- En ligne, 105 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confessions intimes d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > La première fois où j'ai offert ma femme

Confession Intime - La première fois où j'ai offert ma femme

C.H.n°88 Confession intime d'un Homme n°88
Date 27/12/08
Nom Alister
E-mail Ne souhaite pas publier son e-mail
Titre La première fois où j'ai offert ma femme

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Isabelle et moi sommes mariés depuis 6 ans.
J'ai beaucoup de chance car elle est très jolie : 34 ans, brune, les yeux clairs et des formes à donner envie à des hommes de tous les âges !!!
Moi j'en ai 35 et nous formons un couple uni.

J'avais à l'époque un fantasme : la voir s'offrir à un ou plusieurs autres hommes et assister à leurs ébats.
Au début de notre relation, j'ai évoqué cette idée à Isabelle, mais elle s'y était toujours refusée!
Elle était d’un naturel plutôt réservée sur les relations extra conjugales, même si au lit, je n’avais pas du tout à me plaindre, bien au contraire !!!
Elle était parfois une sacrée garce lors de nos relations.

Ces derniers temps, notre vie sexuelle était un peu monotone (rapports moins fréquents, baisse de désir).

Un jour mon téléphone sonna : c'était Patrice, un ancien collègue que j'avais perdu de vue depuis quelques années car il avait déménagé pour le boulot et qui était de passage dans la région.
On était restés en contact par mail et par téléphone et prenions des nouvelles de l'un l'autre environ deux fois par an.
Il a demandé s'il pouvait passer chez nous un soir, chose dont j'étais enchanté car je m'entendais très bien avec lui.
Patrice avait la cinquantaine, vieux garçon, les cheveux grisonnant avec une petite moustache et assez bien conservé pour son âge.

Patrice à toujours été attiré par Isabelle : il s'est confié à moi et s'arrangeait pour faire à chaque fois de petites allusions auprès d'Isabelle quand on se voyait avant qu'il ne déménage (genre il ne faudrait pas qu'il me laisse seul avec toi ou tu sais que tu es très jolie).

A la simple pensée de sa venue, je me suis dit qu'il allait se passer quelque chose : le soir même, Isa et moi avons fait l'amour et avons évoqué l'hypothèse qu'elle couche avec Patrick...
Pour la première fois, elle ne répondit pas non, mais resta assez évasive...

- C'est vraiment ce que tu veux ? me demanda-t-elle.

Je lui répondais que le simple fait d'y penser m'excitait beaucoup, mais la discussion s'arrêta là.

Patrice est arrivé un samedi après midi, Isa était absente : nous sommes allés prendre un verre dans un bar, et très vite la discussion se porta sur le sexe et sur Isa.
Je lui expliquai que notre vie sexuelle était calme en ce moment et que nous avions pensé à la pimenter en offrant Isa à un autre homme.
Et je lui fis sentir que cet homme, ce serait certainement lui, sans lui dire ouvertement.

Quand nous sommes revenus Isa était rentrée : elle commençait à préparer le repas pour le soir.
Une fois qu'elle eut terminé, nous avons tous fait un brin de toilette : nous nous sommes mis sur notre 31, chemise et pantalon de costume pour les hommes et Isa avait revêtu sa longue robe de soirée noire, à fines bretelles, légèrement décolletée, qui lui moulait superbement le corps.
Si bien qu'à chaque fois qu'elle la portait, elle ne pouvait pas mettre de soutien gorge et portait un string pour éviter que les marques des sous-vêtements ne ressortent à travers la robe.

Je vis les yeux de Patrick se fixer sur sa poitrine généreuse (95c) et sur ses fesses dès qu'elle avait le dos tourné.
Après quelques verres d'apéritif, l'ambiance était déjà très détendue et basée sur le sexe : Isa demande à Patrice s'il avait quelqu'un en ce moment, et comme il n'avait personne, elle lui demanda si l'abstinence n'était pas trop dure pour lui.

- Pourquoi, tu as quelque chose à me proposer demanda Patrice?
- Cela dépend de toi lui répondit-elle avec un léger sourire.

Dès cet instant, j'ai compris qu'il se passerait quelque chose.
Elle qui était plutôt prude a fait ouvertement comprendre à Patrice que ce soir, tout était possible : elle se transformait sous mes yeux en une cochonne prête à coucher avec le premier venu.
Ils me regardèrent tous deux, et je leur fis un sourire.

Nous sommes passés au repas, et avons descendu à nous trois deux bouteilles de vin rouge.
Isa commençait à être enivrée et Patrice et moi-même n'étions pas mieux.

- J'espère que tu es en forme ce soir mon chéri, me lança Isa, j'ai des grosses envies.
- T'inquiète, répondit Patrice en rigolant, si lui ne l'est pas, moi je suis en pleine forme !!!

Nous avons ri tous les trois et je leur dis que moi aussi, je me sentais très bien ce soir !

Isa s'absenta quelques minutes.
Patrice, gêné me demanda si cela ne me dérangeait pas s'il lui faisait du rentre dedans, et si je supportais les remarques d'Isa.
Je lui répondis qu'il n'y avait aucun problème, et qu'il se fasse plaisir.

Quand elle est revenue, nous avons débarrassé un peu la table avant le dessert.

Patrice nous aida, et je décidai de me mettre un peu en retrait pour les laisser ensemble.
Il s'approcha d'Isa et lui demanda :

- Alors, tu as de grosses envies ce soir, c'est ton mari qui va être content, quelle chance il a, j'aimerais être à sa place !!!
- Laisse le ou il est, ce n'est pas lui qui me fait envie ce soir, lui répondit-elle en le regardant droit dans les yeux.

