- En ligne, 43 connectés sur CI et Confession Intime, compteur de visites : Confessions, histoires et photos érotiques d'amateurs visiteurs depuis 2003... -
Vos Ecrits

PAGE D'ACCUEIL > Histoires et récits érotiques > Dans la noirceur de la nuit

Histoire érotique - Dans la noirceur de la nuit

V.E.n°06 Vos Ecrits n°06
Date 12/04/04
Nom Sexplorateur
E-mail sexplorateur@hotmail.com
Titre Dans la noirceur de la nuit

<<< Précédente <<< >>> Suivante >>>

Yves et Sophie travaillaient au même endroit depuis déjà quelques mois. Ils dînaient souvent ensemble mais ne se fréquentaient pas. Ils étaient de bons copains, sans plus. Aussi, Yves fut très surpris lorsque Sophie l’invita à l’accompagner lors d’une visite qu’elle voulait faire à ses parents qui habitent une vieille ferme. « Un endroit d’une grande beauté » lui avait-elle affirmé.

Puis le jour de la visite arriva. Après un bon souper, Sophie et ses parents se mirent à parler d’un vieux camp de chasse situé à quelques kilomètres en forêt. Sophie, qui n’y avait pas été depuis plusieurs années, mourrait d’envie d’y retourner. Mais il faisait déjà nuit et la température était maussade. Il était cependant possible de s’y rendre en utilisant la vielle jeep de son père, qui d’ailleurs, ne disposait plus que d’un seul siège, celui du conducteur, les autres ayant été enlevé il y a bon nombre d’année afin de faire plus de place aux bagages.

La décision fut aussitôt prise de se rendre au camp. Les bagages furent préparés en un rien de temps. Comme elle connaissait mieux la route, Sophie prit le volant et Yves pris place sur les bagages, un peu en retrait vers l’arrière. Ceux-ci avaient été disposés de manière à former un siège. Recouvert de deux bons sacs de couchage, c’était quand même d’un confort très acceptable

Sophie conduisait d’une main de maître. Et tout au long du parcours, la discussion allait bon train. Tout s’était déroulé si vite que Yves ne s’était pas demandé comment ca allait se passer là-haut…Lorsqu’il serait seul avec Sophie…

Puis Sophie s’arrêta net. « Je veux faire quelque chose dont j’ai envie depuis déjà un certain temps » dit-elle. « Un petit pipi » pensa Yves en souriant. Le véhicule arrêté, toutes lumières éteintes, la nuit paraissait encore plus noire. Pas une étoile…Pas un rayon de lune… Que des gouttelettes de pluie se fracassant sur le toit. Puis, Yves entendit la porte de droite s’ouvrir et une ombre s’approcha de lui… « C’est moi » dit Sophie. « Pourquoi n’est elle pas entré par la portière de gauche » pensa Yves. Il se rappelait aussi que Sophie était vêtue de couleurs foncées alors que l’ombre qui s’approchait de lui semblait plutôt vêtue de couleurs claires…

Sophie lui prit les mains et les envoya par derrière lui, comme on le fait pour immobiliser quelqu’un. S’agenouillant, elle mis un genoux entre les cuisses de Yves, et se pencha contre lui. Il senti aussitôt son souffle. Elle était très près…Son souffle était court. Puis elle mit sa bouche sur la sienne. Sa langue explora la bouche de Yves. Tout en continuant ce petit jeu coquin, Sophie se mit à frotter sa poitrine contre celle de son ami. Malgré la nuit noire, ce dernier remarqua alors l’ombre bien distincte de ses deux seins que Sophie glissait sur sa poitrine. Yves comprit alors que la poitrine de son amie était nue.

Il aurait bien aimé l’enlacer mais Sophie lui retenait les mains avec vigueur. Comme pour le dominer… « Sens-tu ma poitrine » qu’elle lui dit. « Un peu…mais les vêtement… » Balbutia Yves qui aurait aimé lui expliquer que les vêtements empêchaient le contact peau sur peau. Mais, trop surpris et excité, il ne pouvait dire un mot de plus. Mais Sophie avait compris. De ses mains, elle releva le gilet de son partenaire jusqu’aux épaules et déposa sa poitrine nue sur celle de Yves. Ses seins étaient chauds…

Ce faisant, Sophie lui avait libéré les mains, Yves en profita pour explorer… Mettant ses mains sur son dos, il réalisa que Sophie s’était bel et bien dénudé le haut du corps. Mais avait-elle eu l’audace d’en dénuder le bas. Elle, d’un naturel si réservée…Tellement réservée qu’il était surpris de la grosseur de ses seins tellement ses vêtement amples les avait jusqu’alors toujours dissimulés. Pendant que ses mains exploratrices descendaient le long du corps de Sophie, cette dernière envoya le haut de son corps ainsi que sa tête vers l’arrière. Ceci a eu pour effet de faire déplacer les mains de Yves de son dos vers sa poitrine. Elle respirait de plus en plus fort. Yves se demandait si elle l’avait fait exprès pour qu’il lui caresse les seins ou si elle l’avait fait sous l’impulsion du désir qui l’animait…

Après lui avoir longuement caresser les seins, il entreprit d’explorer le reste de son corps. Il laissa glisser ses mains vers le bas, se demandant si Sophie était complètement nue. Il atteint ses hanches…Et oui, nues… Puis il déplaça ses mains vers l’arrière. Il senti ses fesses. Chaudes et rondes. Comme elle était agenouillée, il senti aussi ses pieds, ses jambes, ses cuisses…Et oui, Sophie était complètement nue…Et Yves ébahi…

Elle se releva et d’un seul coup, puis lui retira complètement son gilet. Elle lui retira ses chaussures…Ses bas…Puis, sans mot dire, se mit à détacher la ceinture de son pantalon. « Soulèves-toi un peu » lui dit-elle. Yves souleva le bassin et Sophie tira à la fois sur le pantalon et le sous-vêtement et les retira complètement… « Écarte un peu les jambes… » Soupira t’elle tout en s’assoyant face à lui dans le fonds du véhicule.

Cette nudité soudaine et la surprise de voir la hardiesse méconnue de Sophie déroutaient Yves un peu. Si bien qu’il n’avait pas d’érection. Sophie mit la main directement sur le pénis de Yves qui eut alors un sursaut. « Quelle audace » pensa t’il. La main de Sophie explora le sexe de son partenaire, le massant, l’embrassant…Quand il fut dur, elle se mit à le caresser de haut en bas…Puis elle explora ses testicules… Mais dans noirceur de la nuit, Yves n’y voyait rien. Il senti alors quelque chose de chaud et humide entouré son gland. Doucement, Sophie mis toute sa verge dans sa bouche tout en titillant le bout avec sa langue.

Il ferma les yeux et se rappela des commentaires qu’il avait entendu concernant Sophie… « Elle est tellement gênée qu’elle aurait peur de toucher une queue du bout des doigts » lui avait dit un gars… « Quel idiot » pensa t’il pendant qu’il entendait le bruit de que faisait la bouche de Sophie sur son sexe…

Puis, Sophie se releva et vint s’asseoir sur Yves, ses jambes écartées l’étreignaient vis à vis ses hanches, les bras autour de son cou. « Est-ce que tu aimes…Ne suis-je pas trop maladroite… » Dit-elle d’un ton peu rassurée. « Tu es parfaite voyons…Et si généreuse…..J’adore… Laisse-moi te caresser à mon tour…» répondit Yves. « Non, non, laisses-moi te donner du plaisir…Te découvrir…Tu te reprendras plus tard…Je suis tellement heureuse que tu ais accepté de m’accompagner ici ce soir…Laisses-moi te remercier d’une façon qui j’espère, te plaira… » Yves n’en croyait pas ses oreilles.

Puis elle se mit à l’embrasser à nouveau sur la bouche. Et à frotter sa poitrine contre la sienne. Yves sentait que le bout des seins de Sophie était dur…Puis, avec douceur et féminité, elle guida le pénis de son ami vers l'entrée de son vagin. Une étrange sensation de chaleur envahit le bout du sexe de Yves. Elle se mit à faire des mouvements de va et vient avec son bassin...Plus les mouvements s'intensifiaient, plus son sexe entrait profondément dans cet orifice si confortable, si accueillant. Sophie quant à elle était surprise de la facilité avec laquelle cet organe, dur comme une barre de fer, s’intégrait bien en elle. Comme si il avait été conçu à ses dimensions à elle…Pour son plaisir à elle. Puis malgré elle, comme si une force externe la guidait, les mouvements de son bassin, jusqu’alors doux et lents, s’accentuèrent et devinrent de plus en plus courts et rapides…Tout comme sa respiration qui devenait de plus en plus haletante. Yves la caressait, ses mains se déplaçant à partir du coté de chacun de ses mamelons puis glissaient le long de son corps jusqu'à ses hanches puis aux fesses qu’il caressaient et massaient longuement…Puis faisait le mouvement inverse.

Et Sophie se mit à soupirer très fort…Yves aussi…Sophie sentait ce corps chaleureux en elle. Ce corps qui lui amenait du plaisir jusque dans ses entrailles. Tellement qu’elle se mit à serrer très fort les jambes, pour l’empêcher de sortir…On aurait dit qu’elle voulait le broyer. Appuyant ses pieds sur le haut des fesses de son ami, elle se mit à tourner sans cesse la tête dans tous les sens. Le plaisir qu’elle ressentait devenait presque incontrôlable. Il l’envahissait…De la tête au pieds…C’en était trop…Il fallait maintenant le libérer…Intuitivement, elle mit sa bouche contre celle de son ami et appliqua sa langue contre la sienne.

Yves était jusqu’alors très excité. Ses mains glissaient partout sur le corps de Sophie. Il sentait son souffle sur son visage. Ses mamelons contre les siens. Il sentait une énergie particulière l’envahir. Mais lorsque, suivant l’initiative de Sophie, leurs langues se réunirent, ils eurent tous les deux l’impression qu’on avait refermé la boucle, faisant passer cette énergie d’un corps à l’autre. Ils la sentaient se transmettre par tout leur corps mais plus particulièrement par le bout de leurs langues et leurs sexes qui cherchaient à s’intégrer plus profondément dans le corps de l’autre.

Jamais ils n’avaient connus pareille extase. Cette énergie, incontrôlable mais bienfaisante, leur procurait un plaisir indescriptible. N’en pouvant plus elle se mit à crier, tournant la tête dans tous les sens. Ses cris, tout d’abord rauque, devinrent de plus en plus stridents. Yves sentait que le bout de son pénis allait exploser…Impossible de le retenir…Il n’en pouvait plus lui non et éjacula. Sophie, heureuse, senti jaillir ce jet de bonheur en elle, preuve du plaisir qu’elle avait partagé avec son nouvel ami.…

Puis ils s’apaisèrent…

Épuisée, elle se laissa aller de tout son long sur son ami…Elle aurait voulu lui demandé si il avait senti cette force indomptable mais n’en avait pas la force…

Retour en haut de la page






Partagez ce récit :


Copyright 2003-2019 © Confession Intime