- En ligne, 102 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Confessions intimes d'Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions d'hommes > Mon été en Corse

Confession Intime - Mon été en Corse

C.H.n°92 Confession intime d'un Homme n°92
Date 05/04/09
Nom Alexinlove
E-mail Ne souhaite pas publier son mail
Titre Mon été en Corse

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Mois de juillet 2008, je pars en Corse avec un de mes meilleurs amis et ses parents. Notre séjour se déroulera dans la petite ville de Cargèse où je vais rencontrer Léa.

Lors de mon premier jour à Cargèse j’arpente les rues et les petits commerces du centre ville, apparemment peu de touristes, surtout de jeunes…. Je me demande bien pourquoi les parents de mon camarade ont pu choisir cette destination…

L’après midi se déroulera à la plage avec Benoît. C’est à se moment là que contrairement au centre ville, tout autour de moi est excitant : le sable chaud sous mes pieds, une petite brise marine, les filles qui bronzent sur leurs serviettes... Un environnement parfait pour avoir des idées plein la tête...

Le soir, on s'ouvre une petite bouteille dans les rues de Cargèse où l'on rencontre Antoine, un jeune de notre âge en vacances ici depuis 2 semaines. Il nous explique que la journée, tout le monde se retrouve sur la plage ou autour d’un petit verre en terrasse, mais que les rues commerçantes commencent à attirer du monde le soir. Antoine nous fait découvrir les coins sympas, la boite de nuit, et les petits cafés du centre où défilent les minijupes et les petits pantalons blancs…
Il nous indique où le retrouver sur la plage le lendemain, près d’une petite paillote où il a déjà croisé le regard d’une fille qui d’après lui serait allemande…

Nous retrouvons donc Antoine le lendemain autour d’une bière bien fraîche et d’une crêpe au chocolat, rien de tel pour profiter du décor qui s’offre à moi : mon regard s’attarde désormais sur la chute de reins de toutes les jolies filles qui passent à notre vue...

Dans l'après midi nous allons tous les trois à la rencontre de cette fameuse fille qui, au premier abord, parait allemande car c’est la langue que je reconnais. Se sentant sûrement observée, elle vient à notre rencontre et s’exprime dans un français légèrement haché mais compréhensible. Elle nous demande si nous sommes en vacances ici et nous confie qu’elle est originaire de Zurich. J’en déduis qu’elle est donc Suisse et non allemande. Elle se prénomme Léa, un prénom qui lui va à ravir.

Antoine fait dans le lourd, à peine présenté qu’il fait clairement comprendre l’intérêt qu’il lui voue et, mine de rien, une pointe de jalousie naît en moins lorsque je vois que Léa ne reste pas indifférente à ses avances. Comme souvent lors de rencontre sur la plage, on échange nos numéros en se promettant de se revoir le lendemain. Puis nous repartons chacun de notre côté afin de nous changer pour la soirée. Nous retrouvons Antoine à la terrasse d’un café, une main dans les longs cheveux blonds de Léa, l’autre sur sa cuisse et sa langue occupée dans la bouche de la douce Léa…

Une petite heure plus tard, ils s’en vont tous les deux chez Antoine et je noie ma jalousie dans les verres de Ricard…

Lorsque j’arrive à la plage le lendemain, mon regard est désormais focalisé sur une seule personne : Léa. Ses petites fesses qui se dandinent devant moi lors d'une partie de volley, ou le creux de ses reins lorsqu'elle se fait bronzer me rendent fou de désir... Mais elle est désormais avec Antoine. Mes fantasmes ne pourront donc être assouvis...

La soirée nous la passons tous les quatre, Léa, Benoît, Antoine et moi dans la petite boite de nuit qu’Antoine nous avait montrée... J'avoue alors à Léa qu'Antoine a de la chance et que certains aimeraient bien être à sa place, mais mon niveau d'anglais ne permet pas d'expliquer clairement ce que je veux dire et elle ne parle pas assez le français pour comprendre la subtilité de mes avances...
Ce soir là, Antoine envoie balader Léa, lui expliquant qu'il voulait juste occuper une de ses soirées quand il a couché avec elle la nuit dernière... Je saute sur l'occasion pour lui envoyer un petit sms, lui disant que je suis là si elle a besoin de discuter. Elle me répond dans la nuit « You’re so nice. Thanks. Léa » Je me replonge dans un sommeil où elle occupe mes rêves les plus fous…

Après une nuit de sommeil agitée de désirs, la matinée se déroule à la plage avec Antoine et Benoît, je pense à Léa.... J'ai envie d'elle, de son petit corps parfait... Je vais donc la retrouver sur la plage, lui expliquant que je ne suis pas comme Antoine, et commence à la charmer. Charme qui fait son effet, voilà que mes lèvres se trouvent contre les siennes, mes mains se glissant sur le bas de son dos...
Nous retournons vers sa serviette, elle propose de me passer de la crème solaire et ses mains se glissent alors sur tout mon torse, mon dos, mes jambes... Ses longs cheveux blonds me font frissonner de toute part lorsque que je les sens contre moi.

