lui triturai son bouton avant de laisser un doigt toucher son œillet anal. Ce contact me donna envie d’aller plus loin, grâce à sa mouille abondante son petit trou était bien lubrifié. Je me concentrai sur son anus sans recevoir aucune opposition, j’entrai le bout de mon annulaire puis le doigt entier, elle gémit profondément, je pris ça pour des encouragements. Je continuai mes va-et-vient dans son con anal pendant que mon majeur pointa à l’entrée de son vagin.

Elle me suçait de manière divine, je me concentrai sur la route pour garder le cap et ne pas tout lâcher. Mon deuxième doigt entra dans sa chatte lubrifiée et bouillante, je la pris avec mes doigts par les 2 trous, elle soupira de plus en plus fort et bougea ses hanches pour encourager mes mouvements. Il me resta encore un doigt avec lequel je pus lui titiller son clito. Je la tins entièrement avec une main et je la sentis tressaillir après chacun de mes mouvements. Je dus très vite m’arrêter car nous arrivâmes enfin à destination. Ma main pleine de sa mouille intime, je repris le volant pour entrer sur le chemin de terre qui nous mena dans une petite clairière. Elle interrompit ses caresses buccales et se releva. Maintenant immobilisés, j’eus les 2 mains libres. La nuit était tombée mais la lune nous donnait assez de lumière pour saisir le grain fin de sa peau. Je me tournai vers elle pour profiter de sa silhouette aguichante.

- Je suis toujours partant pour en voir plus…

- Mais je t’en prie, je suis toute à toi… !

Sur ces paroles, elle se tourna vers moi, au passage, elle remonta sa robe au-dessus de ses hanches ce qui me laissait le loisir d’admirer sa fine pellicule de coton rose foncée par sa mouille au niveau de sa grotte. Je me penchai vers elle pour l’embrasser, je sentis son parfum doux m’envahir les narines, sa main repartit à l’assaut de ma verge encore dressée. Mes mains purent alors parcourir son corps sans retenue. Je repartis directement vers son bas ventre pour lui enlever ce dernier rempart. J'admirai enfin sa vulve épilée avec un petit rectangle de poils foncés tondus au-dessus. Ses petites lèvres fines, d’un ton très clair me donnèrent une envie folle de la lécher, j’ouvris les portières de la voiture pour ne pas être gêné avec mes jambes et je me penchai vers elle tout en la prenant par les hanches pour qu’elle en fisse autant afin de nous retrouver en position du 69 latéral.

Elle reprit sa fellation de rêve et je pus lui répondre. D’abord, je pris le temps de contempler à la lueur de la lune chaque relief de sa chatte offerte. Elle brilla de sa mouille abondante ainsi que son œillet. Je commençai par des baisers sur son pubis pour me diriger vers sa fente étroite. Son odeur me rendit fou et brusquement je réintroduis un doigt dans son vagin ce qui eut pour effet de lui arracher un râle de plaisir. Tout de suite après, je suçai son bouton, je jouai avec ma langue, je l’aspirai et je tournai autour. Je sentis son bassin se dandiner pour accentuer mes caresses buccales. J’allai de plus en plus vite et elle aussi suivit mon rythme. Ses gémissements étouffés par ma bite devinrent plus intenses.

Pour lui donner le coup de grâce, je léchai son petit trou avant de la pénétrer avec un 2e doigt. Je la sentis vibrer et crier en même temps, son corps se crispa et ses hanches s’immobilisèrent. Je sentis un liquide chaud m’envahir le visage alors que ma bouche était plaquée sur son bouton. Je bus le plus possible mais malgré ça, son plaisir ruissela sur ses cuisses et dans le sillon de ses fesses. Son orgasme fut intense et long. J’arrêtai mes léchouilles qui lui devinrent insupportables. Elle se redressa un peu pour me regarder dans les yeux et m’embrassa le gland avant de me dire :

- C’était incroyable je n’étais jamais allée aussi loin !

- J’ai adoré moi aussi tu m’as rendu fou…

- Attends je n’ai pas fini…à mon tour de rendre ce que tu m’as donné

- Je suis tout à toi…

- Je veux t’emmener jusqu’au bout … je te veux dans ma bouche…laisse toi aller…

- Tu es sûre ?

- Oui oui j’en ai très envie

Ses paroles m’excitèrent j’en avais envie moi aussi. Elle reprit sa pipe, elle alterna les va-et-vient avec des coups de langue sur mes couilles, sa main me branla en même temps, je ne lutai plus, je décidai de profiter de cette fellation experte. Avec ce traitement, je ne résistai pas longtemps et je sentis ma sève monter, ses mouvements devinrent plus rapides et profonds. Elle me prit presque entièrement dans sa bouche. Quand le point de non-retour fut atteint elle le sentit et ralentit ses mouvements pour bien me sentir venir. J’explosai dans un râle de plaisir, je sentis mes jets de sperme abondant inonder sa bouche. Elle n’en perdit pas une goutte et avala tout ce que je lui donnai. Je fus aux anges, cela faisait longtemps que je n’avais pris un tel pied. Nous étions tous les deux couchés sur les 2 sièges, imbriqués l’un dans l’autre. Je me redressai tout en caressant son corps de haut en bas :

