- En ligne, 45 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Vos Ecrits

PAGE D'ACCUEIL > Histoires et récits érotiques > Je foutrebande

Histoire érotique - Je foutrebande

V.E.n°05 Vos Ecrits n°05
Date 01/03/04
Nom Simorgh
E-mail simorgh@wanadoo.fr
Titre Je foutrebande

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Je foutrebande quand je zobe à toi,

Poignardant avec une belle cadence

Cette roide tumescence

Qui vers ton sexe flamboit.


Je frotte et caresse mon gland

Et le heurte à ton clito ardent,

Mordillant du bout des dents

Tes somptueux tétins arrogants.


Ton souffle se fait saccadé

Quand je glisse, nu,

Entre tes lèvres écartelées

Ce gros sexe rond que tu as voulu.


Ton regard, salope, se fait lourd

Quand de ton ventre le miel sourd

Alors que tes mains énervées

Dénouent des jarretières, sur tes cuisses enfiévrées.


Ta bouche, ronde et distendue,

Aspire mon dard, dans ta gorge goulue ;

Mais je veux ton sexe, cru,

Et ta croupe, ronde, ferme et fessue.


Tu gémis, en aspirant ma bite,

Appliquée comme dans un rite,

Quand je sens, au profond de mes reins,

Une coulée de sperme que je retiens.


Il me faut te le mettre, au fond…

Sentir, toute chaude, la paroi de ton con,

Aller et venir, cramponné à tes hanches,

Glissant dans ton ventre ce somptueux manche.


Allongée sur le coté tu me regardes,

Souhaitant qu'ardemment je te harde,

Bougeant ton ventre, imperceptiblement,

Pour anticiper mon rentre dedans.


Mon érosphère entre en fusion,

À la vue de tes somptueux et lourds nichons,

Qui sentent s'y promener mon sexe en rut,

Déviant en cela de son prochain but.


Ton ventre, chaud, accueille ce nœud

Que tu as rendu vibrant et impétueux,

En une longue et lente plainte

Qui m'exalte et va faire que je m'éreinte.


Tes cuisses, accrochées par les talons à mes reins,

Ton buisson de velours et soie accroché au mien,

Je laboure et copule avec ferveur

Ta chatte qui me donne du bonheur


En Provence,

début d'automne,

à la gloire des femmes qui ont de la poitrine.


Simorgh (Jean-Pierre Bonnet)

Lire un autre texte de cet auteur :

Vos Ecrits n° 03

Retour en haut de la page






Partagez ce récit :


Copyright 2003-2019 © Confession Intime