Je lui propose de se jeter à l'eau, nous voici l'un contre l'autre dans la mer, ses cuisses autour de ma taille. Je sens alors qu'elle entame un va-et-vient contre moi, mon sexe en érection se frotte contre son entrejambe à travers nos deux maillots... Un long baiser agrémente ce doux plaisir corporel pendant que mes mains se glissent sur ses fesses à travers son maillot. Je peux alors glisser mon index sur son anus puis au commencement arrière de son vagin... c'est si agréable de sentir ses deux petits orifices qui paraissent si accueillants... Elle desserre son étreinte et nous restons dans l'eau le temps que mon érection redescende avant d'arriver sur la plage... Je lui donne rendez vous pour le soir dans le centre de Cargèse et je pars retrouver Benoît et Antoine, qui ont bien comprit ce qui c'était passé...

Comme convenu je retrouve Léa le soir dans Cargèse, pendant qu'Antoine et Benoît partent en boite en me faisant comprendre que je suis un lâcheur. Léa porte un jean qui met en valeur un cul parfait et un tee shirt moulant agrémenté d'un décolleté aguicheur. Nous trouvons un petit coin tranquille, avec un banc. Je m'assoie sur le banc, Léa se met à califourchon sur moi et commence alors un baiser qui me provoque une érection sensationnelle. Je glisse ma main sous son tee-shirt et lui caresse le bas du dos, elle me demande alors si je veux que l'on aille chez elle... Je lui réponds que oui, bien sur, et nous voici partis en direction de la maison qu'elle loue. Sur le trajet elle me demande si j'ai déjà pris un bain de minuit, je lui réponds que non, elle me dit qu'elle non plus et me lance un regarde qui veut en dire long...

Nous arrivons devant une magnifique maison avec piscine. Elle me fait rentrer par une petite porte en me disant qu'elle a une chambre indépendante avec une douche. Je la suis donc dans une pièce où se trouvent un grand lit deux places et une armoire, sur le lit des tas de sous vêtements féminins qu'elle m'explique être les siens et qu'elle voulait choisir le bon pour se soir. Sans que je n’aie le temps de répondre, elle retire son tee shirt, me demandant si ceux-ci me plaisent... Je lui réponds que oui et elle retire alors son jean, elle porte un petit string vert transparent qui laisse apparaître un petit vagin tout épilé qui ne demande que de l'affection. Elle me demande alors de la suivre vers la piscine…

Dehors c'est la nuit noire. Je la suis, elle a revêtu une serviette autour de la taille et a gardé son soutien gorge... Nous passons les barrières de la piscine puis elle laisse tomber la serviette à ses pieds, quitte son soutien gorge et son string. Je n'aperçois pour l'instant que ses fesses et son dos. Elle rentre dans l'eau et je me déshabille, me retrouvant nu moi aussi. Je la rejoins dans une eau qui me parait glaciale... Nous nageons dans l'eau, nous effleurant seulement avec le bout des doigts, ce qui devient vraiment très excitant...

Léa se met dos à un bord de la piscine, à un endroit ou j'ai pieds, je la rejoins donc et lui confie que j'ai très froid. Elle me serre très fort contre elle et me dit qu'elle aussi, qu’elle aimerait bien que je la réchauffe… Je l'embrasse alors, et glisse mon sexe en érection dans son petit vagin étroit. Ceci me procure un effet formidable, jamais je n'avais eu de partenaire avec un vagin si serré autour de mon sexe, les sensations sont démultipliées… Alors que je commence un va-et-vient langoureux, Léa devient de plus en plus expressive, jusqu'à pousser des petits cris brefs mais sûrement audibles par tout le voisinage. Je sens de nombreux spasmes dans son vagin, ce qui enserre encore plus mon sexe... C'est tellement formidable...

Elle me demande si je ne veux pas que l'on continue au chaud, nous sortons donc de la piscine et récupérons nos affaires posées sur un transat. Je peux alors admirer son corps nu dans la lueur de la lune, corps qui se révèle encore davantage lorsque nous rentrons dans sa chambre... Elle me conduit sous la douche. La sensation de chaud après le froid de la piscine est très agréable...