- J’ai adoré, tu m’as mis au tapis je ne pouvais plus résister…

- Moi aussi j’ai apprécié de te sentir couler dans ma bouche c’était bon, je recommencerai

Je titillais toujours ses tétons à travers sa robe et elle continua :

- J’ai encore envie…je veux te sentir en moi…

Après ces mots, ma verge reprit de la vigueur et se dressa fièrement. Elle vit ma réaction instantanée et me dit :

- Je vois que toi aussi…prends moi je veux tout te donner, j’en ai trop envie

Je sortis de la voiture pour en faire le tour et me retrouver de son côté. Elle aussi sortit pour me présenter sa croupe étroite. Elle posa ses mains sur son siège et se pencha en avant en prenant soin de bien se cambrer pour m’offrir la plus belle vue de sa fente et de son petit trou. Je m’accroupis derrière elle pour reprendre entièrement sa chatte dans ma bouche. Je la léchai depuis son bouton jusqu’à son œillet brun. J’entrai ma langue dans son vagin puis dans son anus serré. Elle apprécia ma façon de faire car elle mouilla toujours autant et ses gémissements résonnèrent dans le bois. Je me relevai et, après avoir enfilé un préservatif, je présentai mon chibre à l’entrée de son con et je le fis glisser sur sa raie en prenant soin de bien appuyer sur son petit trou. Elle bougea son bassin d’avant en arrière pour mieux me sentir.

Après 5 minutes de ce traitement, j’entrai mon gland dans son vagin ce qui lui déclencha un mini orgasme. Elle était étroite ce qui multiplia mes sensations. Je m’enfonçai en elle jusqu’à la garde et je m’immobilisai pour bien sentir sa chaleur. Je me penchai sur elle pour atteindre ses seins libres, je les pris et les malaxai avec force, elle se mit à bouger le bassin pour imprimer un mouvement de va-et-vient à mon barreau. Je décidai de la laisser faire et de rester passif, elle le comprit et amplifia ses mouvements sur toute la longueur de mon membre.

Toujours cambrée, je profitai de la vue offerte et plus précisément son petit trou qui n’attendait que mes caresses. Après avoir lubrifié mon doigt, je massai sa rondelle et je la pénétrai rapidement. Son anus bien lubrifié de mes précédentes caresses, mon doigt glissasans difficulté ce qui lui procura un plaisir qui lui déclencha un second orgasme. Elle arrêta ses mouvements et se dressa toujours empalée sur ma verge. Je me retournai pour m’asseoir dans la voiture et la garder sur moi. Elle posa ses pieds sur mes genoux, j’en profitai pour lui triturer le clito. Elle criai, gémit, soupira…elle était chaude et au bord d’un nouvel orgasme. Elle pencha sa tête en arrière vers mon oreille pour me mordiller puis elle me dit :

- Je veux aussi te sentir dans mon cul…je veux tout te donner…prends moi par derrière…

Sur ces paroles, elle se releva et me repris dans sa bouche comme pour lubrifier le préservatif de sa salive. Elle reprit sa position initiale bien cambrée. Je posai mon gland sur son anus et je lui dis :

- C’est à toi, je te laisse faire comme tu le sens…

D’une main elle écarta encore plus une de ses fesses et de l’autre elle prit mon membre pour le guider dans sa grotte secrète. Doucement mais sans interruption, elle s’empala le cul entièrement. Je sentis son anneau autour de ma bite ce fut une sensation divine. Le fait de voir cette magnifique jeune fille complètement à ma merci me donna un sentiment très agréable de domination. Je la pris fermement par les fesses et je l’enculai lentement mais profondément. Elle hurla son plaisir dans la douceur nocturne et pour le décupler elle se doigta en même temps.

Je sentis que j’allais exploser et eus envie de gicler sur elle pour qu’elle sente mon plaisir couler sur son corps. Encore quelques mouvements dans son cul et je me retirai rapidement, j’enlevai la capote. Elle se retourna pour s’asseoir sur le siège retira sa robe je la vis enfin nue entièrement. Je m’approchai, elle me prit dans sa bouche directement et j’explosai pour la seconde fois de la soirée en elle. La première giclée fut avalée et les suivantes allèrent honorer cette magnifique poitrine elle continua de me branler et, pour faire venir les dernières gouttes de ma semence, elle m’aspira dans sa bouche une dernière fois et me suça jusqu’à ce que je sois propre. Elle se releva et m’embrassa :

- J’ai adoré ces découvertes avec toi tu es le premier qui me prend par derrière…

- Je ne pensais pas que c’était une première

- Ce sera notre petit secret…je compte sur toi

- Je compte sur toi aussi

Depuis cette soirée, nous nous revoyons de temps en temps pour d’autres virées nocturnes et elle adore toujours autant les fellations « jusqu’au bout »…

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime