- En ligne, 107 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Entre Hommes

PAGE D'ACCUEIL > Confessions Gays > Un ostéopathe très gentil

Confession gay - Un ostéopathe très gentil

E.H.n°06 Entre hommes n°06
Date 22/03/04
Nom Mike (Photo sur demande)
E-mail mike-77@voila.fr
Titre Un ostéopathe très gentil

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Depuis pas mal de temps, j'ai une douleur à l'épaule. Pas une grande douleur, mais un mal lancinant qui gène. Une de mes collègues m'a conseillé d'aller consulter son ostéopathe. Ne connaissant pas cette catégorie médicale, elle me donne quelques exemples de douleurs qui sont passées après quelques visites chez ce praticien. Par contre, ce n'est pas remboursé par le sécu.

Je me dis « pourquoi pas » et je prend rendez-vous. Par chance, un de ses patients vient de se décommander pour le lendemain, sinon il me fallait attendre 15 jours.

Le lendemain, à l'heure prévue, j'entre dans le cabinet où il n'y a qu'un grand bureau, ancien avec quelques papiers et de bazar, et une table d'examen comme chez tous les médecins.

La lumière est feutrée, et l'ambiance n'est pas celle que l'on trouve en général chez un toubib. Mais là, ce n'est pas un médecin comme les autres, d'ailleurs ce n'est pas vraiment un médecin.

Je m'assieds devant le bureau, et il note sur une petite fiche mes coordonnées et le problème qui m'amène. Cela fait, il se lève et me demande de le suivre.

Je vais vers la table et il me demande de me déshabiller. J'ôte ma chemise et m'allonge torse nu sur la table.

« Non, non, enlevez le pantalon aussi » me dit-il.

Je réponds un peu gêné, « mais c'est à l'épaule que j'ai mal ».

« Oui je sais, mais le principe de l'ostéopathie réside dans le fait que l'on traite le mal à distance ».

Je ne saisi pas bien, mais je suis un peu gêné car je porte toujours des strings, car je trouve ça plus confortable qu'un slip dont l'élastique remonte tout le temps sur les fesses. Et en y pensant, aujourd'hui j'en porte un qui est vraiment mini, très échancré devant et juste une fine ficelle derrière. En plus, je m'épile et il ne me reste des poils qu'au dessus de mon sexe, et je crains qu'il s'en aperçoive, car ma peau est bien lisse jusqu'à l'aine.

« C'est embêtant, car je n'avais pas prévu et je ne porte pas des sous-vêtements adapté ».

Il me réponds, « ne vous inquiétez pas, dans mon métier, je suis habitué à tout voir ».

Je sens mon visage devenir tout rouge de confusion quand je tombe mon pantalon. Il me regarde m'installer sur sa table et me complimente sur ce que je porte.

« Il n'y a pas de quoi être gêné, moi aussi je porte souvent des strings, et celui-ci est très beau ».

Sa réflexion, qui se veut décontractante, me donne l'impression que ma figure va s'enflammer, tant je rougis.

Il commence à palper mon corps un peu partout, tout en discutant, en m'expliquant que l'ostéopathie est avant tout un art et une philosophie de la santé qui permet de rééquilibrer le corps et de mieux l'harmoniser, etc.

Ses mains touchent et palpent, la nuque, les bras, les pieds, les jambes, le dos etc. Bref un peu partout. Il appuie, tire, masse, tord.

A un moment, il lève en l'air ma jambe gauche et la pose sur son épaule. Avec sa main, il masse le dessous de ma cuisse, du genou vers la fesse. Je me contracte car c'est un peu douloureux. Il me demande de me détendre et continue. Maintenant, il masse ma cuisse sur la partie interne, du coté du genou jusqu'à l'aine. Je sens le bout de ses doigts qui s'arrêtent dans le pli de l'aine, et je trouve qu'a chaque passage, il reste quelques secondes de plus à cet endroit. Je ne peux pas m'empêcher d'être troublé par cet attouchement médical.

Il me sort de mes questions en me reposant la jambe et en levant l'autre pour la même raison.

De nouveau je sens ses doigts s'arrêter dans le pli de l'aine, mais là, ils poussent un peu plus loin que tout à l'heure, et je sens le contact avec la peau lisse de mes couilles toutes proches.

Les idées s 'embrouillent dans ma tête et bien involontairement, je sens mon sexe qui commence à se gonfler. Je ne bande pas, mais ma queue à pris du volume. Je suis gêné et essaye de me concentrer sur un tableau horrible qui est au mur pour penser à autre chose.

Il repose ma jambe, et me dit que mon quadriceps est très tendu et qu'il va le masser pour le décontracter. Il s'enduit les mains d'une huile de massage et en verse sur la cuisse.

Il commence un massage énergique toujours de bas en haut. Il m'explique qu'il faut toujours masser ainsi, pour faciliter le flux du sang vers le coeur.

Plus il masse, plus ses doigts entrent en contact avec mon aine. Il me demande d'écarter un peu les jambes pour ne pas tacher le tissus. Une fois sur deux, le bout de ses doigts pénètre un peu plus sous le tissus, tout en continuant de discuter avec moi comme si de rien n'était.

J'arrive de moins en moins à suivre se conversation, et je sens ma queue qui monte vers mon nombril et qui rempli mon string. Je me dit qu'il ne peut pas ne pas s'apercevoir que je bande, et je doit être aussi rouge que le pot à crayons qui est sur son bureau.

Tout à coup, il me lance l'air étonné : « mince, je crois que j'ai mis un peu d'huile sur votre slip, je suis désolé. Il faudrait l'écarter encore un peu, pour ne pas le tacher plus ».

Tout en disant ça, il tire sur l'élastique au niveau de l'aine, et me demande de le tenir comme ça pour qu'il ne le salisse pas. Je tient l'élastique en l'air, et je m'aperçois bien qu'il doit voir une partie de ma queue dressée, mais je suis maintenant très excité et ce jeu commence à me plaire. 3 ou 4 massages après, ses doigts montent jusque sur la base de ma queue, plusieurs fois de suite Comme je ne dit rien, il va plus loin, et je sens ses doigts monter le long de ma cuisse, passer sur l'aine sans s'arrêter, et monter sur ma queue. Là, il laisse sa main dessus et recommence plusieurs fois de suite. Mon string est plein d'huile.

Il me dit « oh, j'en ai mis partout, il faut le tirer plus que ça ». Joignant le geste à la parole, il tire sur l'élastique et dénude complètement mon sexe.

« C'est mieux comme ça, non ? »

Je réponds un timide « oui » et il ne me masse plus la cuisse mais ma queue. Il découvre que je suis tout épilé et me complimente. Il me branle avec une grande douceur, et tout en changeant de main, il m'enlève mon string. Je suis entièrement nu devant lui, la queue prête à exploser, et il me caresse maintenant partout. Sa main pleine d'huile passe sur mon gland, caresse ma queue, mes couilles, et remonte jusqu'à mon anus. Son doigt huileux y entre sans aucun problème et fouille mon cul, puis deux puis trois doigts. De son autre main, il attrape un essuie-tout pour essuyer ma queue. Dès que c'est fait, il la prend dans sa bouche et me suce divinement. Je vois ma queue entrer et sortir de ses lèvres pendant que ses doigts me pénètrent le cul.

Pendant ce temps, je ne reste pas inactif et je lui défait son pantalon, et je m'aperçois qu'il porte lui aussi un string, que je baisse pour attraper son sexe, qui n'est pas très gros, mais qui est décalotté comme le mien. Rapidement, je passe des caresses manuelles aux caresses buccales. Il est debout à coté de moi et nous nous suçons mutuellement.

A un moment, il s'écarte, enlève son pantalon et son string, puis va vers son bureau, pour en revenir avec des préservatifs. Je comprends au il veut en venir, mais je ne suis pas trop inquiet, car j'ai l'habitude de me branler avec un gode entre les fesses. Par contre je n'ai jamais essayé avec une vraie queue.

Il enfile une capote et m'attrapant par les jambes, il m'amène au bout de la table, et place mes jambes sur ses épaules. Je me laisse faire, docile, et je sens son gland qui pousse sur mon petit trou. L'huile de massage aidant, il me pénètre sans aucune douleur ni aucun problème.

Rapidement, il est au fond de moi et me fait l'amour, comme on le fait à une femme, sauf que la femme, aujourd'hui, c'est moi. Il sort presque totalement de moi et entre de nouveau d'un seul coup, tout en me masturbant. Je le vois se tendre, et il jouit dans mon cul, heureusement au fond de sa capote.

Il se retire, enlève son préservatif, et me suce. Puis il m'enfile un nouveau préservatif, et me demande de me lever.

Il prend ma place et place lui même ses deux jambes sur mes épaules. Je me baisse un peu car j'ai envie de le sucer, même si sa queue est encore couverte de sperme. Alors que son sexe diminuait après avoir jouit, je le fait rebander. Et en même temps, je le pénètre avec mes doigts pour faciliter le passage.

Je me redresse et appui mon gland sur sa rosette. Ca rentre sans effort. Je suis bien dans ses entrailles, et je suis tellement excité, que je jouis en quelques aller et retour. Je reste en lui quelques minutes, en m'allongeant sur lui pour embrasser son torse.

Nous nous sommes séparés, non sans avoir pris un autre rendez-vous. Lorsque ma collègue m'a demandé le lendemain comment ça s'était passé, je lui ai répondu que c'était génial. Je n'ai pas menti !

Mike.

Retour en haut de la page






Partagez ce récit :


Copyright 2003-2018 © Confession Intime