Elle s'accroupit face à moi, prends mon sexe entre ses mains et commence une fellation fabuleuse avec de temps en temps un petit doigt qui se glisse le long de mon anus. Cette sensation est nouvelle mais j'aime beaucoup et lorsque je lui en fais part, elle glisse un de ses doigt à l’intérieur, cela me donne des frissons dans tout le corps et sa fellation me procure encore davantage de plaisir. Après quelques minutes elle remonte face a moi et monte sur un petit rebord de la douche, je me colle alors contre elle et glisse mon sexe dans son vagin qui est beaucoup moins serré avec l'eau chaude, et qui, au contraire me parait énormément humide. Après quelque va-et-vient, elle me demande si je veux dormir chez elle, je lui dis que oui et nous sortons de la douche pour finir nos ébats sur son lit.
Je l'essuie partout avec une serviette toute douce en remontant doucement le long de ses jambes.... Elle fait de même et nous allons nous allonger sur son lit...

Pour lui rendre la gâterie qu'elle m'a offerte auparavant, je lui écarte les cuisses, m'allonge la tête entre ses jambes et titille son petit vagin avec ma langue... Celui-ci s'humidifie alors énormément, j’adore le goût chaud de la cyprine et j'adore sentir la chaleur de son vagin contre mes lèvres, je glisse alors deux de mes doigt dans son entre jambe en continuant mon long baiser clitoridien. Tout en masturbant Léa avec deux de mes doigts, je remonte à ses cotés pour pouvoir l'embrasser. Elle me dit alors qu'elle veut que je lui refasse l'amour, qu’elle va bientôt jouir si je continue de jouer de telle sorte avec mes doigts... Je sors donc ces derniers de son vagin et elle m'attrape la main afin de lécher sa cyprine, ceci m'excite encore davantage. Je me mets alors sur elle et je glisse mon pénis entre ses cuisses toute humides de ma salive et de sa cyprine, je commence alors un va-et-vient en elle, plaçant mes mains sous ses fesses sexy. Je risque un index à l'entrée de son anus et elle me fait comprendre par un mouvement de bassin qu'elle aime bien, je glisse alors mon index dans son anus. Elle pousse de petits gémissements...

Je sens que sous l'action de mon doigt son anus se dilate peu à peu, je glisse alors un deuxième doigt et elle à l'air d'adorer ça, alors je lui demande si elle veut que je lui fasse l'amour de cette manière, elle me répond qu'elle veut sentir mon pénis dans son anus et mes doigts dans son vagin... Je sors alors mon sexe de son corps et mes doigts de son anus, je m'assieds sur le bord du lit et lui demande de se mettre sur mes genoux...Je la pénètre ensuite par sa petite porte, mon pénis tout gonflé de sang s'insérant dans son petit anus dilaté de plaisir. Pendant qu'elle gémit de plaisir et de douleur mêler, j'insère deux doigts dans son vagin bouillant et dégoulinant. Elle pousse à nouveau de petits cris, je continue ce va-et-vient qui me plait énormément, jamais auparavant je n’avais pratiqué la sodomie et cette expérience est formidable. Je sens l'orgasme venir en moi, je me laisse alors tomber sur le dos.

Son dos est désormais contre mon torse, elle aide le va-et-vient de mon pénis en dandinant le bas de ses reins. Je retire alors ma main de son vagin pour lui caresser le bout des seins, et elle commence alors à se masturber, glissant ses petits doigts dans son vagin, je mets ma main droite contre la sienne, guidant son mouvement contre son vagin et ma main gauche lui pinçant le bout du sein. Je sens désormais des spasmes contre mon pénis, Léa va jouir, le fait d'entendre ses gémissements me remplit de désirs et l'orgasme me saisit à mon tour. Je l'embrasse dans le cou en continuant de lui faire l'amour, elle crie, elle gémit je gémis aussi j'ai chaud c'était si bon... Elle retire ses doigts de son vagin et mon pénis de son anus puis se retourne sur moi, me dit qu'elle a adoré puis elle m'embrasse tendrement.

Nous nous endormons l'un sur l'autre... Au réveil mon sexe est en érection, durant la nuit elle a glissé à mes cotés et elle le caresse en me regardant dans les yeux... Nous allons prendre ensemble une douche très sensuelle, je la savonne, m’attardant sur ses seins, ses fesses, caressant son anus et son vagin. Elle fait de même avec moi, saisissant mon pénis, me savonnant le torse. Nous nous rhabillons, et elle me demande alors que l’on ne mette pas de sous-vêtements. Elle enfile une robe lui arrivant aux genoux et selon la lumière on peut voir qu'elle ne porte rien dessous.

Retour en haut de la page







Partagez ce récit :


Copyright 2003-2017 © Confession Intime