- En ligne, 121 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Entre Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions Gays > Première sensuelle et merveilleuse

Confession gay - Première sensuelle et merveilleuse

E.H.n°14 Entre hommes n°14
Date 24/06/07
Nom Tony
E-mail tony-marilyn69@hotmail.fr
Titre Première sensuelle et merveilleuse

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Bonjour à tous.

Je me présente, je m’appelle Tony, je suis de Paris. Je mesure dans les 1m80 pour 75kg, j'ai les cheveux courts, roux, ainsi que les yeux verts. Je vis depuis quelques temps avec ma copine Marilyn, nous formons ce que l'on appel un couple libertin ; j'étais à ce que je croyais un hétéro.

Mon envie de sexe était présente, et depuis un moment de plus en plus régulièrement. Puis les jours passèrent et je me suis surpris à regarder les mecs de temps à autre et à y prendre du plaisir. Le soir je pensais à ces mecs croisés durant la journée et je fantasmais. Puis, quand je regardais des films x, mon fantasme était d’être à la place de la fille. J'avais une folle envie de sucer, branler...voir même, être pris par ces beaux mâles.

C'est à ce moment là que je me suis lancé sur le net. J'ai commencé à consulter les sites d'histoire X, puis, je suis allé sur les sites gays, et très rapidement les sites de rencontres gays, car mon envie était toujours très présente. J’ai eu pleins de contacts. Avec l’accord de ma copine Marilyn, j’ai fait la rencontre, de ce contact qui me paraissait le mieux.

Il s’appelle Stéphane, il est aussi de Paris. Il a 25 ans, grand (presque 1m90), brun aux yeux marrons, avec un beau corps musclé. Avec lui tout était différent, le dialogue, les délires entre nous parfois.

On s’est rencontré dans un bar parisien, qui se situe dans le Marais, une semaine après notre premier contact par tchat internet. Franchement quand je l’ai vu, il était encore plus beau qu’en webcam. On a parlé ensemble, son regard pénétrait le mien. J'étais tout excité. Je n’avais qu’une envie : celle de connaître ma première fois et très rapidement. Par grand bonheur ,nous ne sommes pas resté très longtemps dans le bar ; car il ma invité à boire un autre vers chez lui. Stéphane habitait un p’tit studio dans le centre.

Sur le trajet, on rigolait et parfois Stéphane glissait ses mains sur mes hanches et mes fesses. J’avais de plus en plus envie. Quand on est arrivé chez lui, à peine la porte franchi, que Stéphane me plaqua contre le mur de l’entrée et m’embrassa fougueusement. Je ne savais pas ce qu’il m’arrivait, je ne pouvais pas lui résister, je perdais tout contrôle de moi. J’avais envie qu’il me prenne… de lui appartenir. On se déshabilla, et me glissa à l’oreille « reste ici je vais m’allonger sur le lit ».

Il était allongé nu. Je suis arrivé sur le coté du lit, à quatre pattes. Je mis ma bouche vers sa queue, qui ne bandait toujours pas. Je voulais d'abord caresser son corps très attirant. Mais, j'étais encore plus euphorique, à l'idée de sentir son pénis s'élargir, dans ma bouche. J’ai donc commencé à passer ma langue sur sa verge. Puis, je l’ai saisit de ma main droite et j’ai joué avec celle-ci. Ensuite, je l’ai de nouveau fait pénétrer dans ma bouche. Je léchais cette queue si bonne, que je sentais doucement grossir, à chaque coup de langue. Je me baladais sur sa verge, puis je tournais ma langue autour de son gland toujours recouvert par son prépuce. J'ai retiré son sexe de ma bouche, pour le branler un peu de ma main gauche. J’ai descendu son prépuce... et j’ai de nouveau englouti sa grosse queue, cela lui procurait apparemment beaucoup de plaisir. Cette idée là, accentuait mon désir.

Ces gémissements de plus en plus expressif m’excitaient au plus au point. Je m’activais sur son sexe dressé, que je trouvais très appétissante. Pendant un moment, j’ai même pensé qu’il allait éjaculer... je sentais quelques gouttes de sperme sur le bout de son gland. J’ai donc dégusté un temps son nectar, puis, je me suis retiré. Je ne voulais pas qu’il éjacule avant de m’avoir pris.

Il se redressa... s’assit sur le lit devant moi... se pencha vers ma queue pour entamer une pipe. Je soupirais fort par mon excitation, rien que de savoir que j’allais bientôt me faire prendre par cette grosse bite. Je prenais aussi, beaucoup de plaisir à caresser ce splendide corps. Tout en me mettant à quatre pattes sur le lit ; je lui dis : « j'en peux plus... prend moi maintenant ». Il se plaça derrière moi, enfila un préservatif, mis un peu de gel sur celui ci et commença à joué avec ma rondelle. Il y fit entrer un doigt puis deux. Je sentis soudain sa queue à l’entrée.

Il commença à me pénétrer, il était gros et mon p’tit cul si étroit, je peinais à le recevoir entièrement. Il me fit mettre sur le coté et il essaya mais en vint. Il n’arrivait pas à entré en moi. Je me remis en levrette, Stéphane remit du gel sur sa capote. Il pressa un peu plus... il entra en moi, comme dans du beurre. Le mal que j'ai ressentis lors de la pénétration fit place au plaisir.

Je sentais son gros membre dur dans mon cul. Il peinait à faire des va-et-vient, mais le peu me fit beaucoup de plaisir. Un moment je crus perdre connaissance tellement c'était intense, mais non. Pendant qui me pénétrait, il me branla, j’eus des spasmes qui m'envahissait tout le corps. Il se retira... s’allongea sur le dos et me demanda de revenir lui faire une pipe.

Je me fis pas prier à deux fois. Je me suis activé sur sa queue... Encore une fois, j’ai senti des gouttes de sperme sur le bout de son membre. Il y en avait plus que tout à l’heure. Il me demanda de me retirer. Ceci me faisait plaisir, car, le fait qu'il allait éjaculer, me réconforta dans l'idée que je me débrouillais pas mal pour la fellation (je ne peux pas vous dire si c'est réellement le cas, mais c’est ce que je me suis dis à cet instant).

Stéphane me demanda de me retourné en 69, mais sur le côté... c’est alors qui me branla activement. Je continuais à le sucer. Des images me bouleversaient l'esprit. Je sentais ma semence monter en moi et soudain on éjacula quasiment au même moment. Je suis resté sur le lit à me lover contre lui. Pour bien finir ce moment de bonheur, j’embrassais ce corps que j’adore et passa ma langue dans les moindres recoins de sa belle anatomie.

Tony

Retour en haut de la page





Partagez ce récit :


Copyright 2003-2018 © Confession Intime