Logo Confession-Intime.com

Confession Intime

Vos plus belles confessions intimes ainsi que vos histoires érotiques et récits de sexe sont ici !

Jérôme fait de sa femme une bonne pute

Mariame, coincée du cul comme pas possible, déstabilise son mari, il lui promet de faire d'elle une pute voir une bonne pute, après de nombreux palabres, elle a fini par être convaincue. Il l'emmène dans un lieu malfamé.

Proposée le 30/06/2022 par linsee

Votre note pour cette confession érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs confessions érotiques.

Thème: Pratiques sexuelles
Personnages: Groupes
Lieu: Autres lieux publics
Type: Fantasme

Voir les dernières femmes inscrites près de chez vous


Mariame n'arrive pas à se donner entièrement pendant l'acte sexuel, cela la met dans un état de panique totale. Jérôme, son mari, lui promet de faire d'elle une pute voir une très bonne pute. Après de nombreux palabres, elle finit par se laisser convaincre. Il programme une virée dans un lieu qui est réputé malfamé.
Il lui a recommandé, d'acheter une jupe très, courte et d'un top qui lui met en valeur sa poitrine. Le jour arrive, Mariame fébrile passe la majeure partie de son temps dans la salle de bain. Il est 23 heures, Jérôme commence à s'impatienter, il entre dans la salle de bain, sa femme est encore en petite tenue. Il lui recommande de s'apprêter rapidement et surtout ne pas mettre de sous-vêtements, n'oublie pas de te raser la chatte

Elle le regarde d'un drôle d'air et lui dit :

-Mais mon chéri, avec mon ultra-mini-jupe que je vais porter, à chacun de mes pas, on verra mon cul, tu n'y penses pas !

Il la regarde en souriant et réplique :

-Mais c'est le but, il faut que tu fasses envie, tu vas te faire bourrer comme jamais, j'en bande d'avance !

Mariame ravale sa salive, mais comme elle lui avait promis, elle ne peut plus faire marche arrière. Enfin, ils arrivent devant le bar douteux, ils entrent. La lumière est tamisée, seule le bar est bien éclairé. Les vitres et la porte sont couvertes d'une grosse tenture côtelée rouge.
Mariame regarde tout autour de la pièce, assissent sur de hauts tabourets deux femmes les cuisses largement dénudées, sirotent un verre. Dans le fond de la salle, deux hommes et une femme, sont en plein ébat, elle à la robe relevée et chevauche son cavalier, l'autre lui pétrissait les seins en lui disant des mots obscènes. Un peu plus loin, deux hommes attablés, taillés comme des bucherons, regardent les nouveaux venus. Jérôme et sa femme prennent place à une table, le patron, un homme grassouillet, s'approche et leur demande se qu'ils prennent. Le gros bonhomme regarde Mariame et lui dit :

-Si vous êtes venue chercher du plaisir, vous êtes à la bonne adresse, ici il y a de la queue et de la chatte !

Mariame n'est pas rassurée, Jérôme parle à l'oreille du patron, l'homme regarde encore Mariame en souriant et lui fait un gros clin d'œil. Il va s'adresser aux deux hommes, qui se lèvent et se place de chaque côté de Mariame. Directement, ils lui plaquent chacun une main sur la cuisse et les caressent. Elle se cabre, veut fuir. Elle regarde son mari qui lui sourit. Elle commence à paniquer, les mains des deux inconnus lui écartent les jambes avec force. Elle sent sur sa vulve des doigts noueux qui glissent sur sa fente, elle pousse un gémissement, deux doigts viennent de pénétrer dans son temple et le ramone énergiquement. Mariame rejette sa tête en arrière en geignant. Une femme descend de son tabouret, se place face à Mariame, elle lui passe ses doigts sur ses lèvres et lui force la bouche. Elle lui dit :

-Suce ma chérie, fais-toi plaisir, suce !

Sans savoir pourquoi, elle se met à sucer les doigts de la femme. La femme lui sourit et lui dit :

-Je vais leur donner du gout !

Elle relève sa jupe, écarte sa culotte et se plante les doigts dans la chatte, elle fait quelques vas- et- viens puis les offre aux lèvres charnues de Mariame qui les reprend en bouche et les suce avec plus détermination. La femme lui dit :

-Oui, comme ça salope, tu apprends vite, tu vas devenir très bonne pour le cul, j'en suis sûre !

Jérôme regarde avec de grands yeux les inconnus s'occuper de sa femme. Les deux hommes basculent Mariame sur la table, lui arrachent la jupette et le top. Mariame commence à trembler, soudain la femme plaque sa bouche sur sa vulve et lui enfonce sa langue profondément dans le conduit. Mariame pousse un râle terrible, la langue lui fouille les entrailles avec férocité. Rapidement, contre toutes attentes, Mariame se cabre et jouit fortement. La femme reçoit une puissante giclée dans la bouche, elle se redresse et dit en souriant :

-Putain ce qu'elle est bonne cette salope, il faut bien la bourrer les mecs !

Un homme se place entre ses cuisses et lui enfonce son glaive large et très épais dans le ventre. Mariame se cabre en poussant un long râle rauque, l'homme s'accroche à ses hanches et la pilonne comme jamais elle ne l'a été. La queue puissante qui lui dilate le vagin la fait grogner. L'autre homme intervient, il offre aux lèvres de la soumise son gland monstrueux, Mariame, réticente, serre les dents. Le bougre frotte son gland contre les lèvres pincées il dit en lui pressant un mamelon :

-Suce ma chérie, lorsque tu sortiras d'ici, tu seras une bonne pute, crois-moi !

Jérôme est aux anges, il voit sa femme, subir, les assauts de la queue énorme labourer la chatte à sa femme. Il lui hurle :

- Suce-le, vas-y ma chérie !

Mariame ouvre la bouche, l'homme lui enfourne sa queue jusqu'aux couilles dans la bouche. Il lui saisit les cheveux et lui baise la bouche comme un sauvage. C'est si brutal que les yeux de Mariame s'emplissent de larmes, l'homme recule un peu, cela permet à Mariame de lui sucer le gland. Les succions sont comme celle d'une professionnelle, Mariame s'évertue à faire du mieux qu'elle peut. Soudain, le baiseur, tire fortement sur ses hanches en grognant comme un fauve. Il se raidit et remplit le ventre de Mariame avec une quantité impressionnante de sperme. Pendant que l'autre se répand dans sa bouche. Mariame, manque d'étouffer, elle repousse le type. Une femme lui crie :

-Avale, pouffiasse, avale !

Mariame avale jusqu'à la dernière goutte, sous le regard hébété de son mari.

Le gredin, baiseur, reprend un pilonnage violent. Mariame s'accroche à lui, en lui donnant de violents coups de reins, elle veut être empalée totalement par le monstre qui lui fore les entrailles. Elle gémit de plus en plus fort, une femme lui gobe les mamelons et les malmène férocement. C'est le déclenchement d'une jouissance monstrueuse. Mariame se tortille sur la table en soufflant comme un bœuf. Son mari l'entend répéter :

-Encore, oui, oui, encore, défonce-moi mon salaud !

L'homme se retire, rapidement un autre à prit sa place. La cadence est infernale, les coups de reins très violents. Mariame délire de plaisir :

-Oh putain, oh putain, que c'est bon, Jérôme, ils vont me faire mourir !

Il jouit comme une chienne en rut, sous les coups de boutoir de son baiseur. Le mec la défonce comme un soudard avide, à chaque enfoncement de son mandrin dans le corps de sa proie il grogne :

-Tiens, salope tiens, nous allons nous occuper de ton petit cul aussi, il va devenir un vrai garage à bites !

Il envoie plusieurs décharges brulantes dans le ventre de Mariame qui gémit de plaisir. La femme lui dévore les mamelons, les étire fortement, les mordille en grognant. Mariame ne peut retenir une nouvelle jouissance, elle se cabre et pousse un hurlement terrible. L'homme se retire, il regarde la chatte béante qui, laisse échapper le surplus de sperme. La femme qui était au bar, descend de son tabouret et plaque sa bouche sur la chatte dégoulinante de semence. Elle avale tout se qu'elle peut puis enfonce sa langue dans la gaine brulante pour en fouiller chaque recoin. Jérôme bande comme un poney, jamais il n'aurait imaginé voir sa femme se livrer à une telle orgie.

La langue habile de la femme s'enroule sur son clito qui à prit des proportions énormes, elle le dévore comme une affamée. Mariame jouit encore en hurlant. Jérôme sort sa queue et commence à se branler en regardant sa femme, jouir comme une malade. La femme qui était au fond de la salle avec deux hommes s'approche, retrousse sa robe et se place à califourchon sur les genoux de Jérôme. Elle s'empale sur la tendue du voyeur, en grognant comme une bête. Elle le chevauche comme une écuyère.

La femme délaisse Mariame, un homme la retourne sur le ventre et lui caresse l'anus, il crache dessus et enfonce un doigt dans l'antre de l'enfer. Mariame se cabre en geignant. L'homme sourit et dit :

-Oh putain se qu'elle est serrée cette salope, nous allons nous régaler les amis !

Il place son gland contre l'anneau ridé et pousse fortement, il cède et avale lentement le monstre qui le pénètre. Mariame serre les dents en rugissant de douleur, jamais un membre si gros ne l'a sodomisé, comparé à celui de Jérôme, c'est le jour et la nuit. Elle qui n'est pas très friande de la sodomie, eh bien là elle va être gâtée. La queue gigantesque s'enfonce de plus en plus loin dans son rectum en le dilatant monstrueusement fort. Mariame souffle comme un animal, enfin la queue et entièrement plantée en elle. La femme qui s'agite sur la verge de Jérôme dit avec une voix forte :

-Oui Paulo, encule-la bien à fond, qu'elle s'en souvienne la salope !


Paulo commence à ramoner le conduit étroit, ses grognements de bête prouvent qu'il est satisfait de déglinguer sa proie. Mariame a la bouche grande ouverte, mais aucun son n'en sort. Elle a l'impression que son cul va s'ouvrir en deux. Mais heureusement, petit à petit son rectum distendu s'habitue au diamètre monstrueux de la queue. La cadence augmente, les râles de Mariame aussi, le pilonnage de son cul et féroce, l'homme retire sa queue et la replonge profondément dans le rectum dilaté de la soumise, le bougre réitère ce mouvement de nombreuses fois. Mariame commence à y prendre du plaisir, elle ondule de la croupe en gémissant de plus en plus fort. L'homme s'accroche à ses larges hanches et la défonce comme un soudard.

Jérôme saisit la taille de sa cavalière et donne de violents coups de reins, la femme pousse des râles terribles elle hurle :

-Putain oui, déchire-moi la chatte mon salaud, c'est trop bon encore, encore !

Mariame s'agite, soudain elle se cambre comme un pont en peine tempête et pousse un long cri en plein délire :

-Mon chéri, je jouis du cul, mon Dieu, c'est terrible, oui, oui je suis une salope, démontez-moi encore, remplissez-moi de votre sperme, je suis votre sac à foutre !

L'enculeur lui remplit le cul de son jus gluant. Jérôme décharge dans le ventre de sa cavalière qui jouit en même temps que lui.
Un homme s'allonge sur le sol, on aide Mariame à descendre de la table et de s'empaler sur la queue du type allongé sur le sol. Aidée par deux personnes qui la tiennent sous les aisselles, ils lui font faire l'ascenseur. les yeux de Mariame sont révulsés, soudain on la plaque contre le torse de son baiseur. Un homme se place derrière et lui prend le cul violemment. prise en double, Mariame disjoncte, c'est sa première double pénétration. les assauts sont terribles, le corps de Mariame est tremblante, son front perle de sueur. Soudain c'est le summum, elle jouit comme une dingue, ses baiseurs lui dévastent les orifices avec rage, ils déchargent à tour de rôle dans les corps de Mariame. Les bougres réussissent à la faire jouir une ultime fois avant qu'elle ne s'écroule sur le sol épuisée.

Jérôme s'approche de sa femme et lui demande :

-Alors ma chérie ça va ?

Elle répond faiblement entre deux souffles :

-Mon Dieu mon chéri, je suis devenue un bonne pute comme tu le prévoyais, oh oui, je veux recommencer, tu me trouveras des bonnes queues hein mon chéri !

Jérôme est fou de joie il répond en souriant :

-Oui ma chérie tu auras droit à toutes les queues que ton corps pourra recevoir, je te le promets !

© Copyright : Cette histoire comme toutes les autres sont protégées par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Nous luttons contre le plagiat afin de protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette confession est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être copiée ou imprimée.

© Copyright : Cette histoire comme toutes les autres sont protégées par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs histoires.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs confessions érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même confession érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de la confession :

Salope
Ma chatte de pute est en feu , ça coule entre mes cuisses, je n'en peux plus , je voudrais être prise comme Mariame, elle en a de la chance. Les mecs , c'est ça que nous autres chiennes en chaleur on aime
Posté le 18/07/2023

lailatvx
En tant que mari soumis et cocu volontaire, ma femme et moi, on a adoré ton récit ! Gros bisous et meilleurs souhaits !
Posté le 8/09/2022


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Confessions érotiques choisies :
Linda une bonne chienne 2
Linda une bonne chienne 3
Linda une bonne chienne
Une femme avide 2
11 Toute une femme