Patrice me lança un regard embarrassé, je lui fis un petit signe de la tête comme quoi il pouvait y aller.
Isa me dévisagea, son regard semblait me dire « Tu es sur de toi ? »

Je me contentai de la fixer droit dans les yeux avec un feu intérieur qui me ravageait la poitrine…

Patrice enlaça Isa et l'embrassa à pleine bouche.
Je voyais leurs langues se mêler et ce baiser me semblait durer une éternité.
Elle mit la main dans l'entrecuisse de Patrice, elle était déjà bien remplie même au travers du pantalon.

- Eh bien, j'ai hâte de voir le monstre qui se cache là dessous, lui lança Isa.

Je sentis ma verge gonfler très rapidement.

Il fit glisser les bretelles de la robe qui tomba aux pieds à ses pieds, ce qui découvrit la superbe poitrine d'Isa.
Il s'empressa de la caresser et de lui mordiller les tétons qui se dressaient déjà de plaisir.

Isa me regardait alors qu'elle déshabillait Patrice: sa chemise fut presque arrachée et son pantalon et son slip furent tout aussi vite enlevés.
Son regard semblait me dire:
- C'est ce que tu voulais, maintenant tu l'as!!!

Je fus surpris par la taille de la verge de Patrice, il était plutôt bien monté, mieux que moi en tous cas!

Elle s'agenouillait et commença à le sucer comme une assoiffée, mais avec tant de volupté et d'envie que j'en étais presque jaloux, elle ne l'avait jamais fait avec moi, enfin du moins pas de cette manière car elle n’aimait pas trop la fellation en règle générale.

Tout en les regardant, je quittais moi aussi mes vêtements et commençai à me masturber.
C'était un sentiment mêlé à la fois de jalousie et d'une profonde excitation, c'est très difficile à décrire.
Mais j'adorais ce que je voyais!!

Isa se releva, elle tourna le dos à Patrice, elle prit appui avec ses avants bras sur le plan de travail et lui offrit sa croupe.
Après quelques coups de langue, Patrice la pénétra en levrette.
Les seins d'Isa étaient comprimés sur le plan de travail, mais Patrice lui demanda de se redresser légèrement et saisit sa poitrine à pleines mains.

Ce tableau dura quelques minutes, puis Patrice se retira et emmena Isa sur le canapé ou ils ont adopté une position classique, celle du missionnaire.
Isa prenait visiblement beaucoup de plaisir, je voyais ses seins ballotter sous les coups de reins de Patrice, et elle me lançait toujours ce même regard.
Ses yeux se plissaient sous le plaisir entre deux gémissements.
Patrice lui, avait complètement oublié ma présence et défonçait littéralement Isa.

- T'es pas la moitié d'une cochonne, je me doutais que tu aimais ça !!
- Tais-toi, continue... Vas-y... Lui glissa-t-elle entre deux gémissements.

Elle voulut changer de position et fit asseoir Patrice sur le canapé : elle lui tourna le dos, le chevaucha et vint s'empaler sur son sexe.
Je me plaçai face à eux en continuant de me masturber.
Isa sautillait comme une diablesse sur le pieu de Patrice qui lui malaxait les seins!!

Trop excité, je m'approchai et présentai mon sexe devant la bouche d'Isa qui me repoussa :
- Non, laisse nous, je veux profiter de lui, mais je ne veux pas de toi...me dit-elle avec toujours ce même regard.
Elle s'était transformée en une vraie salope, comme jamais elle ne l'avait été avec moi!!

Patrice allait craquer : elle arrêta son sautillement effréné pour les remplacer par de lents mouvements circulaires du bassin, avec la verge de Patrice au plus profond d'elle.
Quelques minutes plus tard, il poussa un grand râle de plaisir et se vida en elle.

De mon coté, je n'allais pas tarder à jouir non plus : au même moment, Isa m'implora de venir et elle finit de m'achever dans sa bouche ou elle avala chaque giclée que ma verge libéra, et c'est à ce moment qu'elle prit réellement son pied!!

Patrice ne se retira pas tout de suite et continua à aller et venir en elle, jusqu'à ce qu'elle ait fini de pomper la moindre goutte de sperme qui sortait de ma verge.

Quand il se retira, il demanda à Isa de lui faire la même chose: elle s'exécuta tantôt en lui léchant langoureusement le gland et tantôt en gobant la verge entière de Patrice au plus profond de sa bouche.

Exténués par notre folle aventure, nous sommes tous allés nous coucher, et Isa et Patrice remirent cela la nuit-même, cette fois-ci sans qu'ils sachent qu'ils avaient été épiés !!!

J'avais remarqué qu'Isa n'était plus dans notre lit en pleine nuit, et j'entendais des gémissements étouffés provenant de la chambre de Patrice.
Par l'entrebâillement de la porte, je voyais Isa se faire sodomiser par Patrice et il lui obstruait la bouche avec une main pour atténuer ses gémissements.

Cette scène à peine éclairée par la lampe de chevet avait un aspect féerique.

Elle m'avait toujours refusé la sodomie, elle m'avait toujours dit qu'elle détestait çà et là, elle se faisait prendre par Patrice...

De nouveau, je me masturbais devant ce spectacle auquel je n'aurais jamais espéré assister.

Cette fois, il se vida dans sa bouche et elle ne laissa échapper aucune goutte.

Isa et Patrice ne me parlèrent de rien le lendemain, je fis comme si de rien n'était..

Elle semblait prendre gout à coucher avec d'autres que moi : mon fantasme se transformait en réalité, un peu à mon insu...

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime